2021 étu­diants en 2021 ? « On n’y ar­ri­ve­ra peut-être pas »

La Nouvelle Union - - La Une - HÉ­LÈNE RUEL hruel@la­nou­velle.net

ÉDU­CA­TION. Le pre­mier tour avait été « dé­ce­vant », a rap­pe­lé Ch­ris­tian Héon. Le se­cond a per­mis d’en­tre­voir des « em­bel­lies », a ren­ché­ri Paul Thé­riault. De telle sorte que la baisse du nombre de nou­veaux étu­diants au Cé­gep de Vic­to­ria­ville pour­rait être moins im­por­tante qu’an­non­cée au dé­but de mars.

Ain­si, au pre­mier tour d’ad­mis­sions, le Cé­gep de Vic­to­ria­ville s’était confron­té à une ré­duc­tion de 11,6 % du nombre des de­mandes par rap­port à l’an­née pré­cé­dente.

À l’is­sue du deuxième tour, le pour­cen­tage de la ré­duc­tion re­cu­le­rait à 9,6 %, le Cé­gep ayant ac­cueilli un to­tal de 918 de­mandes d’ad­mis­sion (pour les deux tours), com­pa­ra­ti­ve­ment à 1015 l’an­née pré­cé­dente.

Le di­rec­teur des études, Ch­ris­tian Héon, de­meure tou­te­fois pru­dent. Il n’est pas dit que ce nombre de 1015 de nou­veaux col­lé­giens et collégiennes se main­tien­dra jus­qu’à la ren­trée.

Il s’est tou­te­fois ré­joui qu’en­fin, l’École na­tio­nale du meuble et de l’ébé­nis­te­rie de Vic­to­ria­ville puisse of­frir son DEP en rem­bour­rage, ex­pé­ri­men­tant d’ailleurs une nou­velle for­mule avec en­trées conti­nues et sor­ties va­riables.

L’École du meuble s’est éga­le­ment at­ti­ré une dou­zaine de de­mandes sup­plé­men­taires, dont plu­sieurs en pro­ve­nance de la Tu­ni­sie. Ch­ris­tian Héon a dit sou­hai­ter que cette fois, les étu­diants puissent ob­te­nir leur vi­sa, ce qui avait été com­pli­qué l’an der­nier.

Le deuxième tour a éga­le­ment aug­men­té le nombre de de­mandes d’ad­mis­sion en sciences hu­maines (26 de plus) et en agri­cul­ture bio­lo­gique (une ving­taine de de­mandes sup­plé­men­taires) et à l’École na­tio­nale du meuble de Mon­tréal (16)

« DES JEUNES QUI N’EXISTENT PAS ! »

Cette cible de « 2021 étu­diants en 2021 », dont le di­rec­teur gé­né­ral Paul Thé­riault a dé­jà dit qu’il en fai­sait son « ob­ses­sion » (https://bit.ly/2rdnd6h), pa­raît de plus en plus dif­fi­cile à at­teindre. « On n’y ar­ri­ve­ra peut-être pas », a-t-il ad­mis.

Ce qui le ré­con­forte c’est de consta­ter que les ef­forts portent ses fruits, no­tam­ment à l’École du meuble et en agri­cul­ture. Mais le Cé­gep ne dé­tient au­cun pou­voir sur la dé­mo­gra­phie, ne pou­vant ac­cueillir entre ses murs « des jeunes qui n’existent pas », a dit M. Thé­riault.

Plus en­core, a ajou­té l’ad­mi­nis­tra­trice Vir­gi­nie Bo­nu­ra, le plein em­ploi dans la ré­gion n’in­cite pas les jeunes à pour­suivre leur for­ma­tion, pou­vant ra­pi­de­ment s’in­té­grer au mar­ché du tra­vail.

(Pho­to www.la­nou­velle.net)

De gauche à droite, Paul Thé­riault, Ch­ris­tian Héon et Vir­gi­nie Bo­nu­ra

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.