Faut-il avoir peur…

… DES NA­VIRES DE CROI­SIÈRE ?

L’actualité - - SOMMAIRE -

Les dom­mages en­gen­drés par les na­vires de croi­sière ont fait la une cet été. Alors qu’à Ve­nise l’un d’eux a vio­lem­ment per­cu­té un quai, l’ONG eu­ro­péenne Trans­port & En­vi­ron­ment a cal­cu­lé que les géants des mers de Car­ni­val Cor­po­ra­tion, le lea­der mon­dial de la croi­sière de luxe, émettent à eux seuls 10 fois plus d’oxydes de soufre que les 260 mil­lions de voi­tures qui cir­culent en Eu­rope, ce qui contri­bue à dé­té­rio­rer la qua­li­té de l’air et à aci­di­fier les mi­lieux na­tu­rels. L’en­tre­prise s’est dé­fen­due en ar­guant du fait qu’il ne s’agit pas vrai­ment d’une étude scien­ti­fique et qu’au contraire, son bi­lan en­vi­ron­ne­men­tal tend à s’amé­lio­rer.

En moyenne, les quan­ti­tés d’oxydes de soufre et d’azote émises par chaque pa­que­bot ont ef­fec­ti­ve­ment di­mi­nué de­puis que plu­sieurs ré­gions du monde, à com­men­cer par l’Eu­rope puis l’Amé­rique du Nord, ont ins­tau­ré des limites plus sé­vères pour les na­vires ac­cos­tant dans cer­taines zones à émis­sions contrô­lées, dans les an­nées 2000. Se­lon l’ONG eu­ro­péenne, la norme est tou­te­fois 100 fois moins ri­gou­reuse pour les ba­teaux que pour les au­to­mo­biles et on pour­rait faire mieux. Divers en­droits très pri­sés des croi­sié­ristes, comme la Mé­di­ter­ra­née ou la ma­jeure par­tie des Ca­raïbes, échappent à cette ré­gle­men­ta­tion et les contrôles se­raient in­suf­fi­sants.

En 2018, une pre­mière amende a été in­fli­gée en Eu­rope au ca­pi­taine d’un na­vire du groupe Car­ni­val qui uti­li­sait un car­bu­rant ne res­pec­tant pas les normes. L’en­tre­prise a aus­si été condam­née à 40 mil­lions de dol­lars d’amende en 2016 pour avoir re­je­té des hy­dro­car­bures en mer, puis à 20 mil­lions cette an­née après qu’elle eut re­con­nu avoir fal­si­fié des documents d’ins­pec­tion et re­je­té des eaux usées et des dé­chets en Alas­ka de même qu’aux Ba­ha­mas.

Mon­dia­le­ment, l’in­dus­trie des croi­sières a émis 21 mil­lions de tonnes de GES en 2017, a cal­cu­lé le Grif­fith Ins­ti­tute for Tou­rism, un centre de re­cherche aus­tra­lien qui ana­lyse les im­pacts en­vi­ron­ne­men­taux du tou­risme. En moyenne, chaque pas­sa­ger a, pour sa croi­sière, émis l’équi­valent en GES d’un vol Londres-Tokyo al­ler-re­tour. Car­ni­val dit avoir di­mi­nué de 27 % l’in­ten­si­té de ses émis­sions de GES de 2005 à 2018. Mais l’aug­men­ta­tion ra­pide du nombre de pa­que­bots, des dis­tances par­cou­rues et de la quan­ti­té de pas­sa­gers ain­si que la len­teur des amé­lio­ra­tions tech­niques et les dif­fi­cul­tés à ré­gle­men­ter l’in­dus­trie poussent les émis­sions planétaire­s à la hausse. En­vi­ron 26 mil­lions de tou­ristes se sont of­fert une croi­sière en 2017, soit deux fois plus qu’en 2005. (Valérie Borde)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.