Les Tigres sont main­te­nant en va­cances

La Nouvelle Union - - Annonces Classées - MATTHEW VACHON mva­chon@la­nou­velle.net

HO­CKEY. Les Tigres ont ten­té tant bien que mal de conte­nir le Ti­tan d’Aca­die-Ba­thurst, mais leur op­po­sant était trop fort. L’équipe des Bois-Francs s’est avouée vain­cue en quatre par­ties.

« Plus ça avan­çait, mieux nous avons joué. Les uni­tés spé­ciales ont fait la dif­fé­rence. Contre cette équipe, tu ne pou­vais pas avoir une crampe au cer­veau, car les joueurs étaient ex­ces­si­ve­ment ra­pides en contre-at­taque. Tu pou­vais do­mi­ner pen­dant une mi­nute en ter­ri­toire ad­verse et en­suite ils par­taient en contre-at­taque. J’ai vu de bonnes dé­fen­sives dans la ligue, mais celle-ci, no­tam­ment sur le mar­quage de nos joueurs. Il faut leur rendre cré­dit. Cette équipe a joué de la bonne fa­çon», a concé­dé l’en­traî­neur-chef des Tigres Louis Ro­bi­taille.

La ma­jo­ri­té des ob­ser­va­teurs avait pla­cé les Fé­lins dans la chaise de fa­vo­ris dans cette sé­rie. Si une vic­toire du Ti­tan était évi­dem­ment plau­sible, peu de per­sonnes au­raient osé pa­rier sur un ba­layage du Ti­tan. «Tu ne veux pas perdre en quatre par­ties évi­dem­ment. Est-ce que je peux dire que les joueurs n’ont pas tout ten­té au qua­trième match ? En tant qu’en­traî­neur, tu ne peux pas contrô­ler le ré­sul­tat, mais tu peux contrô­ler la ma­nière. Le ré­sul­tat est dé­ce­vant. Nous au­rions es­pé­ré mieux, mais je de­meure ex­trê­me­ment fier de ce groupe de joueurs en tant qu’en­traî­neur. »

« C’est dif­fi­cile à ava­ler. De­puis Noël, nous for­mons un groupe uni qui pous­sait dans la même di­rec­tion. C’est un sen­ti­ment dur à dé­crire. Nous nous sommes bat­tus contre nous-mêmes. Les bonds n’au­ront pas été né­ces­sai­re­ment fa­vo­rables pour nous. Notre équipe n’a tou­te­fois pas lâ­ché », a re­la­ti­vi­sé l’at­ta­quant Maxime Com­tois, au­teur de 12 points en 13 par­ties éli­mi­na­toires.

UNE DÉ­CEP­TION POUR L’OR­GA­NI­SA­TION

Bien que la conces­sion vic­to­ria­villoise a at­teint la de­mi-fi­nale pour une pre­mière fois de­puis 2010, elle au­rait évi­dem­ment es­pé­ré se rendre jus­qu’au bout puisque l’ob­jec­tif était de ra­me­ner la coupe du Pré­sident à Vic­to­ria­ville. «Les at­tentes étaient éle­vées à Vic­to­ria­ville. Nous avons connu un ex­cellent dé­but de sai­son, mais qui a été sui­vi d’un mois d’oc­tobre où nous avons si­gné trois vic­toires et sept dé­faites. Le doute a com­men­cé à s’ins­tal­ler. Après le mois de no­vembre, la sai­son a tour­né en dé­cembre. Nous avons vu la ré­si­lience de ce groupe et une équipe se for­mer. Il y a eu plu­sieurs pe­tites tem­pêtes à tra­ver­ser pour ter­mi­ner po­si­ti­ve­ment la sai­son. Le ré­sul­tat fi­nal est dif­fi­cile à ava­ler », a avoué Ro­bi­taille.

«Je suis dé­çu, car je ne crois pas que l’on mé­ri­tait de perdre cette sé­rie 4-0. Je suis d’avis que ça au­rait dû être 2-2 après le qua­trième match. La ligne est mince. Nous n’étions pas dans le coup lors des deux matchs à Ba­thurst tan­dis que nous n’avons pas été op­por­tu­nistes à Vic­to­ria­ville », a fait va­loir le ca­pi­taine Fé­lix Lau­zon.

UNE ÉQUIPE DI­MI­NUÉE PAR LES BLES­SURES

Tout le monde le sait, les sé­ries éli­mi­na­toires sont ex­ces­si­ve­ment exi­geantes pour les joueurs. LesTigres n’y au­ront pas fait ex­cep­tion avec plu­sieurs joueurs qui ont joué avec des bles­sures. «Pour être hon­nête, notre équipe était amo­chée. Plu­sieurs joueurs ont joué avec des bles­sures. Chase Har­well s’est fait cou­per le bout du doigt dans une porte avant le dé­but de la sé­rie contre Ba­thurst. Étienne Mont­pe­tit s’est fou­lé une che­ville avant une par­tie en jouant au bal­lon. Maxime Com­tois a plu­sieurs ec­chy­moses tan­dis que Vi­ta­lii Abra­mov avait les deux mains ban­dées. Il n’y avait tou­te­fois rien de ma­jeur comme des dé­chi­rures de li­ga­ments par exemple», a énu­mé­ré le pi­lote vic­to­ria­villois.

« J’ai joué avec une contu­sion au ge­nou as­sez sé­vère. Après la pre­mière par­tie, je ne pou­vais pas mettre de poids sur ma jambe. J’ai aus­si joué avec un mal de tête de­puis le coup qu’Oli­vier Ga­li­peau m’a don­né. J’ai aus­si joué avec une côte dé­pla­cée en pre­mière et en deuxième ronde. Je n’ai ja­mais vrai­ment été à 100% tout au long des sé­ries, mais ça fait par­tie du jeu», a ra­con­té le nu­mé­ro 44 des Tigres.

Ces sé­ries ont per­mis à Vic­to­ria­ville d’éta­blir une moyenne re­cord de 3080 spec­ta­teurs pour cha­cun les matchs éli­mi­na­toires dis­pu­tés au Co­li­sée Des­jar­dins.

(Pho­to De­nis Mo­rin)

Les Tigres ont dû bais­ser pa­villon en quatre par­ties dans leur sé­rie de­mi­fi­nale contre le Ti­tan d’Aca­die-Ba­thurst. C’était la pre­mière pré­sence dans le car­ré d’as de­puis 2010 pour les Tigres.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.