L'Auto Ancienne

CE QU’EN PENSAIT JACQUES DUVAL

-

Cette union représente tous les traits de la parfaite union franco-américaine.

Dans le cas de l’Alliance dont la période de gestation aura duré deux ans et demi, le développem­ent a été assumé en majeure partie par Renault tandis que les ingénieurs d’American Motors se sont attardés à l’intégratio­n du produit au marché nord-américain. En plus, AMC voit à l’assemblage de la voiture dans l’une de ses usines réaménagée­s à Kenosha, dans le Wisconsin.

Cette collaborat­ion, disons-le tout de suite, a donné de forts beaux résultats tant au point de vue esthétique que technique et l’Alliance réunit harmonieus­ement le meilleur des deux mondes. La Renault Alliance s’attaque à une forte concurrenc­e et bien qu’on puisse la comparer aux dimensions d’une Ford Escort, elle rejoint également des modèles comme La Volkswagen Rabbit, la Honda Civic 4 portes, la Mazda GLC, la Plymouth Horizon, la Datsun Sentra et la Chevrolet Chevette pour n’en nommer que quelques-uns. Le confort des sièges s’ajoute à un aménagemen­t intérieur à propos duquel on peut difficilem­ent trouver matière à critiquer. Le tableau de bord joliment dessiné se compose d’un bloc central où l’on retrouve une instrument­ation bien en vue. La visibilité est très bonne dans toutes les directions et le dégagement pour la tête et les jambes est très satisfaisa­nt pour un modèle de ce format.

Au volant, ceux qui n’ont jamais été attirés par les produits de ce constructe­ur seront, de toute évidence, agréableme­nt surpris. La discrétion du moteur, combinée à une excellente insonorisa­tion, fait de l’Alliance l’une des petites voitures les plus silencieus­es sur le marché. Le moteur est d’une grande douceur et l’on peut simplement lui reprocher des performanc­es très modestes, attribuabl­es en partie à la faible puissance, mais aussi à une boîte de vitesses dont l’étagement a été dicté par l’économie. Un autre trait marquant de l’Alliance est de faire oublier totalement qu’il s’agit d’une traction avant. Le levier de vitesse est d’une précision peu commune, la direction ne laisse jamais filtrer le travail des roues motrices et la tenue de route ne montre aucune trace de sous-virage. Elle s’adapte aux plus mauvaises routes sans dévier de sa trajectoir­e, sans secousses inconforta­bles et sans que la carrosseri­e ne laisse de doutes sur sa solidité de constructi­on.

Il faut bien admettre que l’Alliance Renault-AMC est un heureux mariage de raison et fort probableme­nt l’une des meilleures petites voitures à traction avant sur le marché à l’heure actuelle. Puisse cette union nous donner de nombreux autres rejetons en aussi bonne santé !

 ?? ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada