USDA Out­look: une bonne an­née en perspective

La Terre de chez nous - - LA UNE - JU­LIE MER­CIER

Après les re­cords de 2014, l’agri­cul­ture amé­ri­caine de­vrait perdre un peu de vi­gueur en 2015. Les pré­vi­sions pour la pro­chaine an­née de pro­duc­tion de­meurent néan­moins po­si­tives.

Le 19 fé­vrier se te­nait le fo­rum agri­cole Out­look du dé­par­te­ment amé­ri­cain de l’Agri­cul­ture (USDA) à Ar­ling­ton en Vir­gi­nie, la confé­rence agri­cole qui dresse le por­trait de ce que se­ra le mar­ché nord-amé­ri­cain en 2015.

Après les re­cords de 2014, l’USDA pré­voit une baisse des su­per­fi­cies culti­vées en soya (-0,2 %) et en maïs (-1,8 %). Le blé de­vrait suivre la même ten­dance (-2,3 %). Pour 2015, les ÉtatsU­nis de­vraient ain­si plan­ter 89 mil­lions d’acres en maïs, 83,5 mil­lions en soya et 55,5 mil­lions en blé.

Au cha­pitre des prix, l’éco­no­miste en chef de l’USDA, Rob Jo­hans­son, pré­dit une di­mi­nu­tion du cours des grains. Pour 2015-2016, le maïs de­vrait pour­suivre sa des­cente à en­vi­ron 3,50 $/bu. Ce­la confirme la ten­dance conti­nue en­re­gis­trée de­puis 2012-2013, où le prix du maïs avait at­teint les 6,89 $/bu. Le soya de­vrait su­bir le même sort avec des pré­vi­sions de 9 $/bu pour 2015-2016, com­pa­ra­ti­ve­ment aux 10,20 $/bu de 2014-2015. « Les prix des grandes cultures ont di­mi­nué si­gni­fi­ca­ti­ve­ment par rap­port aux re­cords des der­nières an­nées, mais ils de­meurent bien au-des­sus des va­leurs du dé­but des an­nées 2000 », a fait re­mar­quer M. Jo­hans­son lors de la confé­rence.

Pour ce qui est des ex­por­ta­tions, 2015 de­vrait pas­ser à l’his­toire comme la deuxième meilleure an­née, tout juste der­rière 2014, avec une va­leur de plus de 141 G$. La Chine de­vrait de­meu­rer la des­ti­na­tion numéro un des cultures amé­ri­caines. Wa­shing­ton mise aus­si sur les éven­tuels ac­cords de li­breé­change avec l’Union européenne et le Par­te­na­riat trans­pa­ci­fique pour gon­fler ses ventes sur le mar­ché mon­dial.

Éle­vages

La baisse des coûts d’ali­men­ta­tion de­vrait per­mettre à la pro­duc­tion amé­ri­caine de viande d’at­teindre de nou­veaux som­mets. Les sec­teurs du porc (+5,5 %) et de la vo­laille (+3,6 %) contri­bue­ront lar­ge­ment à cette hausse. La pro­duc­tion de boeuf de­vrait de­meu­rer stable. Après avoir at­teint son plus bas ni­veau au cours des 60 der­nières an­nées, le chep­tel bo­vin amé­ri­cain re­monte tran­quille­ment la pente. En jan­vier der­nier, il af­fi­chait une maigre aug­men­ta­tion de 1,4 % par rap­port à l’an­née pré­cé­dente.

Pour 2015, les prix du porc et du lait de­vraient perdre plus du quart de leur va­leur par rap­port à 2014. À l’op­po­sé, le prix des bou­villons de­vrait fra­cas­ser les re­cords (162 $/lb car­casse), un bond de près de 5 %. Les ex­por­ta­tions de viande de­vraient de­meu­rer à des ni­veaux si­mi­laires à ceux de 2014, alors que celles des pro­duits lai­tiers de­vraient dé­cli­ner.

Re­ve­nu à la ferme

En 2015, le re­ve­nu net moyen de­vrait flé­chir pour at­teindre 73,6 G$, son plus bas ni­veau de­puis 2007. Ce dé­clin des re­ve­nus à la ferme de­vrait être amor­ti en par­tie par le cous­sin de sé­cu­ri­té of­fert par les nou­veaux pro­grammes de sou­tien, pré­vus au Farm Bill. De plus, l’équi­té moyenne des agri­cul­teurs amé­ri­cains se si­tue à son plus haut de­puis le dé­but du cal­cul de la pro­fi­ta­bi­li­té en 1960. « De fa­çon gé­né­rale, la san­té fi­nan­cière du sec­teur agri­cole de­meure forte, alors que s’amorce une pé­riode de prix des grains plus faibles », a ré­su­mé l’éco­no­miste en chef de l’USDA. Les re­ve­nus his­to­riques en­gran­gés de 2012 à 2014 ont été in­ves­tis en achat de mar­chan­dises, de ma­chi­ne­rie et de terre. D’ailleurs, la va­leur des terres de­vrait di­mi­nuer d’à peine 1 % en 2015.

À court terme, quelques fac­teurs in­fluen­ce­ront l’éco­no­mie agri­cole, no­tam­ment la di­mi­nu­tion des prix du pé­trole brut et du gaz na­tu­rel, la baisse des coûts de trans­port et la vi­gueur re­trou­vée de la de­vise amé­ri­caine.

La san­té fi­nan­cière du sec­teur agri­cole

de­meure forte.

À l’oc­ca­sion de la 91e édi­tion du fo­rum agri­cole Out­look de l’USDA, l’éco­no­miste en chef de l’USDA, Rob Jo­hans­son, a pré­dit une conjonc­ture fa­vo­rable en 2015.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.