PAGES D’ART

L’actualité - - LIVRES - M.D.

Si une simple image vaut mille mots, on ima­gine le dé­fi que peut re­pré­sen ter la des­crip­tion d’une oeuvre d’art — une fi­gure de rhé­to­rique ap­pe­lée ek­phra­sis, qui exige des écri­vains un sens in­né de la forme, de la cou­leur et de la com­po­si­tion.

Ka­the­rine Go­vier, qui avait dé­jà fait preuve d’une r emar­quable sen­si­bi­li­té es­thé­tique dans un ro­man (mal­heu­reu­se­ment non tra­duit) consa­cré au peintre or­ni­tho­logue Jean­Jacques Au­du­bon, dé­montre, dans La femme Ho­ku

sai, qu’elle sait aus­si tra­duire en quelques phrases les mul­tiples raf­fi­ne­ments des es­tampes ja­po­naises — en l’ oc­cur­rence celles d’Oei, une au­tr e ar­tiste ta­len­tueuse dont l’his­toire phal­lo­cen­trique a ou­blié le nom et dont seule­ment 10 oeuvres ont sur­vé­cu.

Oei était la fille du pein­tr e Ho­ku­sai, vé­né­ré au­tant pour ses scènes ma­rines aux vagues ver­ti­gi­neuses que pour ses shun­ga (gra­vures éro­tiques). Née en 1800, elle fut, dès son plus jeune âge, l’ap­pren­tie de son pèr e, son br as droit et, gé­nie oblige, son souffre­dou­leur. Par sa voix, Ka­the­rine Go­vier nous ini­tie à la tech­nique de l’ es­tampe et re­crée l’at­mo­sphère agi­tée d’un gr and ate­lier de l’époque, au mo­ment où les ar­tis tes, après avoir connu le suc­cès et la pr os­pé­ri­té, su­bissent des dé­boires fi­nan­ciers cau­sés par la cen­sure tou­jours plus pro­hi­bi­tive du sho­gun.

Ka­the­rine Go­vier semble tro­quer sa plume contre le pin­ceau quand elle nous amène sur les lieux où Oei et son père, au fil des sai­sons, vont pui­ser leur ins­pi­ra­tion : les ri­zières im­menses, les vil­lages de pê­cheurs, les jar­dins des temples , les pentes en­nei­gées du mont Fu­ji. Elle mul­ti­plie les nuances et les dé­gra­dés quand elle en­trouvre les portes des mai­sons de thé et des bor dels du Yo­shi­wa­ra ( le quar­tier des plai­sirs), où Oei se lie d’ ami­tié avec une cour­ti­sane et en­tr etient une liai­son a vec un dra­ma­turge du ka­bu­ki. Ces scènes in­times, di­rec­te­ment ins­pi­rées des shun­ga, font de La femme

Ho­ku­sai un ro­man d’une sen­sua­li­té trou­blante dont chaque page est un plai­sir pour les yeux.

Dé­ve­lop­per des pho­tos en noir et blanc dans l’ima­gi­na­tion du lec­teur com­porte ses pr opres

dif­fi­cul­tés, sur­tout lors­qu’il s’agit des oeuvres de Phi­lippe Halsman, qui fit les belles heur es du ma­ga­zine Life avec ses por­traits de per­son­na­li­tés bon­dis­sant dans les airs — dont ce­lui, sur­réa­liste, de Dalí dé­fiant les lois de la gr avi­té der­rière un ru­ban d’eau en ape­san­teur et trois chats vo­lants. Dans son pre­mier ro­man, Aus­tin Rat­ner s’en tire très ha­bi­le­ment, en cap­tu­rant le mo­ment de vé­ri­té où André Gide ou Marilyn Mon­roe laissent tom­ber leur masque et se livrent à l’ob­jec­tif. Mais l’au­teur réus­sit sur­tout à per cer le m ys­tère de l’étr ange ob­ses­sion de Halsman pour ces sauts qui, croyai­til, ré­vé­laient l’âme.

As-tu ja­mais rê­vé que tu vo­lais ? creuse le pas­sé de ce Juif de Let­to­nie qui, à 22 ans, fut in­jus­te­ment ac­cu­sé du meurtre de son père quand ce der­nier fit une chute mor­telle dans les Alpes ty­ro­liennes. Condam­né par la pro­pa­gande na­zie, qui voyait en lui la preuve de la dé­gé­né­res­cence de la race juive, il fut li­bé­ré grâce au sou­tien d’ Al­bert Ein­stein, entre autres. Le sou­ve­nir de son père dé­grin­go­lant dans un r avin, les r echutes de tu­ber cu­lose, la mau­vaise conscience à l’égard d’une fian­cée qu’il avait lais­sée tom­ber et la culpa­bi­li­té qui le tour ­ men­tait chaque fois qu’il se sen­tait at­ti­ré par les jo­lies femmes lui ser­vant de mo­dèles sont au­tant de pistes qu’Aus­tin Rat­ner ex­plore à fond et qui, mieux qu’un saut pé­rilleux, mettent l’âme de Halsman à nu. La pr euve que, par­fois, les mots valent mille images.

As-tu ja­mais rê­vé que tu vo­lais ?, par Aus­tin Rat­ner, Cal­mannLé­vy, 336 p., 29,95 $.

La femme Ho­ku­sai, par Ka­the­rine Go­vier, Qué­bec Amé­rique, 512 p., 29,95 $.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.