Lo­cha­ber-par­tie-ouest ac­cu­sée de vou­loir frei­ner le dé­ve­lop­pe­ment

La Petite-Nation - - ACTUALITÉS - LOUIS-CHARLES POU­LIN lc­pou­lin@lexis­me­dia.ca

UR­BA­NISME. Un nombre re­cord de ci­toyens se sont pré­sen­tés à Lo­cha­ber­par­tie-ouest pour la consul­ta­tion publique por­tant sur cer­taines mo­di­fi­ca­tions que compte ap­por­ter la mu­ni­ci­pa­li­té à son plan d’ur­ba­nisme et au zo­nage.

L’au­dience était en ma­jo­ri­té com­po­sée de pro­mo­teurs et de pro­prié­taires mé­con­tents, prin­ci­pa­le­ment en rai­son de l’adop­tion des pro­jets de rè­gle­ments 322-18 et 325-18 en­té­ri­nés par le con­seil mu­ni­ci­pal le 8 jan­vier. La séance de consul­ta­tion publique s’est, donc, dé­rou­lée dans un cli­mat de ten­sion. «Lo­cha­ber-par­tie-ouest veut mettre la hache dans le dé­ve­lop­pe­ment», es­time un pro­prié­taire et dé­ve­lop­peur, Ber­nard Ar­se­nault. Il ac­cuse éga­le­ment la mu­ni­ci­pa­li­té de vou­loir pro­cé­der à une «ex­pro­pria­tion dé­gui­sée» avec les mo­di­fi­ca­tions pro­po­sées. «On a des en­droits où on se­rait prêts à construire, mais en ce mo­ment on ne peut rien vendre et on se trouve avec une va­leur à zé­ro de cer­tains in­ves­tis­se­ments qu’on a faits», men­tionne Maude La­rose des Cons­truc­tions Ala­ro. Ceux-ci font par­tie d’un re­grou­pe­ment d’une di­zaine de pro­prié­taires de ter­rains qui ont man­da­té un consul­tant en ur­ba­nisme, un avo­cat, un comp­table ain­si qu’un ar­pen­teur pour ana­ly­ser les mo­di­fi­ca­tions que sou­haite ap­por­ter la mu­ni­ci­pa­li­té.

Le pro­jet de rè­gle­ment 322-18 porte sur le lo­tis­se­ment (rè­gle­ment 235-00) et a pour ob­jec­tif de faire pas­ser la su­per­fi­cie mi­ni­male des nou­veaux lots à l’in­té­rieur de la zone Fo­res­tière de pro­duc­tion (FOP-A) de deux acres à quatre acres. Ce­la a pour but de préserver le cou­vert fo­res­tier pour di­vers bé­né­fices, de s’ins­crire dans une pers­pec­tive de dé­ve­lop­pe­ment du­rable et d’as­su­rer de gar­der la qua­li­té de vie des ci­toyens, in­dique le maire de la mu­ni­ci­pa­li­té, Pierre Re­naud. «Les gens veulent ha­bi­ter la cam­pagne et conser­ver leur tran­quilli­té. Ils l’ont in­di­qué dans un son­dage en 2013 et ils me l’ont dit pen­dant mon porte-à-porte», af­firme-t-il en pré­ci­sant que les pro­prié­taires ac­tuels pos­sèdent un droit ac­quis qui leur per­met tout de même de construire sur leur ter­rain même s’il est moins de quatre acres. «Tout le monde peut ache­ter des ter­rains de quatre acres […] Je ne vois pas de pro­blé­ma­tique», es­time-t-il.

Pour sa part, le pro­jet de rè­gle­ment 325-18 porte sur le zo­nage (rè­gle­ment 235-00) et vise à adop­ter une nou­velle norme d’im­plan­ta­tion pour les bâ­ti­ments à proxi­mi­té de l’au­to­route 50, entre autres, dans le but de ré­duire les pro­blèmes re­liés à la so­no­ri­té. «On veut évi­ter des pro­blèmes fu­turs […] On ne veut pas avoir à se payer un mur an­ti­bruit dans le fu­tur», ex­plique le maire. Ain­si, la mu­ni­ci­pa­li­té sou­haite in­ter­dire la construc­tion de nou­veaux bâ­ti­ments à moins de 200 mètres de l’em­prise de l’au­to­route, ce qui est loin de faire l’af­faire des pro­prié­taires concer­nés. Ce­pen­dant, M. Re­naud se dit ou­vert à re­con­si­dé­rer sa po­si­tion et pos­si­ble­ment ré­duire la dis­tance entre les bâ­ti­ments et l’au­to­route. Lors de la consul­ta­tion publique, il a été men­tion­né qu’il se­rait pro­ba­ble­ment pos­sible de ré­duire la dis­tance jus­qu’à 125 mètres comme le per­met le sché­ma d’amé­na­ge­ment de la MRC de Pa­pi­neau. De plus, le maire re­con­nait qu’il fau­drait un droit ac­quis, ce qui n’est pas le cas pré­sen­te­ment, pour les pro­prié­taires de ter­rains qui sont dé­jà à moins de 200 mètres de l’ar­tère rou­tier. «On va dis­cu­ter de ça au pro­chain cau­cus et on de­vrait ar­ri­ver avec une mo­di­fi­ca­tion au pro­chain con­seil de fé­vrier», in­forme-t-il.

Le re­grou­pe­ment de pro­mo­teurs et de pro­prié­taires es­père que la mu­ni­ci­pa­li­té re­ver­ra ses po­si­tions concer­nant plu­sieurs élé­ments qu’elle sou­haite mettre en vi­gueur. Ceux-ci es­timent que l’adop­tion de ces nou­veaux rè­gle­ments pour­rait leur faire perdre aux alen­tours de 12 mil­lions $ en ventes po­ten­tielles au to­tal. Ils es­timent aus­si que les mo­di­fi­ca­tions pour­raient re­pré­sen­ter une perte de 375 000 $ an­nuel­le­ment au ni­veau des re­ve­nus de taxa­tion de la mu­ni­ci­pa­li­té.

Pour fi­nir, la mu­ni­ci­pa­li­té a fait sa­voir que, se­lon ses es­ti­ma­tions, l’adop­tion des rè­gle­ments pro­po­sés ne vien­drait pas mettre la «hache» dans le dé­ve­lop­pe­ment, puis­qu’il y au­rait suf­fi­sam­ment d’en­droits pour construire des ré­si­dences pour en­core long­temps. Le maire confie être heu­reux du nombre de ci­toyens qui se sont pré­sen­tés pour s’ex­pri­mer et dit com­prendre les in­quié­tudes de la po­pu­la­tion. «On va prendre les com­men­taires et re­gar­der avec l’ur­ba­nisme pour voir s’il y a des mo­di­fi­ca­tions à ap­por­ter ou pas», conclut-il.

(Photo La Pe­tite-na­tion – Louis-charles Pou­lin)

Le maire, Pierre Re­naud, était ac­com­pa­gné par le consul­tant en ur­ba­nisme, l’ins­pec­trice en bâ­ti­ment et le di­rec­teur gé­né­ral de Lo­cha­ber-par­tie-ouest pour ré­pondre aux ques­tions des ci­toyens lors de la consul­ta­tion publique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.