Ma­ryanne Doyon et Charles-An­toine

La Nouvelle Union - - La Une - CHARLES-AN­TOINE GA­GNON ca­ga­gnon@la­nou­velle.net

RE­CON­NAIS­SANCE. Le Cé­gep de Vic­to­ria­ville a fait de Ma­ryanne Doyon et de Charles-An­toine Bes­ner ses per­son­na­li­tés de l’an­née, lun­di soir, à l’oc­ca­sion de son tra­di­tion­nel ga­la Mé­ri­tas au gym­nase de l’école.

Les deux étu­diants disent avoir été sur­pris de rem­por­ter ce pres­ti­gieux prix. En ap­pre­nant avoir été sé­lec­tion­nés par­mi les trois fi­na­listes dans leur ca­té­go­rie, ils sont mon­tés sur scène afin de ré­cu­pé­rer un tro­phée et prendre une pho­to pour im­mor­ta­li­ser le mo­ment. Émus par cette marque de re­con­nais­sance, Ma­ryanne et Charles-An­toine ont en­suite eu l’oc­ca­sion d’adres­ser quelques mots aux gens pré­sents dans la salle. Tous deux en ont pro­fi­té pour par­ler de l’im­por­tance de s’im­pli­quer, peu im­porte la ma­nière, pen­dant son par­cours col­lé­gial.

«Peu im­portent ses in­té­rêts, que ce soit dans le mi­lieu cultu­rel, spor­tif ou as­so­cia­tif, il y a toutes sortes de formes d’im­pli­ca­tion. Si on veut que le mi­lieu dans le­quel on évo­lue soit vi­vant et sti­mu­lant, c’est im­por­tant de s’im­pli­quer », croit le ré­ci­pien­daire du prix chez les gar­çons. Na­tif de Ma­ni­wa­ki, en Ou­taouais, ce der­nier s’est ins­tal­lé dans la ré­gion afin de suivre une for­ma­tion en agri­cul­ture bio­lo­gique. À l ’ex­té­rieur des cours, il s’en­gage dans le co­mi­té d’éco­lo­gie et d’ac­tions so­ciales et ce­lui de la di­ver­si­té sexuelle et de genre. On peut aus­si comp­ter sur cet étu­diant de deuxième an­née au sein de l’équipe du jour­nal étu­diant «L’In­culte», dont les édi­tions pa­raissent uni­que­ment en ver­sion pa­pier.

Se­lon lui, la ma­nière dont il s’y prend afin de mo­ti­ver les autres étu­diants à s’en­ga­ger a pu jouer en sa fa­veur dans le choix du co­mi­té de sé­lec­tion. «Dans les pro­jets que j’en­tre­prends, j’es­saie de ser­vir de sti­mu­la­teur pour qu’on soit de plus en plus de monde à s’im­pli­quer. Le Cé­gep est vrai­ment un bon contexte où le faire.»

EN­GA­GE­MENT SPOR­TIF

Ma­ryanne re­çoit aus­si son prix avec beau­coup de fier­té. L’étu­diante en Sciences de la na­ture pour­sui­vra ses études à l’Uni­ver­si­té La­val en ki­né­sio­lo­gie l’au­tomne pro­chain. Cette dis­tinc­tion lui per­met donc de com­plé­ter son par­cours col­lé­gial de très belle fa­çon. La Vic­to­ria­villoise a ac­cor­dé beau­coup de temps aux Vul­kins au cours de la der­nière an­née. Elle s’est no­tam­ment en­ga­gée dans l’or­ga­ni­sa­tion du ga­la de fin d’an­née et de la pre­mière édi­tion de l’événement «La Nuit spor­tive Vul­kins», ame­né à de­ve­nir une tra­di­tion.

Éga­le­ment membre de l’équipe de rugby du Cé­gep, l’étu­diante es­time que de col­la­bo­rer à la réa­li­sa­tion de dif­fé­rents pro­jets rend les an­nées pas­sées sur les bancs d’école beau­coup plus in­té­res­santes. Son éner­gie lui a per­mis de se dé­mar­quer pour l’ob­ten­tion du prix, croit- elle. «J’ai tou­jours des idées. Qu’elles soient bonnes ou mau­vaises, je ne me gêne pas pour les ex­pri­mer.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.