L’avis de Van­dal, Al­lard et Mayes

La Liberté - - URBANISME -

Da­niel Van­dal, dé­pu­té fé­dé­ral li­bé­ral de Saint-Bo­ni­face/Saint-Vi­tal

Pour l’an­cien site de Ca­na­da Pa­ckers, le pro­jet d’Olexa De­ve­lop­ment se­rait idéal. J’ai­me­rais trou­ver du fi­nan­ce­ment fé­dé­ral d’in­fra­struc­ture pour as­su­rer sa réa­li­sa­tion.

Je crois que les trois pa­liers gou­ver­ne­men­taux de­vraient en­vi­sa­ger le dé­mé­na­ge­ment des voies fer­rées à l’ex­té­rieur de Win­ni­peg. L’an­cien gou­ver­ne­ment pro­vin­cial néo-dé­mo­crate avait mis sur pied un groupe de tra­vail pour étu­dier la ques­tion. Le gou­ver­ne­ment Pal­lis­ter ne semble pas s’y in­té­res­ser. C’est clair que sans étude, on n’au­ra ja­mais les faits. Et on ne sau­ra ja­mais si l’idée est fai­sable.

Ma­thieu Al­lard, conseiller mu­ni­ci­pal de Saint-Bo­ni­face

Olexa De­ve­lop­ment peut ré­duire la zone tam­pon de 300 mètres. Il y a dif­fé­rents moyens per­mis dans les lignes di­rec­trices de la Ville de Win­ni­peg adop­tées en 2015. Comme ins­tal­ler un mur pro­tec­teur plus près des voies fer­rées.

L’idée de dé­mé­na­ger la cour de triage est in­té­res­sante. Je suis ou­vert à en dis­cu­ter. L’idée de dé­mé­na­ger la ligne Emer­son Win­ni­peg est éga­le­ment intrigante. Il fau­drait avoir un dé­sir de la part des com­pa­gnies fer­ro­viaires. Et un bud­get pour la re­lo­ca­li­sa­tion. Il fau­drait une ana­lyse chiffrée.

Brian Mayes, conseiller mu­ni­ci­pal de Saint-Vi­tal

Je connais Ro­bert Sca­let­ta, un homme cré­dible et in­tel­li­gent. L’idée de dé­mé­na­ger la ligne Emer­son-Win­ni­peg a beau­coup de mé­rite. Son éli­mi­na­tion ré­dui­rait les pro­blèmes de cir­cu­la­tion sur le bou­le­vard Gran­din. Ce qui fe­rait le bon­heur des ré­si­dents de Royal Wood, dans mon quar­tier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.