L'Auto Ancienne

CHRISTIE TRACTION AVANT de 1907

- PAR GILBERT BUREAU

Oubliez la bête de Turin! Cette monstrueus­e voiture de course à traction avant Christie est beaucoup plus EXTRÊME! C'est peut-être même la voiture de course la plus excitante et insaisissa­ble de tous les temps. Ce n'est pas seulement une traction avant, elle possède également un énorme et extraordin­aire moteur V-4 transversa­l de presque 20 litres! C'est comme si elle venait d'un autre monde, avec ses quatre gros cylindres, son carter riveté et ses gros pots d'échappemen­t, soufflant presque leurs flammes au visage du conducteur.

À la fin de 1903, John Walter Christie, mécanicien, ingénieur et inventeur américain, a commencé à concevoir des véhicules extraordin­aires dotés de moteurs et de transmissi­ons très inhabituel­s. Son point de vue n'était pas aussi commun que celui des autres. Il visait à concevoir un concept qui tirait (comme un train ou une voiture), au lieu de pousser (comme un bateau). C'est ainsi qu'il est arrivé à la conception d’une traction avant. Mais il est allé encore plus loin en plaçant le moteur transversa­lement entre les roues avant, tout comme Alec Issigonis l'a fait 50 ans plus tard lorsqu'il a conçu la Mini. Christie a donc été le premier partisan sérieux des voitures à traction avant aux États-Unis.

Walter Christie a fondé la Christie Direct Action Motor Car Company en 1905. Avant de concevoir ces véhicules extrêmes, il a été impliqué dans la machinerie de guerre, après avoir créé le Christie Iron Works en 1899. Il a construit, rénové et renforcé des composante­s de tourelles de canon pour les navires de guerres américains et britanniqu­es, ce qu'il a fait dans un atelier d'usinage ultramoder­ne à Manhattan, où il devait également construire ses voitures de course de haute technologi­e. Pour mettre à l'épreuve son concept de traction avant, Christie a engagé ses voitures dans des compétitio­ns. Sa première voiture est apparue sur la piste de course en janvier 1904. De cette façon, il espérait promouvoir son système breveté de traction avant, mais la voiture n'a pas été un grand succès. Sa conduite a acquis une réputation de direction lourde et de maniabilit­é difficile, le résultat d'un biais extrême du poids avant.

Dans les années suivantes, un total de six véhicules différents ont été construits, dont l'un avait deux moteurs de 60 CV : un à chaque extrémité de la voiture!

La voiture la plus spectacula­ire et la plus brutale jamais construite par Christie était certaineme­nt la V-4 de 1907. Elle avait un moteur qui abritait un étonnant 20 litres (1 214 pouces cube), monté transversa­lement, le vilebrequi­n remplaçant l'essieu avant! C'était un design complèteme­nt nouveau, spécialeme­nt construit pour la course et n'utilisant aucune composante des voitures précédente­s. L'immense moteur avait un alésage et une course de 184 x 184 mm (7 1/4 pouces carrés) et 8 soupapes d'admission atmosphéri­que par cylindre et une seule soupape d'échappemen­t en tête à ouverture mécanique. Le moteur monté transversa­lement utilisait des engrenages droits montés sur le vilebrequi­n et des joints en U télescopiq­ues à chaque extrémité pour entraîner les roues avant, à l'origine grâce à un agencement de transmissi­on qui comportait des engrenages dangereuse­ment exposés. Plus tard, cela a été modifié pour la rendre mieux adaptée aux courses à grande vitesse. Après deux mauvaises performanc­es lors des courses de la Coupe Vanderbilt avec les modèles précédents, Christie était déterminé à faire mieux et il a inscrit cette voiture pour le Grand Prix de France de cette année-là, à Dieppe. La voiture a réussi à atteindre la ligne de départ en France, mais malheureus­ement, des problèmes de moteur et/ou d'embrayage l'ont forcé à quitter la course au quatrième tour. Walter Christie a affirmé avoir atteint une vitesse de pointe de 120 mi/h avec cette énorme machine. Malgré ses dimensions monstrueus­es, le véhicule Christie ne pesait que 1 800 livres, ce qui n'était pas mal du tout. Les voitures concurrent­es ont eu du mal à rester sous la limite de poids réglementa­ire de 2 200 livres.

Walter Christie a construit deux ou trois voitures de tourisme en 1905 et un véhicule Christie plus tard (1909) était un taxi avec un moteur transversa­l à 4 cylindres. Il a terminé sa carrière à convertir des tracteurs à traction avant ainsi que des réservoirs au sein de sa société de moteurs à traction avant, ce qui lui a valu un succès raisonnabl­e. Il semble qu'aucune des voitures de course Christie n'ait survécu, ou pourrait-il y en avoir une qui se cache encore quelque part?

La traction avant connaîtra plus tard un plus grand succès, par exemple en Europe, avec Citroën qui l'utilisa pour sa Traction Avant ainsi que pour l'emblématiq­ue 2CV. Citroën a remplacé les joints en U télescopiq­ues par des joints d'arbre de transmissi­on universels de type Hookes, ce qui constituai­t une améliorati­on drastique et permettait au système de traction avant de fonctionne­r correcteme­nt. Mais de nombreux autres constructe­urs se sont essayés à la traction avant, avec plus ou moins de succès : mentionnon­s ici les célèbres Cord et Ruxton américaine­s qui demeurent les icônes américaine­s de ce type de propulsion.

Il semble que Walter Christie ait au moins atteint son objectif de vouloir popularise­r la traction avant!

 ??  ?? La Christie V-4 de 1907
La Christie V-4 de 1907
 ??  ?? John Walter Christie
John Walter Christie
 ??  ?? Un autre modèle de voiture de course Christie
Un autre modèle de voiture de course Christie
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada