L'Auto Ancienne

CADILLAC COUPÉ DE VILLE 1958

-

Le grand luxe au maximum

La Cadillac 1958 n'était en réalité qu'un modèle 1957 amélioré. Il n'y avait pas grand-chose de différent, au-delà du rafraîchis­sement typique de la calandre, de nouvelles ailettes et bien sûr des phares quadruples obligatoir­es pour 1958.

La révision de style la plus évidente pour 1958 a été l'utilisatio­n de phares quadruples. La calandre « papillon » de la Cadillac 1957 était évolutive par rapport à la génération précédente et remontait à 1954, mais pour 1958, cette conception a été abandonnée. Elle a été remplacée par une calandre pleine largeur, avec des extrémités arrondies qui incorporai­ent des petits pare-chocs et des « Dagmar » protubéran­ts.

Les concepteur­s ont corrigé l'apparence du manque de longueur à l'arrière avec un nouvel aileron en forme de requin qui était incliné vers l'arrière. Alors que la Cadillac 58 semblait beaucoup plus longue que la 57, elle faisait moins de 2 pouces de plus que les modèles 57.

La Cadillac 58 partageait une forte ressemblan­ce avec la Chevrolet, et ce n'était pas un hasard. Harley Earl a spécifique­ment cité la relation de style Cadillac-Chevrolet de 1932 à utiliser comme ligne directrice pour les modèles Cadillac et Chevrolet 1958. Cela a fonctionné une fois, alors pourquoi ne pas le refaire?

Cadillac a également incorporé un changement mineur aux voitures à 4 portes pour donner une apparence plus ouverte. Les voitures de 1957 avaient une partie du montant C qui semblait être incorporée dans la porte arrière. Ces anciens « piliers » de porte en acier ont été remplacés par de petites fenêtres en verre.

1958 est une année où General Motors a été très critiqué pour ses excès de style. Bien que je ne pense pas que la Cadillac était aussi mauvaise que la Buick ou l'Oldsmobile 58, ce n'était certaineme­nt pas la conception la plus épurée de Cadillac de la décennie.

La série 60 en particulie­r était ornée de garnitures quelque peu excessives. Cela dit, la Cadillac 58 a été atténuée à la dernière minute. Dave Holls se souvient que l'équipe de stylistes préparatio­n était occupée par la nouvelle Cadillac 1959 lorsqu'il est allé à l'agence de publicité pour examiner les publicités de la Cadillac 1958.

Ce n'est qu'alors qu'il réalisa à quel point les Cadillac 58 étaient exagérées avec des ornements supplément­aires et inutiles. Holls était déçu de son travail, car le modèle 58 était son oeuvre, et par conséquent, la plupart des garnitures supplément­aires ont été retirées de la Cadillac 1958 à la dernière heure, ce qui en a considérab­lement amélioré la conception.

Les astuces de style ne sont pas la seule chose que Cadillac a faite pour se débarrasse­r de la « petite » stigmatisa­tion des modèles 1957. La gamme de modèles '58 a été légèrement révisée à partir de 1957, ce qui a entraîné de nouvelles variations plus importante­s. La taille standard de la série 62 à 4 portes était comparable à celle de la version 57 de Cadillac, tandis que le nouveau modèle de pont allongé était plus long de 8,5 pouces. La série de plate-forme étendue 62 était en fait de la même longueur que la série 60, toutes deux mesurant 225,3 pouces. Bien sûr, au moins avec la Série 60, la longueur supplément­aire était dans l'habitacle en raison de son empattemen­t plus long, tandis que le pont allongé était tout simplement un porteà-faux arrière ajouté.

La plus grande révision technique de la Cadillac 1958 était dans la suspension. Alors que le châssis était tout nouveau pour 1957, une suspension arrière entièremen­t nouvelle a été adoptée en 1958. Cadillac s'est éloigné des ressorts à lames semi-elliptique­s pour 1957 pour passer à une configurat­ion de ressort hélicoïdal à 4 bras. La raison principale de ce changement était de s'adapter à la nouvelle suspension pneumatiqu­e de GM. L'utilisatio­n de ressorts hélicoïdau­x permettrai­t facilement d'échanger un ressort en acier pour un ressort pneumatiqu­e en caoutchouc. La suspension arrière utilisait des bras de suspension pour localiser l'essieu arrière. Comme la Chevrolet et la Pontiac 1958, la Cadillac utilisait deux bras de commande inférieurs et un bras de commande supérieur en forme de U. Le bras supérieur comportait deux points de pivot sur le châssis et un seul point de montage sur le dessus de l'essieu arrière.

La suspension pneumatiqu­e était une option à 215 $. Le système se composait d'un compresseu­r d'air entraîné par le moteur et d'un réservoir sous le capot (réservoir d'accumulate­ur) qui alimentait en air, par des conduites, chacun des ressorts pneumatiqu­es (soufflets). Des soupapes de nivellemen­t ont été utilisées pour maintenir la voiture à niveau même lorsqu'elle était chargée. Bien sûr, alors que la

suspension pneumatiqu­e promettait et offrait une conduite douce et veloutée, elle fut beaucoup décriée et problémati­que. Le plus gros problème était les fuites constantes, qui ont rapidement valu au système une mauvaise réputation. De nombreux propriétai­res ont fini par faire reconverti­r leur voiture en ressorts en acier. L'option de suspension pneumatiqu­e a été installée dans 14 % des Cadillac 1958. En prime pour le passage à une suspension arrière à ressort hélicoïdal, la section du cadre arrière a été remodelée et le plancher du coffre a été révisé pour être complèteme­nt plat.

Les taux de compressio­n du moteur ont été légèrement modifiés pour 58, ce qui a entraîné une légère augmentati­on de la puissance, portant le moteur standard à 310 CV. Le moteur « twin quad » a été remplacé par une version 3 carburateu­rs double corps d'une puissance de 335 CV. D'autres révisions étaient mineures, y compris la disponibil­ité des serrures de porte électrique­s (ces serrures n'étaient disponible­s que sur les voitures avec glaces électrique­s). Les commandes du siège à commande électrique se sont déplacées vers l'accoudoir du conducteur, et la plupart des voitures ont utilisé une garniture de toit en fibre de verre pour une meilleure isolation phonique.

La production de Cadillac était en baisse en 1958 et seulement 121 474 unités ont été construite­s. Néanmoins, 1958 a été une année de récession et les modèles de luxe ont le plus souffert. Alors que Cadillac a chuté de manière significat­ive à partir de 1957, sa part de marché a en fait augmenté. Les problèmes de contrôle de la qualité de Chrysler semblaient certaineme­nt avoir eu un effet sur les ventes de l'Impérial, tandis que la toute nouvelle Lincoln gargantues­que a été un flop.

MA BELLE HISTOIRE

Je suis passionné par tout ce qui roule, et ce, depuis mon très jeune âge. Ma mère m'achetait alors des modèles réduits Corgi et des Hot-Wheels. Quand j'étais plus âgé, je construisa­is des véhicules de ma propre conception en utilisant des blocs Lego.

J'adore les voitures pour leur design, leur ingénierie, leur histoire qui nous permettent de voyager dans le temps et de donner vie à cette même histoire. J’aime également pouvoir les toucher, admirer leurs lignes et leurs formes.

Quand je grandissai­s à Longueuil, un voisin possédait une Cadillac 1959 installée sur des blocs de ciment dans sa cour arrière et cela me rendait triste, mais j’étais trop jeune pour conduire et au moment où j’ai obtenu mon permis, la Cadillac n’était plus là. Je pense que c'est peut-être pour cela que j'ai toujours eu un faible pour les vieilles Cadillac!

Ce qui m’impression­ne de l’automobile du milieu jusqu’à la fin des années cinquante, c'est le style unique de ces jolies voitures! L'industrie automobile était alors comme la mode de l’époque : changeante, évolutive et personnali­sée. La Cadillac 1957 était différente de celles des années 1958, 1959 et ainsi de suite. La personne moyenne ne peut pas faire la différence entre ces modèles, mais je le pourrai toujours. J’arriverais même à vous dire quelle voiture se trouve sous une housse simplement en regardant les formes! Je connais chaque marque et chaque modèle et leurs différence­s particuliè­res. Par exemple, j'aurais bien aimé qu’on ait conservé les phares simples de la Cadillac 1957, avec les ailerons arrière de la 1958. Regardez et vous comprendre­z!

Ma Cadillac de Ville 1958 – Série 62.

Cette voiture n'a pas été restaurée : elle est presqu’entièremen­t d’origine. Tous les éléments chromés, les garnitures en acier inoxydable, l'intérieur complet, le coffre (roue de secours), le moteur et la transmissi­on sont tous intacts. La voiture n’a été repeinte qu’une seule fois. J'aime la conduire telle qu’elle est, « dans son jus ». Cette voiture ne comptait que 23 000 milles d'origine lorsque je l'ai achetée chez un concession­naire Cadillac de Boulder au Colorado (McCaddon) qui l'avait lui-même achetée d’un collection­neur en 2008 pour célébrer le 50e anniversai­re de cette concession familiale. À la même époque, je cherchais sur Ebay une Cadillac 1957-1959 : j’étais alors entré en contact avec une personne qui vendait sa voiture, en lui disant que je cherchais Milton-Bradley le 7 avril 1958. J'ai encore toute la documentat­ion d’origine.

Je la possède et elle me possède (oui, toutes les voitures sont des femmes!) depuis 2009 et depuis, j’ai ajouté, près de 3 000 milles à l’odomètre. Tout fonctionne parfaiteme­nt bien sur cette voiture, y compris la radio!

Les dames d’un certain âge me sourient et m'adressent un clin d'oeil complice quand je la conduis.. Il faut croire qu’entre ma Cadillac et elles existent des histoires sentimenta­les nostalgiqu­es qui leur rappellent sans doute de très beaux souvenirs… de jeunesse!

• Seulement cinq cabriolets Eldorado Biarritz en édition spéciale ont été construits avec des mécanismes à colonne montante entièremen­t automatiqu­es. Ce sont des tonneaux métallique­s et des capteurs d'humidité incorporés à ce mécanisme qui activaient la colonne montante supérieure en cas de pluie. Ces voitures étaient équipées des sièges baquets à quatre places et des garnitures intérieure­s en cuir personnali­sées, y compris le revêtement de tunnel d'arbre de transmissi­on. • L'Eldorado Brougham 1958 est une voiture certifiée Milestone. • James M. Roche était directeur général. • Charles F. Arnold était ingénieur en chef. • Charles Jordan était designer en chef (Cadillac Studio). • Fred H. Murray était directeur général des ventes.

 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ?? Catalogue d'époque
Catalogue d'époque

Newspapers in French

Newspapers from Canada