Re­né Pi­ché : le point de vue d’un ex-Oblat

La Liberté - - DOSSIER -

Re­né Pi­ché a été or­don­né Père oblat en 1964 et a quit­té les ordres de son propre gré en 1972. Il sou­ligne qu’il a été for­mé dans « un monde com­plè­te­ment dif­fé­rent ». « En 1957, quand je suis ren­tré au no­vi­ciat à Le­bret, en Sas­kat­che­wan, il n’y avait au­cune éva­lua­tion psy­cho­lo­gique et au­cun sui­vi pour s’as­su­rer qu’on dis­qua­li­fie les pé­do­philes. Tu dis­cu­tais de tes dé­fis et de ta vie in­té­rieure avec ton prêtre avi­seur. Et c’était tout. « Les ho­mo­sexuels, tout comme les hé­té­ro­sexuels qui pou­vaient as­su­mer une vie de cé­li­bat étaient ac­cep­tés. Ceux qui ne le pou­vaient pas n’étaient pas ad­mis. Comme prêtre, tu fai­sais un voeu et tu le gar­dais. Ou tu quit­tais.

« Pour ce qui est de la pé­do­phi­lie, les scan­dales ac­tuels me ren­versent. Jeunes prêtres, on était très conscient de cette pa­role du Ch­rist dans l’Évan­gile de Ma­thieu : Si quel­qu’un scan­da­li­sait un de ces pe­tits qui croient en moi, il vau­drait mieux pour lui qu’on lui sus­pende une meule de mou­lin à son cou, et qu’on le jette au fond de la mer.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.