La grève oc­ca­sionne une perte de 50 cents par porc

La Terre de chez nous - - LA UNE - PIERRE-YVON BÉGIN

Les pro­duc­teurs de porcs du Qué­bec perdent 50 cents par porc en rai­son du conflit de tra­vail à l’abat­toir d’Oly­mel à Val­lée-Jonc­tion en Beauce. Au mo­ment où les 1 000 em­ployés en­tre­prennent leur se­conde se­maine de grève, les pro­duc­teurs ont per­du le prix de ré­fé­rence amé­ri­cain dont ils pro­fi­taient de­puis quelques an­nées.

« La paye aux pro­duc­teurs pour tous les porcs li­vrés va être ré­duite de 50 cents par tête », confirme Da­vid Bois­son­neault, pré­sident des Éle­veurs de porcs du Qué­bec. En en­tre­vue té­lé­pho­nique, ce­lui-ci rapporte que son or­ga­ni­sa­tion mul­ti­plie les ef­forts afin d’op­ti­mi­ser l’achat de porcs par les autres abat­toirs qué­bé­cois. Il ex­plique que le prix de vente a été ré­duit de ma­nière à as­su­mer une par­tie des coûts gé­né­rés par la grève, no­tam­ment des heures sup­plé­men­taires dans ces abat­toirs qui ac­ceptent de re­ce­voir les porcs des­ti­nés à Val­lée-Jonc­tion. Si le conflit de­vait per­du­rer, il ap­pré­hende des consé­quences im­por­tantes sur la ren­ta­bi­li­té de plu­sieurs en­tre­prises por­cines.

« Du point de vue d’un pro­duc­teur, ajoute-t-il, c’est très in­quié­tant parce qu’on a à re­pla­cer nos porcs. »

Les Éle­veurs de porcs du Qué­bec ont ain­si fait sa­voir que le coût de dis­po­si­tion des porcs en at­tente est as­su­mé à 50 % par Oly­mel, l’autre moi­tié étant ré­duite du prix de vente se­lon une dis­po­si­tion de la Conven­tion.

Pour trai­ter les porcs qué­bé­cois en prio­ri­té, rap­pe­lons qu’Oly­mel a an­nu­lé la li­vrai­son de près de 23 000 porcs par se­maine en pro­ve­nance de l’On­ta­rio. De plus, les em­ployés de son abat­toir de Saint-Es­prit ont ef­fec­tué des heures sup­plé­men­taires le sa­me­di 21 mars pour di­mi­nuer le nombre de porcs en at­tente. Après une consul­ta­tion du co­mi­té des fi­nis­seurs et des ache­teurs, d’autres me­sures ont été adop­tées.

Oly­mel pour­ra ain­si faire abattre à for­fait près de la moi­tié des sur­plus heb­do­ma­daires de porcs ré­sul­tant de la grève. Ces porcs se­ront payés se­lon la for­mule de prix de la Conven­tion. D’autres ache­teurs ont aus­si conve­nu d’ac­croître leur ca­pa­ci­té d’abat­tage pour ré­duire ces sur­plus et même di­mi­nuer si pos­sible le nombre de porcs

Da­vid Bois­son­neault, pré­sident des Éle­veurs de porcs du Qué­bec, ap­pré­hende des consé­quences im­por­tantes sur la ren­ta­bi­li­té de plu­sieurs en­tre­prises por­cines.

dé­jà en at­tente. Avant le dé­clen­che­ment de la grève, 5 000 porcs se trou­vaient dans cette si­tua­tion. Le sa­me­di 28 mars, au moins quatre ache­teurs de­vaient pro­cé­der à des abat­tages.

En dé­but de se­maine der­nière, Oly­mel a re­mer­cié 55 em­ployés non syn­di­qués à ses installations de Val­lée-Jonc­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.