Le casse-tête du Centre Notre-Dame

La panne de sa ma­chine à fa­bri­quer de la glace montre à quel point le Centre Notre-Dame est au coeur de la vie so­ciale et spor­tive des Bo ni fa­ciens, jeunes et moins jeunes.

La Liberté - - SOCIÉTÉ - Daniel BAHUAUD dba­huaud@la-li­berte.mb.ca

Ray­mond Co­meault, le pré­sident du Centre Notre-Dame, contemple l’im­pact de la panne du 8 août : « Les équipes de ho­ckey de tous genres ont per­du ac­cès à leur pa­ti­noire. »

Autres consé­quences : la perte d’une ving­taine d’em­plois à temps par­tie let des re­ve­nus qui per­mettent au Centre Notre-Dame d’of­frir de la nou­velle pro­gram­ma­tion.

« Parce que nous gé­né­rons en­vi­ron 300 000 $ par an­née. Les quelque 100 000 $ de pro­fits nous aident à of­frir de nou­veaux pro­grammes. Heu­reu­se­ment, les or­ga­nismes pour­ront en­core uti­li­ser notre gym­nase. Les cours de danse en ligne, de yo­ga ou en­core d’es­crime pour­ront conti­nuer. Et les soi­rées de ci­né­ma pour jeunes. »

À la re­cherche d’une so­lu­tion ra­pide et viable, le CA du Centre a ren­con­tré Ma­thieu Al­lard, le conseiller mu­ni­ci­pal de SaintBo­ni­face,

ain­si que des fonc­tion­naires de la Ville de Win­ni­peg, no­tam­ment Bruce Ka­zen, su­per­vi­seur à la Di­vi­sion des ins­tal­la­tions mu­ni­ci­pales.

Ray­mond Co­meault : « On nous a de­man­dé de voir si une ré­pa­ra­tion était pos­sible. Même si nous sa­vions dé­jà en dé­cembre 2015 que la ma­chine de­vait être rem­pla­cée. Deux en­tre­prises re­con­nues par la Ville de Win­ni­peg ont in­di­qué qu’une pièce usa­gée pour­rait ré­pa­rer le

sys­tème, à un coût d’en­vi­ron 40 000 $, et qu’une pièce neuve vau­drait 70 000 $. Mais ce ne sont que des pan­se­ments tem­po­raires, qui n’as­su­re­ront pas l’ave­nir du sys­tème de fa­bri­ca­tion de glace.

« L’idéal se­rait une ma­chine à base d’am­mo­niaque. Le sys­tème est fiable et plus fa­cile à main­te­nir. Le coût to­tal d’en­vi­ron 1,2 mil­lion $ fait tou­te­fois ré­flé­chir. Un sys­tème au fréon coû­te­rait près de 460000$. C’est le choix qui nous plaît da­van­tage. Le Centre No­treDame

dis­pose d’un peu moins de 300 000 $ en ré­serve qu’il pour­rait consa­crer à cet achat. Ma­thieu Al­lard a pré­ci­sé qu’il pour­rait as­su­rer une par­tie du fi­nan­ce­ment en pui­sant dans le Fonds de ré­serve pour les ter­rains de la Ville. »

Ma­thieu Al­lard en­chaîne, en sou­li­gnant que « l’es­sen­tiel, c’est d’of­frir de la glace dès que pos­sible, étant don­né l’im­por­tance du Centre pour Saint-Bo­ni­face ».

L’avan­tage d’un sys­tème au fréon per­met­trait de pro­duire de la glace dès jan­vier. Ray­mond Co­meault pré­cise : « Les deux ou trois mois qui res­te­raient alors à la sai­son de ho­ckey nous per­met­traient de bien ro­der le nou­veau sys­tème. Avant tout, le si­gnal se­rait lan­cé aux équipes que nous pour­rions les ac­cueillir dès août 2019. Entre-temps, on pour­rait re­ce­voir au­tant de ho­ckeyeurs que pos­sible.

« Mais ça, ce n’est que la so­lu­tion à court et moyen terme. C’est une nou­velle ma­chine qui nous sor­ti­ra vrai­ment de la crise. Là est l’ave­nir du Centre No­treDame. »

Photos : Daniel Bahuaud

Ray­mond Co­meault, avec la fa­brique de glace ar­ti­fi­cielle de l’aré­na du Centre Notre-Dame. « Toute la com­mu­nau­té a été af­fec­tée. Les tout­pe­tits ne peuvent pas pa­ti­ner les ma­tins dans le cadre de notre pro­gramme du Club du dé­jeu­ner. Et Nos voi­sins du Col­lège Louis-Riel, les Voya­geurs, ne peuvent plus jouer ici. Sans même men­tion­ner les Tim­bits, âgés de sept et huit ans, et la équipes sé­niors, qui étaient ici en fin de se­maine. Ou en­core les Riel, l’équipe de ho­ckey ju­nior, qui vient de si­gner un contrat avec l’Ice­plex BellMTS. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.