De 1818 à 2018 : les 200 pre­mières an­nées de l’USB!

2017 tire à sa fin et ce se­ra bien­tôt 2018, ce qui veut dire que le 200e an­ni­ver­saire de l’Uni­ver­si­té de Saint-Bo­ni­face ap­proche à grands pas! Pour cé­lé­brer cet évè­ne­ment mar­quant, j’ai fouillé dans la bi­blio­thèque du Mu­sée de Saint-Bo­ni­face et sur In­tern

La Liberté - Le Réveil - - UNIVERSITÉ - Bai­ley PALAMAR ae­me­dias@mo­nusb.ca

Le livre Les dates mé­mo­rables du Col­lège de Saint-Bo­ni­face et le site Web En­cy­clo­pé­die du pa­tri­moine cultu­rel de l’Amé­rique fran­çaise ex­pliquent très bien les ori­gines de l’école. En 1818, une mis­sion ca­tho­lique est fon­dée à la co­lo­nie de la Ri­viè­reRouge et, dès cette an­née-là, l’ab­bé Provencher éta­blit une école dans sa ré­si­dence, qui sert aus­si de chapelle et de pres­by­tère. Cette école a pour but d’en­sei­gner l’écri­ture, la lec­ture, les prières et le ca­té­chisme aux pre­miers élèves qui sont de jeunes hommes Mé­tis.

Les deux sources sti­pulent que l’école de­vient of­fi­ciel­le­ment le Col­lège de Saint-Bo­ni­face en 1855 grâce à l’évêque Mgr Ta­ché, qui fait construire un édi­fice. Le Col­lège est di­ri­gé par les Frères des écoles chré­tiennes, puis par les Oblats. Ain­si, se­lon les deux sources, l’en­sei­gne­ment clas­sique (en par­ti­cu­lier, le grec, le la­tin et la phi­lo­so­phie) est or­ga­ni­sé par le père Georges Du­gas o.m.i. Ce pro­gramme d’études pri­mor­dial pour le Col­lège est of­fert jus­qu’à la fin des an­nées 1960, d’après En­cy­clo­pé­die du pa­tri­moine cultu­rel de l’Amé­rique de Nord.

Se­lon Les dates mé­mo­rables du Col­lège de Saint-Bo­ni­face, l’in­cor­po­ra­tion du Col­lège a lieu le 3 mai 1871, car « Ta­ché de­man­da au par­le­ment, dès sa pre­mière ses­sion, l’in­cor­po­ra­tion de son cher Col­lège, afin qu’il eût les bé­né­fices d’un corps lé­ga­le­ment et ci­vi­le­ment consti­tué ».

En 1877, le Col­lège de SaintBo­ni­face s’as­so­cie au St. John’s Col­lege et au Ma­ni­to­ba Col­lege pour for­mer l’Uni­ver­si­té du Ma­ni­to­ba. Le Col­lège de SaintBo­ni­face avait deux exi­gences pour faire par­tie de cette af­fi­lia­tion, d’après une ci­ta­tion du Re­gistre des dé­li­bé­ra­tions de la Cor­po­ra­tion du Col­lège de SaintBo­ni­face dans Les dates mé­mo­rables du Col­lège de SaintBo­ni­face : « que tous les droits, obli­ga­tions et pri­vi­lèges du Col­lège comme ins­ti­tu­tion ca­tho­lique [soient] main­te­nus, et que le Col­lège, en s’af­fi­liant à l’Uni­ver­si­té, [conserve] sa par­faite au­to­no­mie ».

En 1880, sur un ter­rain de 22 acres, Mgr Ta­ché en­tre­prend la construc­tion d’un nou­vel édi­fice pour le Col­lège de SaintBo­ni­face. Ain­si, ce se­rait en 1885 que les Oblats au­raient cé­dé l’en­sei­gne­ment aux Jé­suites, car ils sont à l’époque plus nom­breux pour of­frir une édu­ca­tion adé­quate. L’En­cy­clo­pé­die ex­plique que le Col­lège ac­cueillait les ca­tho­liques fran­çais ain­si que les ca­tho­liques an­glais à cette époque parce qu’il était le seul éta­blis­se­ment d’en­sei­gne­ment su­pé­rieur ca­tho­lique au Ma­ni­to­ba.

Les deux sources dis­cutent du chant de l’école, « Mon col­lège ». En 1903, le père Ar­mand Cos­se­gros, S.J. a com­po­sé les vers et Paul de Man­ge­leere, S.J. a com­po­sé la mu­sique. Les pa­roles du re­frain sont comme suit :

D’après le bref his­to­rique sur le site Web de l’Uni­ver­si­té de Saint-Bo­ni­face, l’en­sei­gne­ment en fran­çais dans les écoles pu­bliques est in­ter­dit en 1916. Ce­pen­dant, le Col­lège de SaintBo­ni­face étant une ins­ti­tu­tion pri­vée, on conti­nue d’y en­sei­gner en fran­çais.

Toutes les sources dis­cutent du grand in­cen­die qui a ra­va­gé le Col­lège du­rant la nuit du 24 au 25 no­vembre 1922. L’édi­fice fut en ruines et dix per­sonnes pé­rirent, dont neuf étu­diants et un frère jé­suite. Mgr Bé­li­veau offre le Pe­tit Sé­mi­naire, ce qui est au­jourd’hui la plus an­cienne par­tie de l’Uni­ver­si­té, aux Jé­suites pour qu’ils puissent conti­nuer à en­sei­gner, car des pro­blèmes fi­nan­ciers em­pêchent la construc­tion d’un nou­vel édi­fice.

Il y a eu beau­coup de chan­ge­ments au Col­lège lors des an­nées 1960. Les femmes com­mencent à le fré­quen­ter en 1959, les Jé­suites ar­rêtent d’y en­sei­gner en 1967 et le 29 no­vembre 1969, la laï­ci­sa­tion du Col­lège est of­fi­ciel­le­ment an­non­cée.

En 1969, la Loi sur les langues of­fi­cielles a ou­vert la porte aux sub­ven­tions pour le bi­lin­guisme au Col­lège. C’est pour cette rai­son que dans les an­nées 1970, l’éta­blis­se­ment évo­lue grâce à des ajouts aux pro­grammes of­ferts, tels que l’édu­ca­tion, la ges­tion du bu­reau et la ges­tion des af­faires, ain­si que la mo­der­ni­sa­tion et l’agran­dis­se­ment de l’édi­fice, qui ajoute de nou­velles salles de classe, une bi­blio­thèque et un théâtre.

En fait, c’est en 1983 que le Col­lège dé­place son sec­teur se­con­daire au Col­lège Louis-Riel, se­lon cette même source et le site Web de l’Uni­ver­si­té de SaintBo­ni­face. L’En­cy­clo­pé­die du pa­tri­moine cultu­rel de l’Amé­rique fran­çaise sou­ligne les dates de plu­sieurs évè­ne­ments ré­cents, par exemple l’éta­blis­se­ment de la troupe théâ­trale Chiens de so­leil (1989), la fon­da­tion des Presses uni­ver­si­taires de SaintBo­ni­face (1990), l’ou­ver­ture du Centre étu­diant Étien­neGa­bou­ry (2002) et du nou­veau Pa­villon Mar­cel-A.-De­sau­tels (2011).

De ses dé­buts mo­destes comme école de deux élèves en 1818 à l’uni­ver­si­té à taille hu­maine re­nom­mée d’au­jourd’hui, cet éta­blis­se­ment d’en­sei­gne­ment a tou­jours été une pierre pré­cieuse pour la fran­co­pho­nie au Ma­ni­to­ba. L’Uni­ver­si­té de Saint-Bo­ni­face a réa­li­sé beau­coup en 200 ans. Pa­rions qu’elle en fe­ra au­tant dans les pro­chains 200 ans. ◗

Pho­to : Ma­ni­to­ba His­to­ri­cal So­cie­ty

Le Col­lège de Saint-Bo­ni­face, construit en 1880, a été dé­truit par un in­cen­die en 1922.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.