Le Ti­tan at­teint la fi­nale en cin­quième vi­tesse

La Nouvelle Union - - Annonces Classées - MATTHEW VACHON mva­chon@la­nou­velle.net

HO­CKEY. Épa­tant d’un bout à l’autre de ces quatre ren­contres, le Ti­tan d’Aca­die-Ba­thurst n’a lais­sé que des miettes aux Tigres de Vic­to­ria­ville. Les Aca­diens ac­cèdent à la fi­nale grâce à un ba­layage.

« Beau­coup de choses ont fait la dif­fé­rence dans cette sé­rie. Notre désa­van­tage nu­mé­rique a été très bon tan­dis que notre gar­dien Evan Fitz­pa­trick a fait les gros ar­rêts. Notre avan­tage nu­mé­rique nous a éga­le­ment don­né du rythme en dé­but de sé­rie. Le gar­dien Étienne Mont­pe­tit n’est pas le der­nier ve­nu et pour le battre, ça prend du tra­fic et des tirs de qua­li­té. Nous avons joué avec l’ur­gence de vaincre », a no­té l’en­traî­neur-chef Mario Pou­liot.

« Lors du qua­trième match, ils sont sor­tis avec l’éner­gie du déses­poir. Nous sommes donc fiers puisque nous avons tra­vaillé fort jus­qu’à la fin. Dé­fen­si­ve­ment, nous avons été très bons et nous avons mis beau­coup de pres­sions sur leurs dé­fen­seurs », a ana­ly­sé le ca­pi­taine aca­dien Jef­frey Tru­chon-Viel.

TRU­CHON-VIEL DO­MI­NANT

Au cours de cette sé­rie, les ama­teurs de ho­ckey de la ré­gion des Bois-Francs ont pu ob­ser­ver de près le tra­vail du ca­pi­taine Tru­chon-Viel. En quatre par­ties, il a ré­col­té huit points en plus de s’im­pli­quer gran­de­ment sur le plan phy­sique. « J’ai tra­vaillé fort, tout sim­ple­ment. J’ai joué mon rôle en me pla­çant de­vant le fi­let, ce qui m’a don­né beau­coup de buts. J’ai aus­si été dur sur l’échec-avant. C’est de là que vient mon suc­cès. »

UNE REN­CONTRE D’ÉQUIPE QUI A TOUT CHAN­GÉ

La for­ma­tion aca­dienne semble d’ailleurs en mis­sion de­puis qu’elle a vu les Sa­gue­néens de Chi­cou­ti­mi lui in­fli­ger deux dé­faites en pre­mière ronde. Celle-ci vogue pré­sen­te­ment sur une sé­quence de dix gains consé­cu­tifs, ce qui lui a per­mis au pas­sage de ba­layer le Phoe­nix de Sher­brooke puis les Tigres. Une ren­contre à l’is­sue du qua­trième match h contre Chi­cou­ti­mi a tout t chan­gé. « Nous avons un n groupe qui est à ma­tu­ri­té avec de bons vé­té­rans. Lors de cette ren­contre, j’avais été bref, mais d’autres ont pris la pa­role. De­puis ce temps, cer­tains battent la marche. Les ac­tions parlent plus que les pa­roles»

«Tous les joueurs se sont ren­con­trés en pre­mière ronde. Nous nous sommes re­gar­dés dans le blanc des yeux en sa­chant que si nous ne tra­vail­lions pas plus, nous n’irions pas loin. À par­tir de ce mo­ment, nous avons mis nos bottes de tra­vail et nous avons ar­rê­té de nous fier sur notre talent seule­ment», a es­ti­mé Tru­chon-Viel.

Le Ti­tan af­fron­te­ra main­te­nant le ga­gnant de l’autre sé­rie de­mi-fi­nale entre les Is­lan­ders de Char­lot­te­town et l’Ar­ma­da de Blain­ville-Bois­briand. Il s’agit de la qua­trième pré­sence en fi­nale de l’his­toire du Ti­tan.

(Pho­to De­nis Mo­rin)

Le Ti­tan a sor­ti le ba­lai pour ac­cé­der à la qua­trième fi­nale de son his­toire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.