Les champs de maïs pro­duc­tifs ont des éco­sys­tèmes dif­fé­rents

La Terre de chez nous - - GRANDES CULTURES -

Le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral vient d’oc­troyer un mon­tant de 1,19 M$ à la firme on­ta­rienne A&L Bio­lo­gi­cals pour l’éla­bo­ra­tion d’un test qui per­met­tra aux pro­duc­teurs d’ac­croître leurs ren­de­ments de maïs.

La tech­no­lo­gie vise plus pré­ci­sé­ment à diag­nos­ti­quer la pré­sence des mi­croor­ga­nismes dans le sol qui ont le plus d’ef­fet sur la pro­duc­ti­vi­té des plants de maïs. En en­tre­vue à la Terre, le di­rec­teur de re­cherche George La­za­ro­vits men­tionne que l’éco­sys­tème à l’in­té­rieur et à l’ex­té­rieur de la plante in­flue gran­de­ment sur les per­for­mances. « Nous nous sommes ren­du compte que des champs pro­dui­sant 19 tonnes de maïs à l’hec­tare avaient des éco­sys­tèmes dif­fé­rents [en termes de bac­té­ries et autres mi­croor­ga­nismes] de ceux qui pro­dui­saient moins. Les éco­sys­tèmes pro­duc­tifs af­fi­chaient des hausses de ren­de­ment de l’ordre de 75 % en moyenne », ex­plique-t-il.

Les re­cherches au­ront lieu cette an­née sur plu­sieurs sites en On­ta­rio et se pour­sui­vront dans d’autres pro­vinces l’an pro­chain, dont au Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.