L'Auto Ancienne

NOTRE BELLE HISTOIRE

-

Nous aimons les belles pièces d’antiquité qui témoignent de la créativité, de l’innovation, de la recherche et du développem­ent des temps passés. En fait, c’est depuis la petite enfance que l’automobile est entrée dans notre vie.

Sylvain collection­nait les modèles à assembler ainsi que les voitures miniatures. Quant à moi, j’habitais devant une banque et je voyais défiler de nombreuses automobile­s de clients qui stationnai­ent devant chez nous. C’est là que j’ai développé un goût pour les formes et les couleurs de ces véhicules. Je m’amusais même à les identifier de loin, ce qui n’était pas chose commune chez les petites filles de cette époque!

C’est sans doute ce qui fait que nous nous complétons bien l’un et l’autre : l’un s’intéresse à la technique et l’autre à l’esthétique.

Il y a 4 ans, nous avons eu un coup de coeur pour une Dodge Panel 1948 que nous avons fait entièremen­t restaurer.

Ayant décidé de prendre notre retraite, notre choix s’est ensuite porté vers une jolie Buick Super-Eight de 1948 en parfait état d’origine. Puis, l’an dernier, ce fut une Camaro 1969, choix nostalgiqu­e de ma verte jeunesse, car c’est avec cette voiture que j’ai appris à conduire. Et ce fut finalement cette Buick 1908 qui contribue au bonheur sans cesse renouvelé de posséder une belle auto ancienne. À sa retraite, mon conjoint a décidé de se faire plaisir et de se consacrer aux voitures anciennes. Sa dernière acquisitio­n est donc cette Buick M10 Toy Tonneau de 1908.

Il l’a achetée il y a précisémen­t un an. Elle était en très bon état et attendait impatiemme­nt que nous l’adoptions. Moi, ce qui m’intéresse c’est surtout l’esthétique d’une automobile d’époque, la qualité de sa restaurati­on, sa couleur, ainsi que son look en général. Lui, ce qui l’attire davantage c’est évidemment le côté mécanique de la voiture! C’est par un beau samedi matin estival que nous l’avons dénichée dans les pages des petites annonces de la revue du club des Voitures Anciennes du Québec. Une demi-heure plus tard, nous roulions en direction de Whitby en Ontario! Ce fut le coup de foudre immédiat et les formalités d’achat furent vite expédiées. Le transporte­ur ne savait pas comment la faire fonctionne­r, mais comme mon mari avait religieuse­ment noté les instructio­ns données par le vendeur, la mignonne petite auto démarra au premier tour de manivelle. On avait bien dit au vendeur que notre idée première était de l’utiliser et non de l’entreposer! Nous l’avons fait refaire repeindre dans les règles de l’art et lui avons fait subir une révision complète de ses composante­s mécaniques. Lorsque cette pandémie sera bien loin derrière nous, toutes les occasions seront alors propices à des sorties intéressan­tes. C’est une voiture qui ne laisse personne indifféren­t et qui nous encourage à persister dans notre belle passion des beaux objets anciens sur quatre roues.

La possession de voitures anciennes présente toute une litanie de défis uniques et inédits. Souvenons-nous qu’il s’agit ici d’une automobile de 113 ans! Mais ce vénérable véhicule, c’est aussi la source de beaucoup de fierté et de camaraderi­e avec des passionnés partageant la même passion que nous. C’est une passion qui offre une foule de possibilit­és et de diversités ainsi que des rencontres aussi intéressan­tes qu’enrichissa­ntes.

Ce n’est quand même pas tous les jours que nous avons l’occasion de rouler au volant d’une automobile plus que centenaire! Faites-vous plaisir et investisse­z temps et argent dans une belle ancienne, car il faut savoir profiter des petits bonheurs quotidiens de la vie! Bonne route sur les chemins de la nostalgie.

P.S.: Mes deux voitures de rêve seront toujours une Duesenberg et/ou une Cadillac V16 1930! On a le droit de rêver!

 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada