Do­mi­nique De­mers L’al­ba­tros et la mé­sange QUÉBEC AMÉ­RIQUE

L’actualité - - LITTÉRATUR­E JEUNESSE — LIVRES ILLUSTRÉS -

Com­ment s’est dé­rou­lée la créa­tion de L’al­ba­tros et la mé­sange ?

J’aime voya­ger par­mi les mots, mu­nie de cen­taines d’heures de lec­tures et d’en­tre­vues. J’ai re­te­nu de mes 15 ans de jour­na­lisme, à L’ac­tua­li­té sur­tout, l’in­es­ti­mable va­leur des ren­contres hu­maines. J’uti­lise mes tech­niques d’en­tre­vue pour son­der le coeur d’hu­mains qui me ser­vi­ront à construire des per­son­nages. Les heures de co­ha­bi­ta­tion si­len­cieuse avec mes com­pa­gnons de pa­pier font le reste.

Avant d’écrire L’al­ba­tros et la mé­sange, j’ai par­lé aux oi­seaux et à des hu­mains qui en­tre­tiennent un rap­port par­ti­cu­lier avec ces pe­tites bêtes ai­lées. J’ai ré­cla­mé l’aide d’un ami mé­de­cin pour com­prendre le fonc­tion­ne­ment d’une étrange ma­la­die, et celle de psy­cho­logues pour cer­ner la per­son­na­li­té des sur­doués. Je me suis lais­sé fas­ci­ner par les écrits de Frans de Waal, de Berg­son, de Yu­val Noah Ha­ra­ri… J’ai échan­gé sur la foi avec des ado­les­cents de di­verses na­tio­na­li­tés et j’ai re­cueilli les té­moi­gnages de jeunes ca­tho­liques, cer­tains croyants, d’autres ré­vol­tés par leur édu­ca­tion re­li­gieuse.

Une fois mon sac à dos rem­pli, je me suis em­ployée à cette tâche qui me met en joie : construire un uni­vers, juste avec des mots, des points, des es­paces et des vir­gules.

EX­TRAIT

Les pau­pières closes, j’ai ten­té de de­vi­ner les dé­pla­ce­ments in­vi­sibles au­tour de moi. Un in­secte, peut-être, per­ché au bout d’une mince branche. Des ailes ont frou­frou­té. Un oi­seau a lan­cé un cri stri­dent avant de s’en­vo­ler. Une bête in­fi­ni­ment lé­gère a écra­sé un frag­ment de feuille sé­chée. Plus loin, des pattes mi­nus­cules ont grif­fé une sur­face dure. L’arbre tout près a gé­mi, tel un être vi­vant. Il ne pro­tes­tait pas et ne se la­men­tait pas non plus. Une plainte sen­suelle avait per­cé l’écorce. Comme si, las de trop d’im­mo­bi­li­té, l’arbre s’était éti­ré.

LIT­TÉ­Ra­TURE JEU­NESSE — TEXTE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.