Notre homme qui plan­tait des arbres

Journal Le Lac St-Jean - - ACTUALITÉS - FRANCE PA­RA­DIS france.pa­ra­dis@tc.tc

SITE. Le ci­néaste ca­na­dien Fré­dé­ric Back a por­té à l’écran le ma­gni­fique ré­cit « L’homme qui plan­tait des arbres » de l’au­teur Jean Gio­no. Ce der­nier au­rait fa­ci­le­ment pu s’ins­pi­rer de Brian Scul­lion, le fon­da­teur du Jar­din Scul­lion de l’As­cen­sion qui, en 30 ans, a mis des di­zaines de mil­liers d’arbres et de fleurs en terre pour éla­bo­rer l’un des plus beaux jar­dins du Qué­bec et qui est voué à ac­qué­rir une ré­pu­ta­tion in­ter­na­tio­nale au cours des pro­chaines an­nées.

Le 21 juin pro­chain, dans le cadre d’une ac­ti­vi­té spé­ciale, Brian Scul­lion sou­li­gne­ra les 30 ans de son en­tre­prise, mais sur­tout, pré­sen­te­ra trois grandes nou­veau­tés qui po­si­tion­ne­ront le Jar­din Scul­lion pour les 50 pro­chaines an­nées à ve­nir et qui per­met­tra d’at­ti­rer ici le tourisme in­ter­na­tio­nal.

En fait, il en­tend pas­ser d’ici peu de 7000 vi­si­teurs par an­née à plus de 15 000 avec les élé­ments qui se­ront dé­voi­lés.

Sous le sceau de la confi­den­tia­li­té, Brian Scul­lion a pré­sen­té à TC ME­DIA ces trois élé­ments qui mar­que­ront l’his­toire de l’en­tre­prise.

Le seul dont on peut par­ler pour le mo­ment, c’est l’ou­ver­ture du jar­din de co­ni­fères qui de­vien­dra le plus grand jar­din du genre au monde.

« Si je vous de­mande de me nom­mer cinq co­ni­fères, vous al­lez sans doute me ré­pondre le sa­pin, l’épi­nette, le pin, le cèdre et sans doute le mé­lèze. Ici, ces der­nières an­nées, on a ex­pé­ri­men­té quelque 550 va­rié­tés de co­ni­fères pro­ve­nant des quatre coins de la pla­nète et j’en ai re­te­nu 275 pour consti­tuer ce jar­din, des va­rié­tés et culti­vars qui sont ca­pables de ré­sis­ter sous notre climat. C’est une im­mense plate-bande fo­res­tière pen­sée pour les 50 pro­chaines an­nées, soit le temps que ces arbres at­teignent leur ma­tu­ri­té », ex­plique Brian Scul­lion.

Quant aux deux autres élé­ments, le se­cret se­ra conser­vé jus­qu’au 21 juin.

No­tam­ment, pour s’ins­pi­rer dans son concept, en An­gle­terre, il a vi­si­té 28 jar­dins pu­blics en 18 jours pour cueillir des idées.

UN VI­SION­NAIRE

« J’ai fait l’ac­qui­si­tion de cette terre aban­don­née en 1985 et pen­dant deux ans, j’ai plan­té des arbres. J’ai dé­mar­ré mon en­tre­prise en 1987, mais en théo­rie, ça fait 32 ans. J’ai créé un en­vi­ron­ne­ment au­tour de la mai­son et j’ai dé­ve­lop­pé ma pas­sion pour l’hor­ti­cul­ture. Je suis tom­bé en amour avec la terre et ce que je veux faire, c’est vivre chez nous », évoque le fon­da­teur Brian Scul­lion qui se rap­pelle en­core dans quel état était cette terre en friche de 42 hec­tares. En trois ans, du ma­tin au soir et même sous l’éclai­rage des lu­mières de son ca­mion, il a plan­té plus de 10 000 arbres afin de consti­tuer la pé­pi­nière. Il a ain­si créé un mi­cro­cli­mat pour sa fu­ture en­tre­prise.

Le dé­fi était de taille pour ce jeune en­tre­pre­neur au­da­cieux qui a créé en quelques an­nées la plus im­por­tante pé­pi­nière de pro­duc­tion d’arbres au Sa­gue­nay—Lac-Saint-Jean.

Une vue aé­rienne du site du Jar­din Scul­lion. Pour per­mettre la vi­site du jar­din, le soir, un éclai­rage au lu­mières LED donne une autre di­men­sion aux lieux.(Pho­to

TC Me­dia – France Pa­ra­dis)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.