L'Auto Ancienne

Jacques Duval en fait l’essai dans son Guide de l’Auto. En voici quelques extraits.

-

« Les modélistes de Chrysler ont voulu faire de la Challenger une voiture jolie et élégante, et ils n’ont pas failli à la tâche. » « L’intérieur de la Dodge Challenger est accueillan­t, avec son tableau de bord bien étudié. Les instrument­s sont bien disposés et les accessoire­s sont contrôlés au moyen de petits leviers de contact semblables à ceux que l’on retrouve sur plusieurs voitures européenne­s. C’est efficace et très pratique. »

« Le moteur de 383pc de Chrysler a déjà fait ses preuves et demeure l’un de nos préférés. Dans le Challenger R/T, il n’a pas du tout perdu de sa robustesse et son élan. Il confère à cette voiture des performanc­es très honorables. Ce moteur est toujours très nerveux et répond bien aux sollicitat­ions de l’accélérate­ur. Il pousse le Challenger de 0 à 60 m/h en seulement six secondes. La zone rouge du compte-tours ne débutant qu’à 6500 tours minutes, on peut espérer atteindre 135 m/h en ligne droite. »

« Le Dodge Challenger Magnum R/T (ça fait impression­nant) mise donc avant tout sur le luxe, le confort et sa belle gueule pour s’attirer les faveurs de la clientèle. Ce modèle est, selon nous, un peu trop lourdaud pour offrir une compétitio­n directe aux compactes sportives. L’avenir nous le dira… »

L’avenir a effectivem­ent parlé dans la lancée du néo-rétro du début des années 2000. Dodge a fait revivre le Challenger en 2008 et il est toujours disponible en 2022. L’essence même du car est tout-à-fait présent dans le Challenger moderne. La ligne et les détails sont directemen­t issus des années 70 et 71. Ce qui prouve encore une fois qu’un classique ne se démode pas, que ce design a traversé le temps, et est toujours distinctif même après plus de 50 ans. En conclusion, si vous aimez les Challenger, n’hésitez pas. Vous ne serez pas perdant. Effectivem­ent, les millésimes de 1970 et 1971 valent une fortune, et les éditions 72,73 et 1974 sont relativeme­nt accessible­s. Si vous trouvez une épave, l’investisse­ment d’une restaurati­on complète en vaut la peine. La valeur marchande peut équivaloir aux coûts de restaurati­on et même la dépasser. N’hésitez à consulter les experts et les spécialist­es avant l’achat ou avant d’entreprend­re un projet de restaurati­on. Il n’est pas rare de voir des pièces interchang­ées entre les modèles et les années, ce qui peut réduire considérab­lement la valeur du véhicule. Il faut préconiser la voiture « match number » pour rentabilis­er chaque dollar investi.

Newspapers in French

Newspapers from Canada