Re­naître de ses cendres

L’actualité - - LES BRÈVES -

De­ve­nir un arbre après votre mort ? C’est l’idée der­rière ROOTS, une urne fu­né­raire faite de marc de ca­fé mise en mar­ché par l’en­tre­pre­neure mont­réa­laise Ma­rie-Claude Le­mire, fon­da­trice de Muses Urnes De­si­gn.

Le prin­cipe est simple : on sème des graines de ca­tal­pa, de pin sylvestre ou de fauxa­ca­cia dans un pot en fibre de tourbe. Après trois mois de crois­sance à l’in­té­rieur, on place l’ar­bris­seau dans l’urne avec les cendres du dé­funt, avant de le plan­ter sur un ter­rain pri­vé, dans une fo­rêt pu­blique ou dans l’un des trois ci­me­tières du Québec qui ac­ceptent ce type d’in­hu­ma­tion (à Pré­vost, Gran­by et Sha­wi­ni­gan).

Com­po­sée de chaux et de marc de ca­fé (ré­cu­pé­ré dans une suc­cur­sale de Star­bucks), la par­tie in­fé­rieure de l’urne se bio­dé­gra­de­ra en deux se­maines. Ce mé­lange in­usi­té — une trou­vaille si­gnée INÉDI, un centre col­lé­gial de trans­fert de tech­no­lo­gie a•lié au cé­gep de La­nau­dière — per­met de neu­tra­li­ser le pH éle­vé des cendres fu­né­raires, ex­plique Ma­rie-Claude Le­mire. « On a tes­té une cen­taine de ma­té­riaux afin de trou­ver une com­bi­nai­son ga­ran­tis­sant la crois­sance de l’arbre. »

En sur­face, une cou­pole en ar­gile blanche — qui sert à la fois de re­père et de mo­nu­ment en at­ten­dant que l’arbre gran­disse — se dés­in­té­gre­ra pro­gres­si­ve­ment pen­dant les deux an­nées sui­vant la mise en terre.

Cette ré­in­car­na­tion vé­gé­tale par­ti­cipe à l’ac­tion cli­ma­tique, puisque les arbres captent na­tu­rel­le­ment le CO2 présent dans l’at­mo­sphère, sou­ligne l’en­tre­pre­neure. En outre,

« non seule­ment on dé­tourne du ca­fé du re­but, mais la per­sonne qui choi­sit cette mé­thode d’in­hu­ma­tion laisse der­rière elle un ma­té­riau bio­dé­gra­dable, ce qui n’est pas le cas du mé­tal ou du plas­tique, par exemple ». Chouette fa­çon de per­pé­tuer la vie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.