EAUX NOIRES

L’actualité - - LIVRES -

Les pro­mo­teurs de l’ex­plo­ra­tion pé­tro­lière dans le golfe du SaintLaure­nt aiment bien ci­ter le mo­dèle nor­vé­gien en exemple et faire mi­roi­ter les 870 mil­liards de dol­lars de pro­fits en­gran­gés dans le fonds de pen­sion na­tio­nal. Omis de ces beaux dis­cours sont ceux qui font les frais du dé­ve­lop­pe­ment: les Sa­mi de La­po­nie, der­nier grand peuple au­toch­tone d’Eu­rope, et leurs rennes.

Olivier Truc, cor­res­pon­dant en Scan­di­na­vie pour Le Monde et Le Point, re­met les pen­dules à l’heure dans Le dé­troit du Loup, un ro­man po­li­cier où l’en­quête cède le pre­mier plan à une pas­sion­nante étude de moeurs sur les éle­veurs de rennes. En plus de rendre hom­mage à la cul­ture an­ces­trale des Sa­mi, l’au­teur fait un sur­vol de leur his­toire ré­cente, qui n’est pas sans rap­pe­ler celle de nos Pre­mières Na­tions : vic­times de « nor­vé­gi­sa­tion for­cée », ceux-ci ont été par­qués dans des écoles ré­si­den­tielles où il leur était in­ter­dit de par­ler leur langue, puis évan­gé­li­sés par des pas­teurs lu­thé­riens. Au­jourd’hui, c’est la ruée vers les hy­dro­car­bures qui exerce une pres­sion in­due sur leur mode de vie no­made.

L’ac­tion se passe à Ham­mer­fest, pe­tite com­mune au bord de la mer de Ba­rents qui, de­puis le dé­but de la pros­pec­tion éner­gé­tique, a ac­quis le dou­teux hon­neur d’être la ville la plus pol­luée de Nor­vège. Ap­pe­lée à de­ve­nir le Du­baï de l’Arc­tique, Ham­mer­fest sou­haite construire un aé­ro­port et des raf­fi­ne­ries. Or, les seuls ter­rains adé­quats sont si­tués sur l’im­muable route de trans­hu­mance des rennes et re­cèlent un ro­cher sa­cré — ce qui op­pose du coup les éle­veurs au maire, aux re­pré­sen­tants des com­pa­gnies pé­tro­lières et à un agent immobilier vé­reux.

Le ro­man s’ouvre sur une scène spec­ta­cu­laire où l’on voit un trou­peau de 500 rennes tra­ver­ser à la nage le pé­rilleux dé­troit du Loup. Quand un per­son­nage mal in­ten­tion­né fait peur aux rennes, ceux- ci se mettent à tour­ner en rond, ce qui gé­nère un tour­billon qui va les ava­ler, et leur ber­ger avec : « il s’ac­cro­cha tant les remous étaient vio­lents, dans une écume blan­châtre qui se confon­dait avec la bave mous­sante qui cou­lait de la gueule des rennes ». On n’est pas loin, ici, du style sau­vage de Jack Lon­don. À ce dé­cès tra­gique s’ajoutent bien­tôt ceux du maire, d’un vieil ar­tiste sa­mi, de deux re­pré­sen­tants des com­pa­gnies pé­tro­lières et de deux plon­geurs. Au­tre­fois em­ployés à ré­pa­rer les pla­te­formes de fo­rage à des pro­fon­deurs de 300 m, ces plon­geurs souf­fraient de graves sé­quelles phy­siques et psy­cho­lo­giques, parce que leurs em­ployeurs, pour di­mi­nuer les coûts de pro­duc­tion, avaient l’ha­bi­tude de rac­cour­cir le temps de dé­com­pres­sion dans les cais­sons hy­per­bares — un scan­dale pas fic­tif du tout, qu’Olivier Truc ex­pose avec un vrai flair de re­por­ter.

Par son rythme sou­te­nu et la com­plexi­té de tous ses élé­ments, Le dé­troit du Loup est un peu l’équi­valent lit­té­raire d’une sé­rie té­lé : le cli­mat s’ins­talle de fa­çon pro­gres­sive, les in­té­rêts contra­dic­toires des nom­breux per­son­nages sont ex­plo­rés en pro­fon­deur et avec nuances. Quant à l’in­trigue, elle ne cesse de se ra­mi­fier alors que la po­lice des rennes, char­gée de l’en­quête, doit com­po­ser avec l’in­som­nie des nuits presque blanches et suivre un vaste jeu de piste sur le vid­da — les hauts pla­teaux de La­po­nie.

Per­sonne ne sort in­demne du Dé­troit du Loup, et en­core moins la Nor­vège. « N’ou­bliez ja­mais com­ment votre pays s’est en­ri­chi : en ris­quant dé­li­bé­ré­ment la vie de plon­geurs hier et en ba­fouant les droits de vos Sa­mi au­jourd’hui. » Une mise en garde on ne peut plus claire de ce qui peut ar­ri­ver quand l’Arc­tique perd son sta­tut de ter­ri­toire pro­té­gé pour de­ve­nir une zone éco­no­mique prio­ri­taire.

Le dé­troit du Loup, par Olivier Truc, Mé­tai­lié, 416 p., 32,95 $.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.