La mu­sique pour ré­pa­rer l’âme

De­nis Muk­wege, sur­nom­mé « l’homme qui ré­pare les femmes », do­ré­na­vant no­bé­li­sé, a croi­sé en 2011 le che­min d’un win­ni­pé­gois. Dar­cy Ata­man est un pro­duc­teur mu­si­cal, tout aus­si dé­voué à la cause des femmes vio­lées.

La Liberté - - HUMANITAIRE - Ma­rie BERCKVENS mber­ck­vens@la-li­berte.mb.ca

De­puis plus de 20 ans, le gy­né­co­logue De­nis Muk­wege soigne les vic­times de sé­vices sexuels et de mu­ti­la­tions gé­ni­tales en Ré­pu­blique dé­mo­cra­tique du Con­go. Ses pa­tientes, qui exigent plu­sieurs in­ter­ven­tions chi­rur­gi­cales, sont dé­truites phy­si­que­ment et mo­ra­le­ment. Après avoir ré­pa­ré le corps, que reste-t-il de l’âme?

Dans la pro­vince du Sud-Ki­vu, dans un hô­pi­tal de Bu­ka­vu, Dar­cy Ata­man a dé­ve­lop­pé un pro­gramme mu­si­cal ap­pe­lé Hea­ling in Har­mo­ny, en fran­çais,

Gué­rir en har­mo­nie (1). Ces femmes sur­vi­vantes d’un viol écrivent leurs propres com­po­si­tions, puis les chantent. En­suite, leurs créa­tions sont en­re­gis­trées dans un stu­dio em­mé­na­gé par Dar­cy Ata­man.

« Les femmes qui ont vé­cu un viol ont des dif­fi­cul­tés à par­ler de ce qui leur est ar­ri­vé. Là-bas, en Afrique, la cul­ture mu­si­cale est om­ni­pré­sente. Dans la zone de conflit, ces femmes sont très af­fec­tées. Mais au moins, leur ca­pa­ci­té de chan­ter les em­porte loin de toute cette agi­ta­tion. Et en plus, ça ne leur coûte rien. »

Dar­cy Ata­man avait ren­con­tré le doc­teur De­nis Muk­wege dans un hô­pi­tal de Bu­ka­vu, dans la pro­vince du Sud-Ki­vu. « Beau­coup de per­sonnes viennent dans la zone de conflit, prennent des pho­tos et ne re­viennent ja­mais. Ça m’a pris long­temps pour prou­ver au doc­teur que je ve­nais pour de bonnes rai­sons. » Cette an­née-là, ils dé­cident de tra­vailler en­semble. Un pro­jet qui prend du temps mais donne dé­jà des ré­sul­tats concrets. « Ça prend deux ans pour que les femmes sur­vi­vantes puissent avoir leur chi­rur­gie pour se sen­tir à nou­veau en­tière. C’est à cette étape de leur vie que nous in­ter­ve­nons, après le soin. À tra­vers le mo­dèle mu­si­cal qu’on a créé, on ré­duit le trau­ma­tisme. On tra­vaille sur le syn­drome post­trau­ma­tique, les ef­fets des dé­pres­sions. On aide ces femmes à se ré­in­té­grer dans la com­mu­nau­té, en par­lant des atro­ci­tés qu’elles ont vé­cues. »

2 500 femmes ont dé­jà par­ti­ci­pé au pro­gramme. Avec émo­tion, Dar­cy Ata­man se sou­vient de l’une d’elles : « Cette dame avait don­né nais­sance à deux bé­bés nés de deux viols dif­fé­rents. Le pre­mier a été en­voyé à sa grand-mère dans le vil­lage. Lors­qu’elle a mis au monde le deuxième, elle avait dit qu’elle n’ar­ri­ve­rait ja­mais à ai­mer ce bé­bé. La com­mu­nau­té l’a pous­sée et ai­dée. Avant de mon­ter sur scène, elle a pris le bé­bé. On est tous res­té bouche bée. Elle a don­né un ma­gni­fique concert et in­ter­pré­té des chan­sons qu’elle avait écrites. La com­mu­nau­té cé­lé­brait son his­toire en chan­tant et dan­sant. En pre­nant le bé­bé avec elle, elle a don­né sa chance à cet en­fant. »

Bou­le­ver­sé par les in­éga­li­tés entre les pays afri­cains et les pays in­dus­tria­li­sés, dès son pre­mier voyage, le pro­duc­teur mu­si­cal sen­tait qu’il n’avait qu’un choix : agir. « J’ai réa­li­sé que nous sommes com­plices, d’une cer­taine fa­çon. Ces femmes tra­vaillent dans les mines. La plu­part des viols se dé­roulent dans ces mines. Et les mi­né­raux qu’elles ré­coltent sont un élé­ment de nos té­lé­phones por­tables. Il y a des connexions entre elles et notre quo­ti­dien. »

Le Ma­ni­to­bain n’en­tend pas s’ar­rê­ter là. Avec le doc­teur Muk­wege, ils vont ou­vrir d’autres stu­dios de mu­sique, en Gui­née, en Afrique du Sud et en Ré­pu­blique cen­tra­fri­caine. Dar­cy Ata­man ai­me­rait éga­le­ment ser­vir l’hu­ma­ni­té d’ici, en ou­vrant un centre en Amé­rique du Nord. « Je suis un homme, je ne peux pas par­ler au nom des femmes. Mais je suis sûr qu’ici aus­si, il y a beau­coup de trau­ma­tismes qui ont be­soin d’être pris en compte, d’être éva­cués. »

Pho­to : Gra­cieu­se­té Dar­cy Ata­man

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.