L’UPA rencontre le mi­nistre et de­mande 60 M$ pour ce prin­temps

La Terre de chez nous - - SÉCURITÉ DU REVENU - MAR­TIN MÉ­NARD

Le mi­nistre de l’Agri­cul­ture, Pierre Pa­ra­dis, a in­vi­té cer­tains groupes à ve­nir com­men­ter le ré­cent rap­port sur la sé­cu­ri­té du re­ve­nu, et l’Union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA) a pro­fi­té de ce mo­ment privé avec le mi­nistre pour lui de­man­der, dès ce prin­temps, des me­sures sup­plé­men­taires to­ta­li­sant 60 M$.

« Nous vou­lons ra­pi­de­ment un pro­gramme d’ap­pui au développement des en­tre­prises, le­quel se­rait élar­gi à l’en­semble des pro­duc­tions et com­por­te­rait un vo­let ré­gio­nal; un pro­gramme que nous es­ti­mons à 50 M$. En­suite, nous de­man­dons un mon­tant d’en­vi­ron 10 M$ qui ser­vi­ra, no­tam­ment, à bo­ni­fier la cou­ver­ture des pro­grammes Agri », a in­di­qué à la Terre Char­lesFé­lix Ross, éco­no­miste en chef à l’UPA.

Voi­là pour les de­mandes à court terme, qui, aux yeux de l’Union, se veulent « un si­gnal aux pro­duc­teurs que le gou­ver­ne­ment veut ré­in­ves­tir en agri­cul­ture ».

Évi­dem­ment, la liste d’épi­ce­rie des­ti­née au mi­nistre ne s’est pas ter­mi­née là...

« Nous ai­me­rions re­nou­ve­ler un cadre fi­nan­cier de cinq ans avec la Fi­nan­cière, qui dé­bu­te­rait en 2016. Nous de­man­dons une somme de 40 à 70 M$ par an­née afin d’in­clure la ré­mu­né­ra­tion de l’ex­ploi­tant, d’ajou­ter un mé­ca­nisme de re­dres­se­ment des marges de ré­fé­rence et de mo­du­ler les pro­grammes Agri en fonc­tion des réa­li­tés [pe­tites fermes, pro­duc­tions bio­lo­giques, etc.] », a ex­pli­qué M. Ross.

Au to­tal, les de­mandes de l’UPA re­pré­sentent an­nuel­le­ment un mon­tant de 100 à 130 M$ qui se­rait pi­gé, se­lon l’éco­no­miste, « à même le bud­get ac­tuel de la Fi­nan­cière ».

Une se­maine po­li­ti­que­ment

« très stra­té­gique »

La di­rec­tion de l’UPA vient de com­plé­ter une se­maine à haute te­neur po­li­tique en ren­con­trant suc­ces­si­ve­ment les re­pré­sen­tants du mi­nis­tère des Fi­nances, le pré­sident du Conseil du tré­sor et fi­na­le­ment, le mi­nistre Pierre Pa­ra­dis. « Somme toute, des ren­contres très po­si­tives où nous avons fait va­loir les re­tom­bées éco­no­miques im­por­tantes du sec­teur agri­cole et agroa­li­men­taire. Des sec­teurs res­pon­sables, ne l’ou­blions pas, d’un em­ploi sur vingt au Qué­bec », a mar­te­lé M. Ross, qui a ain­si pres­sé l’ap­pa­reil gou­ver­ne­men­tal de sou­te­nir le développement des en­tre­prises agri­coles.

Mar­cel Gro­leau et le mi­nistre

Mar­cel Gro­leau, pré­sident de l’UPA, se dit sa­tis­fait de cette troi­sième rencontre for­melle avec le mi­nistre Pa­ra­dis : « Il a bien re­çu le rap­port, qui était consen­suel, un as­pect très im­por­tant pour lui. Il au­rait peut-être ai­mé plus de ré­sul­tats sur la sim­pli­fi­ca­tion des pro­grammes, mais il a consta­té cer­tains élé­ments de sim­pli­fi­ca­tion et a com­pris que ce n’était pas évident de sim­pli­fier une par­ti­ci­pa­tion pro­vin­cial­fé­dé­ral », a-t-il no­té.

Et M. Gro­leau, com­ment était l’am­biance avec le mi­nistre?

« La fa­çon de tra­vailler de M. Pa­ra­dis est dif­fé­rente. Il a fal­lu s’adap­ter. Beau­coup! J’ai­me­rais avoir une re­la­tion plus di­recte, qu’on s’échange des com­men­taires, des points de vue plus ré­gu­liè­re­ment. Mais c’est lui qui choi­sit son type de re­la­tion », a conclu le pré­sident.

Dans ses de­mandes au mi­nistre, l’UPA es­père entre autres un meilleur taux de contri­bu­tion gou­ver­ne­men­tale pour prendre en compte la réa­li­té des en­tre­prises de pe­tite taille.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.