À un che­veu de fer­mer les livres

FA­DOQ de Loui­se­ville

L'Écho de Maskinongé - - ACTUALITÉS - PIER-OLI­VIER GAGNON pier-oli­vier.gagnon@tc.tc

LOUI­SE­VILLE.

En quête d’un do­mi­cile fixe de­puis plus de quatre ans, les membres de la FA­DOQ de Loui­se­ville ont lan­cé un ultimatum au con­seil mu­ni­ci­pal de Loui­se­ville, le 19 avril der­nier, à l’oc­ca­sion d’une ren­contre spé­ciale.

Cette de­mande a d'ailleurs été en­ten­due par la Ville de Loui­se­ville. La FA­DOQ ré­cla­mait de­puis long­temps une salle per­ma­nente pour te­nir des ren­contres et fra­ter­ni­ser. « Quelques jours avant cette ren­contre, presque tout le con­seil de la FA­DOQ a dé­mis­sion­né sauf deux per­sonnes. Tout ça en rai­son d'une pro­messe non-te­nue par le con­seil mu­ni­ci­pal. À la suite de cette ren­contre, s'il y avait re­fus, nous au­rions fer­mé les livres parce qu'on ne peut pas pour­suivre les ac­ti­vi­tés de l'or­ga­nisme seule­ment à deux sur le co­mi­té», sou­ligne Ni­cole La­rose, pré­si­dente de l'as­so­cia­tion.

REN­CONTRE Dé­TER­MI­NANTE

Près de 50 membres de la FA­DOQ de Loui­se­ville par­ti­ci­paient à cette réunion spé­ciale avec les membres de con­seil mu­ni­ci­pal mer­cre­di soir der­nier. Celle-ci a d'ailleurs per­mis de trou­ver une so­lu­tion. « Notre vo­lon­té c'est vrai­ment d'ai­der l'or­ga­nisme. Nous avons of­fert de re­lo­ca­li­ser un or­ga­nisme du centre com­mu­nau­taire vers un autre en­droit et de cé­der cet es­pace à la FA­DOQ. J'ai mis les gens au par­fum sur la so­lu­tion qu'on pro­pose, mais des ren­contres doivent être faites avec les par­ties im­pli­quées pour avoir l'ac­cord de tout le monde avant de pro­cé­der au dé­mé­na­ge­ment et à l'at­tri­bu­tion du lo­cal », com­mente Yvon De­shaies, maire de Loui­se­ville.

FA­DOQ de Loui­se­ville Je vais le croire quand on va l’avoir!»

Quant à elle, Ni­cole La­rose rap­pelle que les re­vi­re­ments de si­tua­tion ont été nom­breux dans ce dos­sier der­niè­re­ment. «C'est ce qu'ils ont dit qu'on pour­rait avoir un lo­cal, mais je ne fis pas à la pa­role du con­seil mu­ni­ci­pal parce que les élus nous avaient dé­jà pro­mis une salle en fé­vrier et ils sont re­ve­nus sur leur dé­ci­sion. Je vais le croire quand on va l'avoir ».

Ni­cole La­rose a d'ailleurs convain­cu les membres du co­mi­té ayant dé­mis­sion­né de re­ve­nir au sein de l'or­ga­nisme au moins jus­qu'en sep­tembre, mo­ment où la FA­DOQ de Loui­se­ville de­vrait re­ce­voir les clefs de son nou­veau lo­cal. Ad­ve­nant le cas où le con­seil mu­ni­ci­pal fe­rait marche ar­rière, Mme La­rose pré­voit la dis­so­lu­tion de l'or­ga­nisme.

« Si le scé­na­rio pro­po­sé est re­te­nu et que ça fonc­tionne, notre or­ga­nisme pré­voit faire des ac­ti­vi­tés-bé­né­fices pour avoir des fonds et pour pou­voir dé­frayer la lo­ca­tion de la salle. J'y tiens à cette salle ! Notre mem­ber­ship est vieillis­sant et plu­sieurs per­sonnes sont seules à la mai­son. Ça prend des ac­ti­vi­tés pour les oc­cu­per et pour pou­voir so­cia­li­ser. On

- Ni­cole La­rose

veut ins­tal­ler un jeu de pé­tanque in­té­rieur en per­ma­nence, une table de billard, un jeu de ba­se­ball-poches et on sou­haite ache­ter un té­lé­vi­seur afin de pré­sen­ter des films. Évi­dem­ment, pour ça, ça prend une salle ! »

Le con­seil mu­ni­ci­pal de Loui­se­ville s'at­tend à of­fi­cia­li­ser l'en­tente de prin­cipe conve­nue avec la FA­DOQ de Loui­se­ville vers la mi-mai.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.