LAIT NOU­VELLES

La Terre de chez nous - - LAIT - JEAN-CHARLES GA­GNÉ

Sa­pu­to

Le géant lai­tier ca­na­dien Sa­pu­to a en­re­gis­tré un bé­né­fice net de 155 M$ pour le tri­mestre ter­mi­né le 31 dé­cembre der­nier, en hausse de 7 % sur la même pé­riode l’an pas­sé. Le chiffre d’af­faires com­pa­ra­tif de ces 2 tri­mestres a pro­gres­sé de 20 % pour at­teindre 2,8 G$. Pour les 3 tri­mestres com­plé­tés de l’exer­cice fi­nan­cier en cours, Sa­pu­to a en­cais­sé des pro­fits de 456 M$, en hausse de 10 % sur la même pé­riode l’an der­nier. Les ventes se sont ap­pré­ciées de 1,4 G$ du­rant ces 9 mois pour to­ta­li­ser 8 G$, no­tam­ment en rai­son des ac­qui­si­tions de Scots­burn dans les Ma­ri­times et de Warr­nam­bool en Aus­tra­lie.

In­dus­trie lai­tière

L’in­dus­trie lai­tière a contri­bué à hau­teur de 19,4 G$ au pro­duit in­té­rieur brut (PIB) du Ca­na­da en 2013, en hausse de 18 % par rap­port à 2009. Elle a gé­né­ré des re­cettes fis­cales de 3,7 G$ (+13 %) au cours de cette pé­riode. Le Qué­bec et l’On­ta­rio as­sument la part du lion des re­tom­bées éco­no­miques avec plus de 70 % des em­plois et du PIB gé­né­rés par cette in­dus­trie. C’est ce que ré­vèle la mise à jour faite par ÉcoRes­sources et pré­sen­tée aux Pro­duc­teurs lai­tiers du Ca­na­da (PLC), le 5 fé­vrier der­nier, à Ot­ta­wa.

Crème gla­cée

La de­mande pour la crème gla­cée a beau être en ré­gres­sion au Ca­na­da, elle s’est quand même chif­frée à 76 G$ US en 2013 à l’échelle pla­né­taire. Et les pro­jec­tions veulent que ce cré­neau dé­passe les 100 G$ US en 2019. C’est par ailleurs au Ja­pon que l’on trouve les in­no­va­tions les plus mar­quantes, avec des sa­veurs à base de vin rouge ou de lé­gumes.

Re­cherche

Ot­ta­wa va in­ves­tir 3 M$ pour mettre sur pied un centre de re­cherche et d’in­no­va­tion de pro­duits lai­tiers de ca­libre mon­dial à l’Uni­ver­si­té de Guelph, en On­ta­rio. Le mi­nistre Gerry Ritz en a fait l’an­nonce le 15 jan­vier der­nier, lors de l’as­sem­blée an­nuelle des Pro­duc­teurs de lait de l’On­ta­rio (Dai­ry Far­mers of On­ta­rio), jour de leur 50e an­ni­ver­saire. Cette somme s’ajoute aux 20 M$ ver­sés à cette fin par le gou­ver­ne­ment de l’On­ta­rio ain­si qu’au mil­lion de dol­lars consen­ti par les pro­duc­teurs. Un autre mil­lion pro­vient d’autres ac­teurs de l’in­dus­trie lai­tière. Le nou­veau centre, si­tué à Elo­ra, ef­fec­tue­ra de la re­cherche en san­té, en re­pro­duc­tion, en ali­men­ta­tion, en bien-être ani­mal ain­si qu’en créa­tion de pro­duits lai­tiers à va­leur ajou­tée.

No­mi­na­tions

Élise Gos­se­lin, agro­nome et dé­ten­trice d’une maî­trise, as­sume dé­sor­mais la di­rec­tion gé­né­rale de No­va­lait, pro­prié­té des pro­duc­teurs et des trans­for­ma­teurs lai­tiers du Qué­bec. Mme Gos­se­lin est en poste chez No­va­lait de­puis l’an 2000 comme co­or­don­na­trice de va­lo­ri­sa­tion. Elle cumule plus de 20 ans d’ex­pé­rience en ges­tion de la re­cherche et trans­fert des ré­sul­tats. Chez les PLC, Ca­ro­line Émond a suc­cé­dé à Ri­chard Doyle à la di­rec­tion gé­né­rale le 19 jan­vier der­nier. Mme Émond a tra­vaillé chez les PLC de 1998 à 2006, comme di­rec­trice ad­jointe Com­merce in­ter­na­tio­nal et comme re­pré­sen­tante du GO5 à l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale du com­merce. Avo­cate de for­ma­tion, elle pos­sède plus de 20 ans d’ex­pé­rience comme lob­byiste au­près des sys­tèmes po­li­tiques et lé­gis­la­tifs ca­na­dien, amé­ri­cain et eu­ro­péen.

Sou­tien

Le pro­gramme Coo­pe­ra­tives Wor­king To­ge­ther (CWT) conti­nue d’ai­der les pro­duc­teurs et les trans­for­ma­teurs lai­tiers des États-Unis à ex­por­ter leurs pro­duits. Ce pro­gramme a per­mis d’ex­por­ter 4,4 mil­lions de livres de fro­mage et 14,4 mil­lions de livres de beurre vers 14 pays ré­par­tis sur 4 conti­nents. Ces ventes équi­valent à 365 mil­lions de livres de lait sur la base de la ma­tière grasse. Ces ex­por­ta­tions contri­buent à aug­men­ter la de­mande de pro­duits lai- tiers amé­ri­cains et à main­te­nir le prix du lait à la ferme. CWT est fi­nan­cé à par­tir de contri­bu­tions vo­lon­taires ver­sées par les co­opé­ra­tives lai­tières et par des agri­cul­teurs.

Pas payés

Plus de 1 000 pro­duc­teurs du Royaume-Uni ont dû com­po­ser avec un re­tard de 2 se­maines pour le paie­ment de leur lait le 12 jan­vier der­nier et tous leurs paie­ments se­ront dé­ca­lés d’une quin­zaine pour le reste de l’an­née. Leur co­opé­ra­tive, First Milk, s’est en ef­fet re­trou­vée in­ca­pable de les payer à temps en rai­son de la chute de plus de 50 % des prix des pro­duits lai­tiers sur les mar­chés mon­diaux, dou­blée de la guerre de prix que se livrent les su­per­mar­chés bri­tan­niques. Le pré­sident de la Na­tio­nal Far­mers Union, Meu­rig Ray­mond, a in­vi­té les su­per­mar­chés à s’ap­pro­vi­sion­ner da­van­tage en pro­duits lai­tiers fa­bri­qués au pays. « Nous im­por­tons tou­jours quelque 100 000 tonnes de ched­dar, 350 000 tonnes de fro­mages doux et 100 000 tonnes de beurre et notre bilan est pire en ce qui concerne le yo­gourt », a-t-il dit.

Plus de 100 vaches

Le nombre d’ex­ploi­ta­tions lai­tières ayant plus de 100 vaches pour­rait dou­bler en France d’ici 2020 pour s’éle­ver à 32 % du to­tal. En Grande-Bre­tagne, 80 % des fermes sont dé­jà dans cette ca­té­go­rie. La con­cen­tra­tion de la pro­duc­tion de­vrait donc s’ac­croître dans les an­nées qui viennent. C’est ce qu’a avan­cé ré­cem­ment le cher­cheur Ch­ris­tophe Per­rot, de l’Idele – Ins­ti­tut de l’éle­vage. La pro­duc­tion lai­tière, en hausse de 10 % de­puis 2006 grâce à l’as­sou­plis­se­ment du ré­gime des quo­tas, a di­mi­nué de 22 % dans le sud-ouest de l’Hexa­gone.

Les États-Unis ont ex­por­té 14,4 mil­lions de livres de beurre vers 14 pays grâce à un pro­gramme d’aide.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.