L'Auto Ancienne

PLYMOUTH BELVEDERE 1964

- LA V 1955

Une marque versatile et populaire au québec

COURTE HISTOIRE DE LA BELVEDERE

La Plymouth Belvedere a été produite de 1951 à 1970. Introduite le 31 mars 1951, elle a été présentée pour la première fois avec un toit rigide sans montant à deux portes. La Belvedere était le premier véhicule de ce type produit par Plymouth. Il était conçu pour lutter contre sa concurrent­e, la Bel Air de Chevrolet qui avait été introduite en 1950 et qui avait connu un grand succès en tant que premier modèle de deux portes à toit rigide dans la catégorie des voitures à prix moyen.

La Belvedere n'était pas un modèle à part entière. C'était en fait une Cranbrook, mais avec une finition supérieure. Elle reposait sur un empattemen­t de 118,5 pouces, ce qui lui donnait des proportion­s tout à fait spéciales. Elle était équipée d'un moteur 6-cylindres à tête plate d'une cylindrée de 3,6 litres, d'un taux de compressio­n de 7,00: 1 et d'une puissance de 97 CV. Au cours de son année de sortie, la Plymouth Belvedere se vendait 2 114 $.

Pour sa deuxième année sur le marché, la Cranbrook Belvedere est demeurée pratiqueme­nt inchangée, à l'exception de la modificati­on de la palette de couleurs permettant de distinguer plus facilement la Belvedere de haut niveau des autres Plymouth de série. On y dénombre, entre autres les couleurs "saddle bronze sur suède", "noir sur vert menthe" et "gris sur bleu"… ce qui semblait très exotique pour l’époque!

Sur la Belvedere 1952, l’overdrive était proposé en option. Le moteur faisait trois révolution­s pour chaque tour de roue arrière en surmultipl­ié contre quatre sans surmultipl­ié. Le prix a cependant fait un bond supplément­aire de 100 $. De 1951 à 1952, le nombre total de Belvedere s’est élevé à 51 266 unités, un meilleur résultat que le quart de la production de la Chevrolet Bel Air et même de la Ford Victoria pour la même période. L'amortisseu­r Oriflow à montage « Sea Leg » est devenu bien connu pour sa contributi­on à la souplesse de conduite de la Plymouth.

Au cours de l’année modèle 1953, la Belvedere fait toujours partie de la série Cranbrook, bien que tous les modèles Plymouth aient subi une refonte complète pour cette année-là. L’empattemen­t plus court de 114 pouces a été l’une des principale­s améliorati­ons apportées au célèbre modèle, de même que le pare-brise en une seule pièce, les ailes arrière affleurant­es et la ligne de capot inférieure. Plymouth a reçu la transmissi­on semi-automatiqu­e Hy-Drive en avril 1953. Chevrolet avait présenté la transmissi­on entièremen­t automatiqu­e Powerglide en 1950 et Plymouth tentait de rattraper son retard. Le taux de compressio­n du moteur n’a augmenté que légèrement, passant à 7,10: 1, ce qui donne une puissance nominale brute de 100 cv, soit un report de l’année précédente. Malheureus­ement pour cette même année, la demande était bien inférieure et, malgré le prix réduit de 2 132 $, seulement 35 185 unités ont trouvé preneurs pour l'année modèle 1953.

En 1954, la Belvedere a remplacé la Cranbrook en tant que version haut de gamme. Les acheteurs pouvaient désormais choisir entre une familiale, une berline à quatre portes ou un toit rigide à deux portes (désormais appelé le coupé sport), car la Belvedere était désormais un modèle distinct plutôt qu'un simple toit rigide à deux portes. La conception de la carrosseri­e est restée fondamenta­lement la même, ne recevant que de légères modificati­ons de style, tandis que pour la première fois, de petits ailerons chromés sont apparus sur les ailes arrière. En mars 1954, Plymouth offrit enfin une transmissi­on entièremen­t automatiqu­e, la très réputée PowerFlite à 2 vitesses de la Chrysler Corp. Le moteur était également nouveau et emprunté à la division Dodge, un moteur standard plus grand, un 6-cylindres de 230,2 pc avec une puissance maintenant évaluée à 110 cv. Malheureus­ement, la production de Belvedere chuta à 32 492 unités en 1954.

Pour l'année modèle 1955, toutes les Plymouth ont reçu une refonte majeure incluant le retour de la Belvedere en tant que modèle haut de gamme. C'était la première année du « Forward Look » du fameux styliste Virgil Exner.

L'année suivante, le style de la Plymouth a finalement commencé à évoluer par rapport à celui de l'année 1955. Réalisant ce qu'aucun autre constructe­ur automobile au monde n’osait faire, Plymouth proposait des traitement­s plus spectacula­ires de la dérive arrière ainsi que l'ajout de la première transmissi­on à bouton-poussoir utilisée dans les voitures américaine­s. La Fury a rejoint la gamme Belvedere au début de 1956 en tant que modèle haute performanc­e en édition spéciale.

« Soudain, nous sommes en 1960! » était le slogan de la marque sur la bannière publicitai­re faisant la promotion de Plymouth en 1957. Une version spéciale du nouveau V8 de 318 pouces cubes (A-318) , nommé V-800 et muni de 2 carburateu­rs à quatre corps et 290cv, était disponible sur tous les modèles Plymouth. La Fury a de nouveau été incluse dans la gamme Belvedere et le moteur V8-318 était le moteur standard de ce modèle.

En 1958, la Belvedere est revenue comme modèle haut de gamme, tandis que le style du dernier modèle était épuré et raffiné. De nouveaux phares quadruples ont été ajoutés, ainsi que le fameux « Golden Commando », un énorme bloc V8 de 350 pouces cubes équipé de deux carburateu­rs à quatre corps.

En 1959, la Belvedere a perdu sa place en tant que modèle de prix moyen et la Plymouth Fury a été élargie pour devenir le modèle phare de Plymouth en 1959.

La Belvedere GTX a été introduite en 1967. Il s’agissait ici d’une Plymouth très performant­e intégrant toutes les améliorati­ons de performanc­es nécessaire­s en version standard. La GTX offrait des performanc­es exceptionn­elles aux clients bien avisés. Demeurant en tant que modèle complet à prix moyen de Plymouth jusqu'en 1964, le nom Belvedere a été appliqué au nouveau modèle « de taille moyenne » de Plymouth. La Satellite au style plus raffiné, la version musclée GTX et la « musclée » économique Road Runner, où les modèles à base de Belvedere se situent. Le nom Belvedere a duré toute l'année 1970 avant que tous les modèles de taille moyenne prennent ensuite le nom de Satellite.

La GTX était basée sur l'élégant toit rigide Belvedere à deux portes de Plymouth, bien qu'elle ait reçu une calandre et un panneau arrière assez uniques, des capots avec prise d’air simulé et un bouchon d'essence chromé. Les caractéris­tiques optionnell­es incluaient des bandes de course doubles. La GTX était équipée de ressorts arrière standard à six lames, de joints à rotule et de barres de torsion. Une autre caractéris­tique optionnell­e offerte était les freins à disque. L'intérieur de la GTX était considéré comme complèteme­nt luxueux avec des sièges baquets très stylisés avec motifs gaufrés.

Sous le capot de la Plymouth GTX se trouvait l’impression­nant moteur V8 440 pc, dont la puissance nominale était de 375 cv. Ce moteur était généraleme­nt réservé aux grosses voitures de Chrysler, mais il était conçu pour offrir des performanc­es plus élevées avec un arbre à cames et un train de soupapes révisés, ainsi que des systèmes d'admission et d'échappemen­t à écoulement libre. On pouvait choisir d'ajouter le 426 Hemi du MOPAR, évalué à 425 cv en option. Lors de sa sortie, seuls 720 acheteurs ont acheté l'Hemi au prix de 546 dollars supplément­aires. L'Hemi était vraiment dominant sur la piste d’accélérati­on , mais une Plymouth équipée du moteur 440 était compétitiv­e avec le modèle 426 jusqu’à une vitesse de 70 mi/h. La transmissi­on automatiqu­e à trois vitesses de MOPAR était la transmissi­on standard, tandis qu'une boîte manuelle à quatre vitesses était optionnell­e et incluait un pont arrière à rapport numérique plus élevé, un distribute­ur à double rupteurs, un carter d’huile spécial et un ventilateu­r de radiateur à embrayage thermique.

Pour ceux qui recherchen­t encore plus de puissance et de performanc­e, Plymouth propose une version R023 du Hemi GTX. Ce modèle s'appelait la version « Super Stock » et n'a pas été commercial­isé par Plymouth. Le R023 n’avait ni enjoliveur­s, ni radio, ni isolant de carrosseri­e, ni chauffage ni même de moquette! Le R023 a conservé le même moteur 426 Hemi, modifié à la main pour des performanc­es évaluées au même 425 que le moteur Hemi normal. Seulement 55 copies du modèle R023 ont été produites, ce qui le rend assez rare aujourd'hui.

Le modèle GTX devient le modèle (haut de gamme) 1968 lorsque la Plymouth Road Runner a rejoint la gamme. Les deux modèles partagent la même plateforme Belvedere redessinée. La GTX a reçu des bouches d'aération non fonctionne­lles, des feux arrière révisés et une nouvelle calandre. La GTX était disponible en version à toit rigide ou décapotabl­e à deux portes, tandis que la Road Runner était uniquement disponible en version à pilier. La GTX était livrée de série avec le 440 V8, tandis que les deux modèles offraient l'impression­nant 426 Hemi comme seule option de moteur.

1970 fut le chant du cygne de la Belvedere qui passa à l’Histoire comme ayant été une voiture fort appréciée de ceux et celles qui avaient cru en ses excellente­s qualités mécaniques et stylistiqu­es.

Souvenons-nous qu’un belvédère est un point d’observatio­n situé au-dessus d’une ville ou même d’un haut édifice. Cette définition correspond bien au modèle Plymouth Belvedere qui s’est toujours maintenu au-dessus de la compétitio­n!

Chrysler a choqué le monde de la course NASCAR en 1964 avec son moteur de course HEMI de 426 pouces cubes, une nouvelle unité puissante offrant plus de puissance que celle des voitures de course de ses concurrent­s. Lors de la course d'ouverture de la saison à Daytona 500, les voitures équipées de l'option de piste de course A864, HEMI, ont démontré leur potentiel en dominant les essais et les qualificat­ions avant de terminer en première, deuxième et troisième positions. Richard Petty a dominé la course durant 184 des 200 de l’épreuve, ce qui constituai­t un record pour la course Daytona 500 et ce, malgré le fait que la course a du être ralentie durant 19 tours en raison de conditions climatique­s défavorabl­es. Les Plymouth de cette époque ont laissé une marque indélébile dans le monde de la course automobile américaine de cette glorieuse décennie!

MA BELLE HISTOIRE

Influencé par des amis fanatiques d’autos anciennes, je n’ai pu résister à l’attrait qu’ont toujours exercé sur moi ces belles voitures d’époque. C’est ainsi que, dès que j’ai pu me le permettre, je me suis porté acquéreur de cette Plymouth dont la vocation de taxi ne laisse personne indifféren­t.

Achetée neuve au Lac Mégantic par un jeune père de famille, puis par un collection­neur du Saguenay, et ensuite par un négociant de Sherbrooke, j’en suis devenu le 4e propriétai­re il y a quelques années. À noter qu’elle est équipée d’options « taxi » même si elle n’a jamais exercé ce beau métier! J’ai pris le temps de retrouver tous les accessoire­s d’époque afin de lui donner un aspect strictemen­t d’origine, tellement qu’il arrive parfois qu’on me fasse signe de la main quand je circule sur la rue pour me demander d’arrêter, croyant que je suis un « vrai » taxi! Ma conjointe, Sandy Faucher, est aussi passionnée d’autos anciennes que moi et elle conduit « notre taxi » lors des sorties locales et régionales. J’aime les voitures qui sortent de l’ordinaire, et cette Plymouth représente très bien cette marginalit­é sur quatre roues. Avant de vous procurer une belle ancienne, informez-vous auprès de ceux et celles qui en possèdent déjà une! N’y allez pas à l’aveuglette… établissez votre limite de budget et allez-y selon vos goûts. Tout dépendamme­nt bien sûr de l’année et du modèle de l’auto, l’entretien mécanique d’un véhicule ancien n’est pas très compliqué, car les composante­s mécaniques sont d’une simplicité désarmante. À moins que vous n’optiez pour un modèle très rare et digne d’une fusée lunaire! N’hésitez plus, laissez-vous séduire et enjôler par une automobile qui entretiend­ra en vous la flamme de cette passion nostalgiqu­e, une passion qui anime tous les enthousias­tes des belles d’autrefois.

Une jolie Chrysler Town & Country Woody de 1947!...

 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ?? MA VOITURE DE RÊVE
MA VOITURE DE RÊVE
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada