Pa­ra­dis am­pute la for­ma­tion conti­nue

La Terre de chez nous - - FORMATION - ÉTIENNE DU­PUIS

Dans une lettre en­voyée la se­maine der­nière à la table de concer­ta­tion des Col­lec­tifs ré­gio­naux en for­ma­tion agri­cole (CRFA), Pierre Pa­ra­dis a an­non­cé sans pré­avis que son mi­nis­tère sa­brait sa contri­bu­tion à la for­ma­tion conti­nue en agri­cul­ture pour l’an­née fi­nan­cière en cours. Le mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture, des Pê­che­ries et de l’Ali­men­ta­tion du Qué­bec (MAPAQ) coupe 45 000 $ des 145 000 $ qu’il de­vait ver­ser aux CRFA cette an­née. « C’est dra­ma­tique parce que l’ar­gent est dé­jà dé­pen­sé, a ex­pli­qué le pré­sident de la table de concer­ta­tion, Ma­rio Thé­berge. Ce se­ra tout un cas­se­tête de bou­cler les bud­gets. »

Le pré­sident ne cache pas sa co­lère et s’in­quiète pour la sur­vie du Plan de sou­tien en for­ma­tion agri­cole (PSFA). Dans sa lettre, Pierre Pa­ra­dis af­firme que son mi­nis­tère com­mu­ni­que­ra avec M. Thé­berge « concer­nant la pour­suite [du] par­te­na­riat ».

« Il coupe son aide en par­tie cette an­née, mais il est clair qu’il est en train de remettre en ques­tion tout le pro­gramme », dé­plore Ma­rio Thé­berge. Pour lui, cette com­pres­sion est d’au­tant plus ré­vol­tante qu’elle vient du MAPAQ. Les deux autres bailleurs de fonds du PSFA, le mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion et la Com­mis­sion des par­te­naires du mar­ché du tra­vail, ont tous deux confir­mé leur contri­bu­tion de 145 000 $ pour l’an­née en cours. « On est de­vant un mi­nistre qui veut se ca­cher, s’in­digne le pré­sident de la table de concer­ta­tion. Il vient nous dire de­vant le congrès de l’Union des pro­duc­teurs (UPA) qu’on doit conti­nuer à être per­for­mants et il coupe dans la for­ma­tion en­suite. »

Une coupe dans l’ave­nir

Ap­pe­lé à com­men­ter la dé­ci­sion du mi­nistre de l’Agri­cul­ture, le di­rec­teur de l’Ob­ser­va­toire com­pé­tences-em­plois sur la for­ma­tion conti­nue et le développement des com­pé­tences de l’Uni­ver­si­té du Qué­bec à Mon­tréal, Paul Bé­lan­ger, n’a pas mâ­ché ses mots. « C’est ab­surde, ex­plique-t-il. Cou­per dans la for­ma­tion, c’est cou­per dans l’ave­nir. » Pour le pro­fes­seur, le suc­cès de l’agri­cul­ture passe par l’in­no­va­tion. Les agri­cul­teurs ont tou­te­fois be­soin de for­ma­tion pour avoir ac­cès aux nou­velles tech­niques.

« Ce que le gou­ver­ne­ment ne réa­lise pas, c’est que la for­ma­tion est un inves- tis­se­ment et non une dé­pense, ajoute M. Bé­lan­ger. En di­mi­nuant les bud­gets pour la for­ma­tion, on di­mi­nue les pos­si­bi­li­tés de re­ve­nus pour les fermes. »

Au mo­ment de mettre sous presse, Pierre Pa­ra­dis n’avait pas rap­pe­lé la Terre.

Le pré­sident de la table de concer­ta­tion des Col­lec­tifs ré­gio­naux en for­ma­tion agri­cole, Ma­rio Thé­berge, s’in­quiète pour l’ave­nir du fi­nan­ce­ment de la for­ma­tion conti­nue en agri­cul­ture par le mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.