Mettre la main à sa fu­ture mai­son

An­ta Mbaye, mère de trois en­fants et ori­gi­naire du Sé­né­gal, a tou­jours rê­vé d’être pro­prié­taire de sa mai­son. Grâce à Ha­bi­tat pour l’hu­ma­ni­té, ce rêve de­vien­dra bien­tôt réa­li­té.

La Liberté - - SOCIÉTÉ - Ma­nel­la VI­LA NO­VA mvi­la­no­va@la-li­berte.mb.ca

An­ta Mbaye et sa fa­mille ont quit­té le Sé­né­gal il y a huit ans. Elle se sou­vient en­core de son ar­ri­vée au Ca­na­da, le 24 no­vembre 2010. « On était en pleine tem­pête de neige. L’avion avait dû res­ter en vol, parce que le pi­lote ne pou­vait pas at­ter­rir. Il nous a dit : On va faire une pro­me­nade en at­ten­dant de pou­voir se po­ser. »

Dans la me­sure où le Sé­né­gal n’est pas un pays en guerre, elle n’a pas dis­po­sé du sta­tut de ré­fu­gié. « Mon beau-père et mon beau-frère, qui étaient dé­jà au Ca­na­da, nous ont spon­so­ri­sés. Je vou­lais ve­nir dé­cou­vrir le Ca­na­da, et don­ner plus de chances à mes en­fants pour leur ave­nir. »

Au Ma­ni­to­ba, An­ta Mbaye a sai­si les op­por­tu­ni­tés qui se sont pré­sen­tées. Elle tra­vaille comme aide-soi­gnante à Saint-Bo­ni­face et es­père ob­te­nir son di­plôme d’in­fir­mière de L’Uni­ver­si­té de Saint-Bo­ni­face. « En gé­né­ral, pour tra­vailler au Sé­né­gal, c’est la sé­gré­ga­tion. Il faut connaître quel­qu’un, ou être dé­jà riche pour s’en sor­tir. Ici, il suf­fit de vou­loir. Si tu es cou­ra­geux et dé­ter­mi­né, tu peux avoir ton gagne-pain. »

En 2016, la mère de fa­mille a en­ten­du par­ler d’Ha­bi­tat pour l’hu­ma­ni­té grâce à un ami. « Il m’a dit que l’or­ga­nisme construi­sait des mai­sons pour les fa­milles à faible re­ve­nu. Je suis par­tie prendre les for­mu­laires pour pos­tu­ler. Ils m’ont in­for­mée qu’il y avait en­vi­ron deux ans d’at­tente entre le dé­pôt du dos­sier et la construc­tion de la mai­son. »

Pour être sé­lec­tion­née, An­ta Mbaye de­vait ré­pondre à cer­tains cri­tères. « Il faut avoir des en­fants, un em­ploi stable pour pou­voir payer la mai­son, et ga­gner entre 26 000 et 58 000 $ par an. Dans le for­mu­laire, ils nous de­mandent dans quelle zone du Ma­ni­to­ba on sou­hai­te­rait ha­bi­ter, et ils nous contactent quand ils ont un em­pla­ce­ment dis­po­nible. J’avais de­man­dé Saint-Bo­ni­face, pour res­ter dans le quar­tier des écoles de mes en­fants. » Pour fa­ci­li­ter l’achat aux fa­milles, Ha­bi­tat pour l’hu­ma­ni­té rem­place le ver­se­ment ini­tial par des heures de bé­né­vo­lat. « J’avais dé­jà en­vi­sa­gé d’ache­ter une mai­son, mais c’était dif­fi­cile d’avoir d’avance 5 à 10 % de la to­ta­li­té du prix de la mai­son. Ici, je dois faire 500 heures de bé­né­vo­lat, que je peux ef­fec­tuer sur le ter­rain, au bu­reau ou au ma­ga­sin de l’or­ga­nisme. » La construc­tion de la mai­son d’An­ta Mbaye et de ses en­fants a dé­bu­té au mois de juin. « Sur le ter­rain, ils construisent trois uni­tés, pour trois fa­milles. Nous au­rons une mai­son avec quatre chambres et un jar­din. J’ai été bé­né­vole pour la construc­tion. Tu aides à bâ­tir la mai­son dans la­quelle tu vas ha­bi­ter. » C’était sa pre­mière ex­pé­rience du genre. « Je n’avais ja­mais fait de construc­tion, mais j’ai ap­pris beau­coup. J’ai plan­té beau­coup de clous. C’est une grande fier­té et un grand plai­sir de voir qu’on a contri­bué à construire sa propre mai­son. » Bi­ne­ta, Sey­na­bou et Bo­car Dial­lo, les trois en­fants d’An­ta Mbaye, ont aus­si ap­por­té leur contri­bu­tion. « Je les ai em­me­nés sur le site. Ils n’avaient pas le droit d’al­ler sur le chan­tier, mais ils ont ai­dé à la cui­sine. »

La mère de fa­mille a été très tou­chée­par­le­tra­vaildes bé­né­voles. « Je ne réa­li­sais pas à quel point c’était dif­fi­cile de tra­vailler sous le so­leil avant. Voir tous les bé­né­voles pré­sents, ça montre leur gé­né­ro­si­té. C’est vrai­ment beau d’avoir un or­ga­nisme comme Ha­bi­tat pour l’hu­ma­ni­té qui vient en aide aux fa­milles à re­ve­nus mo­destes. »

Pho­to : Ma­nel­la Vi­la No­va

De gauche à droite : An­ta Mbaye et ses en­fants, Bi­ne­ta, Sey­na­bou et Bo­car Dial­lo de­vraient pou­voir em­me­na­ger dans leur nou­velle mai­son d’ici jan­vier 2019.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.