En route vers un gou­ver­ne­ment au­to­nome

La Liberté - Tisser Ensemble - - Nouvelles -

Au tra­vers de consul­ta­tions me­nées de­puis plu­sieurs mois lors de ren­contres avec la com­mu­nau­té, la FMM a dé­ter­mi­né les prio­ri­tés de ses ci­toyens. Voi­ci com­ment la cons­ti­tu­tion en gou­ver­ne­ment au­to­nome per­met­tra de mieux sa­tis­faire leurs be­soins.

SAN­TÉ

L’amé­lio­ra­tion des soins de san­té si­gni­fie que les aî­nés mé­tis n’au­ront pas à choi­sir entre payer pour leurs mé­di­ca­ments ou man­ger à leur faim. Les ci­toyens mé­tis au­ront un ac­cès amé­lio­ré aux soins de san­té dans leur lo­ca­li­té ou vil­lage. Ain­si, il en dé­cou­le­ra de meilleurs ré­sul­tats en ma­tière de san­té parce que les Mé­tis au­ront ac­cès à des soins de san­té ef­fi­caces et adé­quats. Les fa­milles n’au­ront peut-être plus be­soin d’être sé­pa­rées parce qu’un de leurs membres doit voya­ger de longues dis­tances et de­meu­rer éloi­gné pour re­ce­voir des soins de san­té. En tant que gou­ver­ne­ment mé­tis, il est cru­cial que nous étu­diions les ser­vices de san­té à long terme dont pro­fitent les Pre­mières Na­tions. L’arrêt Da­niels 2016 de la Cour su­prême du Ca­na­da énonce clai­re­ment que nous de­vons être trai­tés de fa­çon juste et équi­table.

LO­GE­MENT

De plus, nous au­rons la ca­pa­ci­té ac­crue de né­go­cier un lo­ge­ment amé­lio­ré, abor­dable, viable, et sé­cu­ri­taire pour les ci­toyens mé­tis. Au lieu d’être une consi­dé­ra­tion se­con­daire amal­ga­mée aux mêmes postes bud­gé­taires que les autres groupes et or­ga­nismes gou­ver­ne­men­taux, nous au­rons le pou­voir d’éla­bo­rer des stra­té­gies à l’aide de me­sures et de points de ré­fé­rence qui re­flètent adé­qua­te­ment les réa­li­tés de nos villes et de nos vil­lages mé­tis, ain­si que les be­soins en ma­tière de lo­ge­ment de nos fa­milles.

EN­VI­RON­NE­MENT ET RES­SOURCES NA­TU­RELLES

Par exemple, un gou­ver­ne­ment au­to­nome per­met­tra aux Mé­tis de re­le­ver les pos­si­bi­li­tés de pro­tec­tion des res­sources et de mettre au point des ou­tils liés à une ges­tion res­pon­sable des res­sources hy­driques, ce qui pour­rait com­prendre l’ex­ploi­ta­tion de l’éco­tou­risme, la pêche, et le net­toyage des parcs et des ri­vières pour pro­té­ger et amé­lio­rer les frayères im­por­tantes. Un gou­ver­ne­ment au­to­nome pour­rait éga­le­ment si­gni­fier la mise au point de me­sures pour main­te­nir l’équi­libre entre l’éco­no­mie et l’en­vi­ron­ne­ment, ain­si que la pro­tec­tion des in­dus­tries ru­rales tra­di­tion­nelles dé­si­gnées par les ci­toyens mé­tis.

ÉDU­CA­TION

Les ci­toyens mé­tis ont in­di­qué que l’édu­ca­tion était un fac­teur pri­mor­dial de la réus­site de notre na­tion mé­tisse. La FMM a re­çu ces di­rec­tives des fa­milles, des aî­nés et des jeunes. Elle a été in­for­mée qu’il s’agis­sait de la prin­ci­pale prio­ri­té du gou­ver­ne­ment mé­tis. La FMM a dé­jà ga­ran­ti 21 mil­lions de dol­lars, mais ce n’est pas suf­fi­sant pour ré­pondre à tous nos be­soins en ma­tière d’édu­ca­tion. La créa­tion d’un gou­ver­ne­ment au­to­nome nous per­met­tra d’ob­te­nir plus de fonds pour faire en sorte que chaque ci­toyen mé­tis sou­hai­tant faire des études puisse le faire.

La créa­tion de pos­si­bi­li­tés éco­no­miques exi­ge­ra éga­le­ment un in­ves­tis­se­ment dans les sec­teurs de l’édu­ca­tion, de l’en­tre­pre­neu­riat et du dé­ve­lop­pe­ment com­mer­cial. Ces in­ves­tis­se­ments ai­de­ront nos ci­toyens à réa­li­ser leur ca­pa­ci­té de gain, ce qui amé­lio­re­ra les re­ve­nus dans les lo­ca­li­tés et les vil­lages au fur et à me­sure que notre peuple com­men­ce­ra à dé­pen­ser les re­ve­nus ga­gnés. Une col­lec­ti­vi­té plus riche si­gni­fie que les ci­toyens mé­tis peuvent in­ves­tir et ap­puyer les en­tre­prises et les mar­chés lo­caux, ce qui ren­force ain­si le bien-être so­cio-éco­no­mique de notre col­lec­ti­vi­té mé­tisse.

DÉ­VE­LOP­PE­MENT ÉCO­NO­MIQUE

Grâce à la di­rec­tion de Pré­sident Chartrand et du ca­bi­net de la FMM, nous avons été en me­sure de créer des pos­si­bi­li­tés éco­no­miques so­lides dans les sec­teurs de l’éner­gie et de la construc­tion. Nous avons pu in­ves­tir les mon­tants ga­gnés dans des pro­jets d’im­mo­bi­li­sa­tion. Par exemple, l’ar­gent que nous avons ga­gné par le biais de par­te­na­riats avec Ma­ni­to­ba Hy­dro a été ré­in­ves­ti dans des pro­jets d’im­mo­bi­li­sa­tion, comme l’aré­na de Saint-Laurent et des mo­nu­ments en l’hon­neur des vé­té­rans, comme ce­lui si­tué dans le vil­lage mé­tis de Ki­no­so­ta et ce­lui en construc­tion à Saint-Eus­tache.

De plus, MEDO Care Phar­ma­cy est en me­sure de four­nir des lu­nettes gra­tuites aux aî­nés mé­tis grâce aux re­ve­nus ac­cu­mu­lés. Plus le gou­ver­ne­ment mé­tis re­çoit de re­ve­nus, plus il pour­ra four­nir de ser­vices. Un gou­ver­ne­ment au­to­nome per­met de fa­ci­li­ter ces ini­tia­tives en aug­men­tant le mon­tant des in­ves­tis­se­ments au sein des en­tre­prises ré­gies par les Mé­tis.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.