Laurent Ro­bi­taille se lance dans la course

Élec­tions mu­ni­ci­pales à Loui­se­ville

L'Écho de Maskinongé - - ACTUALITÉS - PIER-OLI­VIER GA­GNON pier-oli­vier.ga­gnon@tc.tc

ÉLEC­TIONS.

C’est of­fi­ciel, il y au­ra une course à la mai­rie loui­se­vil­loise. Laurent Ro­bi­taille an­nonce sa can­di­da­ture pour de­ve­nir maire de la Ville de Loui­se­ville lors des pro­chaines élec­tions mu­ni­ci­pales en no­vembre.

Ré­sident de Loui­se­ville de­puis 33 ans, M. Ro­bi­taille a tou­jours oeu­vré dans le do­maine mu­ni­ci­pal, soit en tant que tech­ni­cien at­ti­tré aux pro­grammes de res­tau­ra­tion ré­si­den­tielle, res­pon­sable des per­mis et de l'en­vi­ron­ne­ment. Il a d'ailleurs été di­rec­teur gé­né­ral de l'Of­fice mu­ni­ci­pal d'ha­bi­ta­tion de Loui­se­ville pen­dant 28 ans. Au ni­veau com­mu­nau­taire, il s'est im­pli­qué dans les cam­pagnes de Cen­traide, a été vice-pré­sident de la Table des in­ter­ve­nants en gé­ron­to­lo­gie et fi­na­le­ment dans l'or­ga­nisme l'Entre-Aide de Loui­se­ville. Il est ac­tuel­le­ment pré­sident, de­puis 20 ans, de la Clé en édu­ca­tion po­pu­laire, un or­ga­nisme d'al­pha­bé­ti­sa­tion char­gé éga­le­ment de la mise à ni­veau pour un re­tour aux études.

«Ça fait long­temps que les gens me le de­man­daient, mais je n'avais pas l'in­té­rêt. Au­jourd'hui, je suis prêt ! J'ai en­vie de don­ner un re­gain d'éner­gie et de pro­pul­ser Loui­se­ville vers un autre ni­veau avec des dé­ci­sions qui doivent être prises en pen­sant à l'ave­nir », sou­ligne le tech­ni­cien en gé­nie ci­vil de for­ma­tion et dé­ten­teur de cer­ti­fi­cats uni­ver­si­taires en ad­mi­nis­tra­tion, com­mu­ni­ca­tion, re­la­tion in­ter­per­son­nelle et gé­ron­to­lo­gie.

Laurent Ro­bi­taille es­time que Loui­se­ville doit être le mo­teur de la MRC de Mas­ki­non­gé.

D'ailleurs, il en­tend dé­fendre deux dos­siers prio­ri­taires. Pre­miè­re­ment, l'ajout d'une voie de contour­ne­ment avec la construc­tion d'un deuxième pont à proxi­mi­té de la rue Notre-Dame Nord. « Je ne com­prends pas que le sec­teur Est de Loui­se­ville soit des­ser­vi uni­que­ment par un pont. Il y a beau­coup de conges­tion aux heures de pointe et c'est une contrainte ma­jeure qui étouffe et em­pêche de faire avan­cer la ville. Ce­la a une in­fluence di­recte sur son dé­ve­lop­pe­ment et notre parc in­dus­triel doit aus­si com­po­ser avec ça, croit M. Ro­bi­taille. Il ne fau­drait pas qu'il ar­rive une pro­blé­ma­tique avec le pont parce qu'il y au­rait des im­pacts sur la san­té et la sé­cu­ri­té des ci­toyens ».

Deuxiè­me­ment, le can­di­dat croit fer­me­ment que l'ajout d'un ré­seau d'égout gra­vi­taire sur l'ave­nue Royale, le bou­le­vard Est et Ouest est né­ces­saire. « On ne peut pas lais­ser dor­mir ça. Ce sont des ser­vices es­sen­tiels pour le dé­ve­lop­pe­ment com­mer­cial et ré­si­den­tiel », fait-il va­loir.

Les sports, le plein air, les arts et la culture font aus­si par­tie des élé­ments à dé­ve­lop­per se­lon lui. À cet ef­fet, il sou­hai­te­rait amé­na­ger une nou­velle piste cy­clable. « Il faut don­ner du pa­nache à Loui­se­ville. Je suis ou­vert à dis­cu­ter et je suis à l'écoute de la po­pu­la­tion. J'es­père faire gran­dir Loui­se­ville», conclut-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.