Lait : 140 fermes qué­bé­coises paient 8 $/hl de pé­na­li­té

La Terre de chez nous - - GESTION - JEAN-CHARLES GA­GNÉ

Des pro­duc­teurs de lait du Qué­bec ré­sistent tou­jours à se do­ter de la cer­ti­fi­ca­tion Lait ca­na­dien de qua­li­té (LCQ), même s’ils doivent payer des pé­na­li­tés de plus en plus ju­teuses. Les quelque 140 fermes lai­tières vi­sées versent main­te­nant 8 $/hl, l’équi­valent d’en­vi­ron 10 % du re­ve­nu tou­ché sur un tel vo­lume de lait. De­puis le 1er août 2013, les fermes ré­cal­ci­trantes ont ver­sé 7,5 M$ en pé­na­li­tés aux Pro­duc­teurs de lait du Qué­bec (PLQ). Cet ar­gent est uti­li­sé pour l’ad­mi­nis­tra­tion du pro­gramme LCQ, comme pré­vu aux conven­tions de mise en mar­ché du lait.

Ces pé­na­li­tés ont dé­bu­té à 2 $/hl et sont en­suite pas­sées à 4 $, puis à 6 $ et at­teignent main­te­nant 8 $/hl. Le nombre de fermes ré­cal­ci­trantes a di­mi­nué à me­sure que la ponc­tion sur leur paie pre­nait de l’am­pleur. Au 1er août 2013, 1 221 fermes n’avaient pas en­clen­ché le pro­ces­sus de cer­ti­fi­ca­tion. Il en reste moins de 150 main­te­nant.

Cette at­ti­tude, qua­li­fiée d’en­tê­te­ment par cer­tains, est en tout cas pa­ra­doxale, car la pé­na­li­té payée dé­passe lar­ge­ment les coûts d’acquisition d’un ther­mo­graphe, soit quelque 4 000 $. En Mon­té­ré­gie-Est, les pé­na­li­tés par ferme vont de 2 800 $ à 28 000 $, pour un to­tal de 190 000 $ pour la ré­gion ou 12 500 $ en moyenne.

La proxi­mi­té de la re­traite et l’ab­sence de re­lève font par­tie des ar­gu­ments sou­vent avan­cés par les ré­cal­ci­trants. Cer­tains s’y op­posent par prin­cipe, in­vo­quant qu’ils font du lait de bonne qua­li­té de­puis des dé­cen­nies et qu’un tel pro­gramme ne don­ne­ra donc rien de plus à cet égard. Se­lon nos in­for­ma­tions, la très grande ma­jo­ri­té est consti­tuée de pe­tits pro­duc­teurs de lait ayant dans 98 % des cas une pro­duc­tion in­fé­rieure à la moyenne qué­bé­coise de 60 kg/j de quo­ta.

Ces­ser la col­lecte?

De toute évi­dence, cette amende n’a pas convain­cu tous les pro­duc­teurs d’adhé­rer à cette dé­marche qui fait par­tie de l’ini­tia­tive proAc­tion, par­rai­née par les Pro­duc­teurs lai­tiers du Ca­na­da (PLC). D’où la ré­so­lu­tion adop­tée en as­sem­blée an­nuelle par les Pro­duc­teurs de lait Mon­té­ré­gie-Est de­man­dant à leur syn­di­cat pro­vin­cial d’ar­rê­ter de col­lec­ter le lait des der­niers Mo­hi­cans non cer­ti­fiés à comp­ter du 1er dé­cembre 2015.

À l’échelle ca­na­dienne, 95 % des fermes lai­tières avaient ob­te­nu leur cer­ti­fi­ca­tion LCQ au 31 jan­vier der­nier, se­lon les PLC. Le pro­ces­sus est ter­mi­né en Al­ber­ta, au Ma­ni­to­ba, au Nou­veau- Bruns­wick et à l’Île-du-Prin­ceÉ­douard. Le pour­cen­tage de cer­ti­fiés était su­pé­rieur à 95 % en Co­lom­bieB­ri­tan­nique, au Qué­bec, à Terre-Neu­veet-La­bra­dor et en Nou­velle-Écosse. L’On­ta­rio ti­rait de la patte avec 87 %, mais les fermes non cer­ti­fiées à l’au­tomne 2015, la date li­mite, se­ront pé­na­li­sées. La Sas­kat­che­wan fer­mait la marche avec 28 % de fermes cer­ti­fiées.

Lait ca­na­dien de qua­li­té est un pro­gramme de sa­lu­bri­té des ali­ments à la ferme ba­sé sur l’ap­proche HACCP (ana­lyse des risques et maî­trise des points cri­tiques). Il vise à s’as­su­rer que le lait est adé­qua­te­ment re­froi­di et en­tre­po­sé, que l’uti­li­sa­tion des mé­di­ca­ments est mi­nu­tieu­se­ment sui­vie pour empêcher les ré­si­dus dans le lait, que l’équi­pe­ment de traite est bien as­sai­ni et que les ani­maux sont trans­por­tés de fa­çon sé­cu­ri­taire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.