Fin des an­ti­bio­tiques chez McDo­nald’s USA

La Terre de chez nous - - ÉLEVAGE - JU­LIE MER­CIER

McDo­nald’s part en cam­pagne contre l’usage des an­ti­bio­tiques en pro­duc­tion ani­male. La chaîne amé­ri­caine de res­tau­ra­tion ra­pide an­nonce que d’ici deux ans, elle ne s’ap­pro­vi­sion­ne­ra qu’au­près de four­nis­seurs de pou­let qui au­ront ré­duit au maxi­mum l’usage d’an­ti­bio­tiques. Pour l’ins­tant, ce chan­ge­ment ne concerne que le mar­ché des États-Unis.

McDo vient de dé­voi­ler cette nou­velle po­li­tique à l’égard des an­ti­bio­tiques, in­ti­tu­lée Pré­ser­ver l’ef­fi­ca­ci­té des an­ti­mi­cro­biens pour de­main grâce à des pra­tiques éthiques au­jourd’hui. Elle compte in­ter­dire com­plè­te­ment l’usage des an­ti­bio­tiques ju­gés es­sen­tiels en mé­de­cine hu­maine par l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té. Elle ban­ni­ra aus­si l’uti­li­sa­tion de ce type de mé­di­ca­ments comme fac­teur de crois­sance. Les io­no­phores échappent à cette in­ter­dic­tion. Au Ca­na­da, les io­no­phores sont dé­fen­dus.

Se­lon les nou­velles exi­gences de McDo, l’an­ti­bio­thé­ra­pie ne pour­ra se faire qu’à l’in­té­rieur d’un pro­gramme de san­té dé­ve­lop­pé par des vé­té­ri­naires. La mul­ti­na­tio­nale ap­pli­que­ra tout d’abord ses normes concer­nant les an­ti­bio­tiques pour ses ap­pro­vi­sion­ne­ments en vo­laille. McDo pré­voit les étendre ul­té­rieu­re­ment au boeuf, au porc, aux pro­duits lai­tiers et aux oeufs.

Avec ses quelque 14 000 res­tau­rants, McDo­nald’s USA dicte les ten­dances dans le monde de la res­tau­ra­tion ra­pide. Ses four­nis­seurs de vo­lailles, les géants Ty­son et Keys­tone Foods, tra­vaillent dé­jà de concert avec elle pour mettre en place sa nou­velle po­li­tique. L’en­tre­prise an­nonce éga­le­ment qu’elle of­fri­ra du lait pro­ve­nant de vaches non trai­tées à la so­ma­to­tro­phine bo­vine, une hor­mone de crois­sance dont l’usage est in­ter­dit au Ca­na­da. La même se­maine, McDo­nald’s USA a fait connaître son in­ten­tion de s’ap­pro­vi­sion­ner en boeuf pro­duit de fa­çon du­rable d’ici 2016. Un autre géant amé­ri­cain, Cost­co Who­le­sale, a an­non­cé son in­ten­tion d’obli­ger ses four­nis­seurs de viandes à ces­ser l’usage des an­ti­bio­tiques uti­li­sés éga­le­ment en mé­de­cine hu­maine, a in­di­qué l’agence Reu­ters. Au­cun échéan­cier n’a ce­pen­dant été ar­rê­té. Cost­co trône en 3e place des en­tre­prises de vente au dé­tail aux États-Unis. Chaque an­née, la chaîne d’en­tre­pôts vend 80 mil­lions de pou­lets à griller.

Pour sa part, McDo­nald’s Ca­na­da « re­con­naît l’ap­proche proac­tive de ses col­lègues amé­ri­cains, mais n’a pas dé­ci­dé pour le mo­ment de chan­ger son ap­proche ac­tuelle en ma­tière de pou­let ». Les fran­chi­sés ca­na­diens conti­nue­ront à éla­bo­rer, en collaboration avec leurs four­nis­seurs, des ex­perts, des or­ga­nismes de ré­gle­men­ta­tion et l’in­dus­trie, des plans pour re­mé­dier à l’em­ploi des an­ti­bio­tiques, a in­di­qué McDo­nald’s Ca­na­da. De­puis le 15 mai, les Pro­duc­teurs de pou­let du Ca­na­da in­ter­disent l’usage pré­ven­tif d’an­ti­bio­tiques de ca­té­go­rie 1, ju­gés les plus im­por­tants en san­té hu­maine.

L’in­dus­trie avi­cole qué­bé­coise agit de ma­nière proac­tive, a fait va­loir la vé­té­ri­naire Ma­rie-Lou Gau­cher, lors de der­nier Ren­dez-vous avi­cole de l’As­so­cia­tion qué­bé­coise des in­dus­tries de nu­tri­tion ani­male et cé­réa­lière (AQINAC). La fi­lière a fi­nan­cé un pro­jet de re­cherche sur les al­ter­na­tives aux an­ti­bio­tiques.

Se­lon cette étude me­née dans huit éle­vages de pou­let de chair du Qué­bec, il en coû­te­rait 0,10 $/kg de plus pour pro­duire sans an­ti­bio­tique ni an­ti­coc­ci­dien, a ré­vé­lé Mme Gau­cher.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.