L’homme qui n’ai­mait pas les livres

L’actualité - - EN COUVERTURE - M.D.

Wa­shing­ton, Lin­coln, Nixon, Car­ter, Bush père, Clin­ton et Oba­ma étaient des lec­teurs vo­races. Ken­ne­dy, qui li­sait 1 000 mots à la mi­nute, éplu­chait les grands jour­naux du pays tous les ma­tins.

Do­nald Trump, lui, fait par­tie du club des pré­si­dents qui, tels qu’Ei­sen­ho­wer, Rea­gan et Bush fils, n’aiment pas par­ti­cu­liè­re­ment la lec­ture. Une hu­mo­riste amé­ri­caine a même lais­sé en­tendre qu’il était anal­pha­bète. Chose cer­taine, le nou­veau com­man­dant en chef des États-Unis semble avoir écrit plus de livres (19 au­to­bio­gra­phies et ou­vrages d’af­faires, tous avec des co­au­teurs) qu’il n’en a lus.

Bien qu’il af­firme « maî­tri­ser le monde des livres », il pré­fère qu’on lui ré­sume les longs do­cu­ments en trois pages maxi­mum, et avoue n’avoir ja­mais ou­vert au­cune bio­gra­phie de ses pré­dé­ces­seurs — quoi­qu’il ai­me­rait bien le faire un jour. « Je lis des pas­sages, des bouts, des cha­pitres », dit-il, dé­plo­rant son manque de temps.

Du­rant la cam­pagne pré­si­den­tielle, il a sou­vent af­fir­mé que son livre pré­fé­ré était la Bible, mais il a chan­gé d’avis quand on a com­men­cé à lui de­man­der d’en ci­ter son ver­set pré­fé­ré. Il s’est alors ra­bat­tu sur ses propres oeuvres, dont il a la plus haute opi­nion. Néan­moins, il a dé­jà fait l’éloge du ro­man À l’Ouest, rien de nou­veau, d’Erich Ma­ria Re­marque, qui date de 1929 et ra­conte les dés­illu­sions d’un sol­dat al­le­mand du­rant la Pre­mière Guerre mon­diale. Et dans Trump 101 : The Way to Suc­cess, il fait plu­sieurs sug­ges­tions de lec­tures utiles, dont celles-ci : L’art de la guerre, de Sun Tzu Le prince, de Ni­co­las Ma­chia­vel

Es­sais po­li­tiques et so­ciaux, de Ralph Wal­do Emer­son Les es­sais d’Albert Ein­stein La puis­sance de la pen­sée po­si­tive, de Norman Vincent Peale Ia­coc­ca, au­to­bio­gra­phie de Lee Ia­coc­ca, an­cien pré­sident de Ch­rys­ler Évi­dem­ment, la vie in­tel­lec­tuelle n’est pas le gage de la gran­deur d’un pré­sident. Mais Tho­mas d’Aquin ne di­sait- il pas : « Je crains l’homme d’un seul livre » ?

Les livres dont il est l’au­teur ont la pré­fé­rence du pré­sident Trump.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.