L’im­pact des femmes

La Liberté - - SOCIÉTÉ -

Long­temps consi­dé­rée comme une pro­fes­sion d’hommes et gé­rée ex­clu­si­ve­ment par des hommes, la pro­fes­sion de pom­pier se fé­mi­nise de plus en plus. Et ce, à tous les ni­veaux.

Si les femmes res­tent lar­ge­ment mi­no­ri­taires, « elles sont de plus en plus nom­breuses à de­ve­nir of­fi­cier, et donc à prendre des rôles de lea­ders », se ré­jouit la pom­pière pro­fes­sion­nelle Anne Smith, el­le­même en for­ma­tion pour de­ve­nir of­fi­cier.

Un état de fait qui ap­porte dans les ca­sernes une nou­velle di­men­sion à l’ap­proche des pro­blèmes. « La grande dif­fé­rence entre hommes et femmes chez les pom­piers, c’est notre fa­çon de pen­ser les choses. Avec plus de femmes of­fi­ciers, nos ap­proches se di­ver­si­fient. Cette col­la­bo­ra­tion est ex­cel­lente, car on a tous des choses in­té­res­santes à apporter à la table. En­semble, on est plus ef­fi­caces. »

Les spé­ci­fi­ci­tés fé­mi­nines sont éga­le­ment da­van­tage re­con­nues. Anne Smith : « Avant, quand une femme pom­pière avait des en­fants, sa car­rière était fi­nie. Au­jourd’hui, on doit par­tir quand on est en­ceinte. Mais après la nais­sance, c’est beau­coup plus fa­cile de re­ve­nir. »

Ne res­te­rait plus qu’à adap­ter le ma­té­riel à la mor­pho­lo­gie de cha­cun des sexes. Car les te­nues de 75 livres, « à la longue, ça fait lourd! »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.