Ma­rie-Mé­dia­trice est dé­sa­cra­li­sée

L'Écho de La Tuque - - ACTUALITÉS - MI­CHEL SCARPINO mi­chel.scarpino@tc.tc

En­vi­ron 250 per­sonnes ont as­sis­té à la messe de dé­sa­cra­li­sa­tion de l’église Ma­rieMé­dia­trice, le 1er oc­tobre der­nier.

Puis­qu’il n’y a plus au­cun banc dans l’église, c’est as­sis sur des chaises que les pa­rois­siens sont ve­nus as­sis­ter à cet évé­ne­ment his­to­rique.

Au cours de la cé­ré­mo­nie, le cu­ré Marc La­haie a in­sis­té sur le fait que la vie spi­ri­tuelle va conti­nuer, même si le temple va dis­pa­raître. Tour à tour, ont été éteints le cierge pas­cal qui se­ra ra­me­né à l’église St-Zé­phi­rin, de même que la lampe du sanc­tuaire. M. La­haie a re­ti­ré trois re­liques, sous les au­tels, si­gni­fiant que l’em­pla­ce­ment n’est plus un lieu de culte.

Pour cer­tains, le deuil est fait de­puis un cer­tain temps. Pour d’autres, la cé­ré­mo­nie de sa­me­di leur per­met­tait de tour­ner la page. Un dia­po­ra­ma re­la­tant la vie de l’église et de la pa­roisse a été pré­sen­té en dé­but d’après-mi­di. On a ren­du hom­mage aux nom­breux bé­né­voles qui tra­vaillent de­puis de nom­breux mois à la vente des ar­ticles ap­par­te­nant à l’église.

ÉGLISE.

«Ça me fait de la peine. On a vu bâ­tir cette église et on va la voir être dé­mo­lie, ne peut s’em­pê­cher de pen­ser Louis-Ma­rie Ga­gné, qui a été mar­guillier pen­dant 7 ans. Il faut ac­cep­ter la réa­li­té.»

Son épouse Mu­rielle pense comme lui: «On a vu nos en­fants être bap­ti­sés ici. Mais on sert la der­nière messe. Ça, c’est un grand plai­sir.»

«Comme pa­rois­sien, c’est un deuil. On a tou­jours St-Zé­phi­rin, mais ça va créer un vide. Mais on n’a plus le choix, on voit la fré­quen­ta­tion des églises qui di­mi­nue», pense Raoul Maillet, pré­sident de la So­cié­té his­to­rique de La Tuque et du Haut-St-Mau­rice (SHLT). Se­lon ce der­nier, des ar­ticles de l’église se sont re­trou­vés à la SHLT.

«J’ai ap­pré­cié la fa­çon dont ça a été fait. Tout a été ef­fec­tué de fa­çon dé­mo­cra­tique, toute la po­pu­la­tion a été in­vi­tée à se pro­non­cer», a dit Ray­monde Maillet, à pro­pos du pro­ces­sus me­nant au choix de conser­ver l’église St-Zé­phi­rin et la dé­mo­li­tion de Ma­rie-Mé­dia­trice.

«On s’est aper­çu que les gens qui ve­naient ache­ter des ob­jets nous ont ré­vé­lé des choses sur la com­mu­nau­té de Ma­rie-Mé­dia­trice qu’on ne sa­vait pas. On au­rait dû faire un livre, écrire des té­moi­gnages, a re­la­té Thé­rèse Du­bé, une des res­pon­sables de la vente des ob­jets de l’église(…) L’église va être dé­mo­lie, mais notre église, Ma­rieMé­dia­trice, ne dis­pa­raî­tra ja­mais de notre coeur.»

«Ce n’est pas cette jour­née-ci comme l’en­semble de ce qui se vit dans la re­li­gion qui est im­pres­sion­nant, pense le prêtre Marc La­haie. Quand on se ren­contre, les prêtres, on est un peu im­pres­sion­nés de ce qu’on a à par­ta­ger (…) Une fer­me­ture d’église, c’est une chose, mais c’est symp­to­ma­tique de plein d’autres choses.»

Se­lon ce der­nier, tou­te­fois, le deuil de leur église est fait chez plu­sieurs pa­rois­siens qui ont eu le temps de se faire à l’idée. Il a vou­lu la cé­ré­mo­nie tour­née vers l’ave­nir, comme en a fait foi le chant d’ou­ver­ture: Viens bâ­tir une Église.

(Pho­to TC Me­dia – Mi­chel Scarpino)

Marc La­haie a re­ti­ré les trois re­liques des au­tels, sym­bole que l’église Ma­rie-Mé­dia­trice n’est plus un lieu de culte.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.