L'Auto Ancienne

LINCOLN CONTINENTA­L V12 1941

- NORMAND ET JEAN-GUY DESLOGES, GRANBY, QC

L’enfant chéri d’Edsel Ford

Depuis sa tendre enfance, Edsel Ford évolue dans l’ombre de son père. Difficile d’être le seul héritier d’Henry Ford, grand patron autodidact­e et tyrannique. Né en 1893 à Detroit, le jeune et docile Edsel grandit au milieu des chaînes de montage qui déversent chaque jour des milliers de voitures portant son nom et devient président du groupe Ford en 1926, soumis à l’influence pesante de son père. La mission d’Edsel est aussi de relancer la marque de prestige Lincoln fondée par Henry Leland et rattachée à la Ford Motor Company en 1922. Henry Ford s’en était vite détourné, laissant à son fils la gestion de cette marque vouée à ne produire que quelques milliers d’unités annuelles au mieux.

Edsel, depuis son jeune âge attiré par le design, passe la majeure partie de son temps dans le départemen­t style, un lieu dans lequel son père ne s’aventure guère. Il se rapproche d’Eugene (Bob) Gregorie, le talentueux chef designer avec lequel il se découvre de singulière­s affinités. Les deux complices vont collaborer aux lignes sportives et fluides de la Ford V8 40 de 1933.

Sous l’impulsion d’Edsel Ford, les Ford des années 30 vont se doter d’une forte personnali­té qui les distinguer­a de leurs rivales. Le succès aidant, Edsel trouve les arguments pour convaincre son père, pour qui le design est jugé question futile, de produire la série Zephyr et ainsi relancer la marque Lincoln alors moribonde. Avec sa structure monocoque très rigide et son V12 inédit, la Zephyr surprend par son faible coût de production qui fait d’elle une Lincoln pouvant être plébiscité­e par les classes moyennes supérieure­s et s’installer dans le paysage des années trente.

Le score flatteur des ventes rapproche pour un temps le fils et le père qui devra enfin reconnaîtr­e que le style aussi fait vendre. En 1939, Edsel Ford ambitionne de créer un modèle spécial de la Lincoln Zephyr nettement inspiré par l'esthétique européenne, un roadster luxueux digne de ceux qui circulent sur Sunset Boulevard. Cette création personnell­e sera concrétisé­e par le fidèle Bob Gregorie. A bord de cette voiture, Edsel emmène sa famille en Floride pour les vacances. Ses amis, rencontrés sur place, insistent pour que cette sublime sculpture roulante soit produite en petite série.

Leur souhait est exaucé quand cette (spéciale) trouve place dans le programme de production de Lincoln pour le millésime 1940 sous la dénominati­on ‘Continenta­l’, en hommage aux Rolls-Royce des années 20 qui portaient ce patronyme pour effectuer des voyages rapides sur le continent, généraleme­nt en direction de la Côte d’Azur mais également aux autres marques européenne­s affectionn­ées par Edsel comme Bentley, Bugatti, Lagonda ou Alfa Romeo

 ??  ??
 ??  ??
 ??  ?? ―
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada