Un re­mède mi­racle?

La Liberté - - SOCIÉTÉ -

Lyn­da Bal­neaves est pro­fes­seure as­so­ciée au Col­lège des sciences in­fir­mières de l’Uni­ver­si­té du Ma­ni­to­ba. La cher­cheuse étu­die les ef­fets du can­na­bis mé­di­cal de­puis dé­jà 11 ans.

« Ce que nous connais­sons du can­na­bis mé­di­cal est très en­cou­ra­geant. Mais il reste en­core beau­coup de re­cherche à faire. Les trois prin­ci­pales études sur le can­na­bis et la sclé­rose en plaques ef­fec­tuées au Ca­na­da et au Royaume-Uni notent une lé­gère amé­lio­ra­tion, non pas les grands bé­né­fices consta­tés par Joanne Gau­thierWiebe. Je ne la contre­dis pas. Je note tout sim­ple­ment que nous sommes au tout dé­but des re­cherches scien­ti­fiques. Le can­na­bis a long­temps été illé­gal, alors les en­quêtes mé­di­cales ont été plu­tôt li­mi­tées.

« Le sys­tème en­do­can­na­bi­noïde n’a été dé­cou­vert que dans les an­nées 1970. On sait que ce sys­tème, qui est re­lié à presque toutes les par­ties du corps, peut être sti­mu­lé par le can­na­bis pour ré­duire la dou­leur, l’in­flam­ma­tion et la nau­sée. La So­cié­té ar­thrite du Ca­na­da a ré­cem­ment consta­té qu’un nombre gran­dis­sant de per­sonnes s’en servent pour ré­duire la dou­leur, et li­mi­ter leur dé­pen­dance à d’autres mé­di­ca­ments, no­tam­ment les opia­cés.

« Les études semblent vou­loir in­di­quer que le can­na­bis peut ré­duire les taux de sucre chez les per­sonnes at­teintes de dia­bète. Dans cer­tains cas, du moins à court terme, le can­na­bis peut ré­duire la ten­sion ar­té­rielle. « La grande dif­fi­cul­té pour se mon­trer af­fir­ma­tif, à ce point-ci, c’est qu’il faut des études à long terme. La ten­sion ar­té­rielle pour­rait bel et bien aug­men­ter au fil des an­nées si on uti­lise du can­na­bis mé­di­cal. Il y en­core trop d’in­cer­ti­tudes. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.