LA RUS­SIE DANS LE (T)ROUBLE

La chute des cours du pé­trole et les sanc­tions oc­ci­den­tales oc­ca­sion­nées par son im­pli­ca­tion dans la crise ukrai­nienne ont pré­ci­pi­té la Rus­sie dans la ré­ces­sion. Et quand le rouble dé­grin­gole, la po­pu­la­tion trinque.

L’actualité - - LE DES - PAR CH­LOÉ MACHILLOT

La chute des cours du pé­trole et les sanc­tions oc­ci­den­tales oc­ca­sion­nées par son im­pli­ca­tion dans la crise ukrai­nienne ont pré­ci­pi­té la Rus­sie dans la ré­ces­sion. Et quand le rouble dé­grin­gole, la po­pu­la­tion trinque.

L’aigle bi­cé­phale

MISE À L’AMENDE

Em­blème na­tio­nal hé­ri­té de l’an­cien Em­pire, l’aigle bi­cé­phale sym­bo­lise la double ap­par­te­nance géo­po­li­tique de la Rus­sie : une tête re­garde vers l’Orient, l’autre vers l’Oc­ci­dent.

Les re­la­tions di­plo­ma­tiques de l’ex-géant so­vié­tique avec l’Oc­ci­dent se sont dé­té­rio­rées lors de l’an­nexion de la Cri­mée, en mars 2014. Ac­cu­sée d’avoir vio­lé le droit in­ter­na­tio­nal et la sou­ve­rai­ne­té de l’Ukraine, la Rus­sie est condam­née à des sanc­tions fi­nan­cières par les États-Unis et l’Union eu­ro­péenne. Ces dé­boires la poussent à fra­ter­ni­ser avec la Chine.

2 « 50 » 3

TRI­BU­TAIRE DU PÉ­TROLE

De­puis le dé­but de la crise éco­no­mique russe, le rouble a connu une dé­pré­cia­tion de plus de 40 %. Sa va­leur pour un dollar amé­ri­cain est pas­sée de 33 roubles en jan­vier 2014 à 80 roubles en fé­vrier 2016.

La baisse de la consom­ma­tion d’hy­dro­car­bures cau­sée par le ra­len­tis­se­ment de l’éco­no­mie mon­diale de­puis 2008 a fait chu­ter le prix du ba­ril de pé­trole. Ce­lui-ci se né­go­cie au­tour de 30 dol­lars, alors que le bud­get du Krem­lin pour 2016 est éta­bli sur la base de 50 dol­lars. La Rus­sie, dont plus de la moi­tié des exportatio­ns dé­pendent de l’or noir, su­bit les contre­coups de son éco­no­mie peu diversifié­e.

La ca­thé­drale Pierre-et-Paul

UN CULTE DU POU­VOIR AU­TO­RI­TAIRE

La ca­thé­drale Pierre-et-Paul, à Saint-Pé­ters­bourg, abrite les tom­beaux de la dy­nas­tie Ro­ma­nov, qui a ré­gné sur la Rus­sie de 1613 à 1917.

La gou­ver­nance du pré­sident Pou­tine n’est pas sans rap­pe­ler l’au­to­ri­té im­pé­riale. « Les règles in­for­melles du jeu po­li­tique, le fait que Vla­di­mir Pou­tine bride la ma­jo­ri­té des mé­dias, par exemple, ne laissent au­cune chance à un par­ti d’op­po­si­tion de lui ra­vir le pou­voir par des élec­tions », ana­lyse le po­li­to­logue Jacques Lé­vesque, pro­fes­seur à l’UQAM et spé­cia­liste de l’Eu­rope de l’Est.

Mal­gré son au­to­ri­ta­risme, le pré­sident rem­porte l’adhé­sion de 80 % de la po­pu­la­tion, se­lon un son­dage me­né en juin 2015 par l’ONG Le­va­da. In­flexible de­vant la do­mi­na­tion occidental­e, il in­carne pour ses sym­pa­thi­sants ce­lui qui a re­mis de l’ordre dans le pays dé­vas­té par la chute de l’URSS, en 1991.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.