L’ES­POIR AU NORD, LA PEUR AU SUD

L’édito de Ca­role Beaulieu ré­dac­trice en chef et édi­trice

L’actualité - - LECOURRIER­DESLECTEUR­S -

L’ an­née 2016 dé­bute sur un éton­nant contraste. ri­cains, qui ne voient que des tem­pêtes à l’ho­ri­zon — ter­ro­risme, ten­sions ra­ciales, im­mi­gra­tion clan­des­tine — et qui ne songent qu’à fer­mer les écou­tilles pour se pro­té­ger du monde ex­té­rieur. Au nord du conti­nent, un Ca­na­da dé­sor­mais in­car­né par un jeune pre­mier mi­nistre sou­riant dont chaque in­ter­ven­tion laisse en écho un mes­sage d’es­poir, de confiance en l’ave­nir, de fra­ter­ni­té, de com­pro­mis, de force ras­sem­bleuse... (Voir la vi­déo « L’en­tre­vue pu­blique de fin d’an­née avec Jus­tin Trudeau », à lac­tua­lite.com/ac­tua­lites/po­li­tique/en­tre­vue-jus­tin-trudeau.)

Au sud, des États-Unis qui semblent en pleine crise exis­ten­tielle, os­cil­lant entre l’es­poir et la peur, alors qu’ils se pré­parent à élire, en no­vembre, un nou­veau pré­sident. Après huit ans de gou­ver­nance par un pré­sident Oba­ma élu sous la ban­nière « HOPE », la di­rec­tion que notre grand voi­sin pren­dra se­ra lourde de consé­quences sur les plans so­cial et éco­no­mique, même hors fron­tières, et cer­tai­ne­ment jus­qu’au Ca­na­da.

Les États-Uniens ont pour­tant une foule de bonnes rai­sons d’être op­ti­mistes et de croire qu’ils peuvent créer un monde meilleur. Leur éco­no­mie gé­nère un quart de mil­lion d’em­plois par mois. Leur taux de chô­mage ne cesse de flé­chir et pour­rait être de 4,7 % en 2016 (il était de 7,5 % au Qué­bec à la fin de 2015). Leur crois­sance s’an­nonce à plus de 2 % pour les trois an­nées à ve­nir… En ma­tière éner­gé­tique, ils sont au­to­suf­fi­sants.

Il fait beau, non ? Eh bien non ! disent des mil­lions d’Amé-

Dans le ter­reau fer­tile de leur peur germent les pro­po­si­tions xé­no­phobes du can­di­dat ré­pu­bli­cain Do­nald Trump.

Dé­por­ter les 11 mil­lions d’im­mi­grants clan­des­tins vi­vant au pays, fer­mer les mosquées, for­cer les mu­sul­mans à s’en­re­gis­trer au­près des au­to­ri­tés, in­ter­dire le ter­ri­toire aux nou­veaux ar­ri­vants de re­li­gion mu­sul­mane. Toutes ces idées de Do­nald Trump trouvent un écho sur­tout chez un élec­to­rat blanc, par­fois vieillis­sant, sou­vent moins ins­truit et vi­vant mal la di­ver­si­té qui s’in­vite à sa porte. (Avant le mi­lieu du siècle, les Blancs ne se­ront plus ma­jo­ri­taires aux États-Unis. L’es­pa­gnol y est dé­jà sou­vent la se­conde langue of­ferte par les boîtes vo­cales des en­tre­prises.)

Ce n’est pas la pre­mière fois que nos voi­sins, pour­tant de fa­rou ches dé­fen­seurs des li­ber­tés, sont en pré­sence de tels ré­flexes xé­no­phobes. Le gou­ver­ne­ment de Frank­lin D. Roo­se­velt — pour­tant grand ar­ti­san du gé­né­reux New Deal — avait no­tam­ment re­fu­sé, en 1939, d’ac­cueillir des en­fants juifs me­na­cés par la mon­tée du fas­cisme en Eu­rope.

Les po­pu­listes se nour­rissent de la peur de l’in­sé­cu­ri­té phy­sique ou éco­no­mique. Ce po­pu­lisme est dif­fi­cile à contrer. Trai­ter ces po­li­ti­ciens d’ex­tré­mistes ou de fas­cistes ne fait que confor­ter leurs sym­pa­thi­sants dans l’idée que l’« élite » n’écoute pas les in­quié­tudes lé­gi­times du « peuple ».

Leurs ad­ver­saires doivent plu­tôt re­con­naître que cer­taines peurs sont lé­gi­times et contre-pro­po­ser des pro­jets aptes à trans­for­mer la crainte en éner­gie créa­trice.

De­vant la me­nace des chan­ge­ments cli­ma­tiques, par exemple, il est sain de craindre pour la sécurité des gé­né­ra­tions fu­tures. Si l’af­flux de ré­fu­giés dé­sta­bi­lise ac­tuel­le­ment l’Eu­rope, com­bien les flots de ré­fu­giés fuyant la dé­ser­ti­fi­ca­tion ou les inon­da­tions dé­sta­bi­li­se­ront-ils le monde si on ne s’y pré­pare pas ?

L’es­poir, ce n’est pas de la naï­ve­té. C’est de croire que la so­li­da­ri­té et l’in­gé­nio­si­té hu­maines per­met­tront de re­le­ver ces dé­fis.

Et de four­nir sa part dans la me­sure de ses moyens.

Bonne an­née 2016 à tous.

Les élec­tions pré­si­den­tielles amé­ri­caines de 2016 au­ront des consé­quences bien au-de­là des États-Unis. Se­ront-elles ins­pi­rées par la peur… ou par l’es­poir ?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.