Pé­nu­rie d’ins­pec­teurs dans les abat­toirs

La Terre de chez nous - - LA UNE - JU­LIE MER­CIER

Les ins­pec­teurs des viandes dé­noncent le manque d’ef­fec­tifs dans les abat­toirs du Qué­bec sous ju­ri­dic­tion fé­dé­rale.

« Chaque équipe fé­dé­rale d’inspection des viandes au Qué­bec tra­vaille en désa­van­tage nu­mé­rique au­jourd’hui, de sorte que la plu­part des abat­toirs et usines de trans­for­ma­tion de la viande fonc­tionnent avec moins d’ins­pec­teurs que ce qui se­rait né­ces­saire pour as­su­rer la confor­mi­té avec les exi­gences de sa­lu­bri­té », in­dique le Syn­di­cat de l’Agri­cul­ture, qui re­pré­sente les ins­pec­teurs fé­dé­raux des viandes.

Se­lon une étude dé­taillée de la do­ta­tion en per­son­nel pu­bliée par le Syn­di­cat, il y au­rait une pé­nu­rie cri­tique d’ins­pec­teurs des viandes au Qué­bec et dans d’autres ré­gions du pays, no­tam­ment en Al­ber­ta. « Ça si­gni­fie qu’on coupe les coins ronds en ma­tière de sa­lu­bri­té », dé­nonce Bob King­ston, pré­sident du Syn­di­cat. Dans les abat­toirs de Mon­tréal, de Qué­bec et de Saint-Hya­cinthe, les ins­pec­teurs au tra­vail fonc­tionnent à près de 18 % sous le seuil mi­ni­mum. Ce nombre tient compte des em­ployés en congé au­to­ri­sé, ex­plique le Syn­di­cat.

Coupes?

Avant le dé­pôt du der­nier bud­get fé­dé­ral, Ot­ta­wa pla­ni­fiait de ré­duire les dé­penses en sé­cu­ri­té des ali­ments de 21 % en 2016-2017 par rap­port à 2013-2014, ce qui se tra­dui­rait par des ré­duc­tions de per­son­nel de 16,5 %, ou de 548 postes, pré­cise le Syn­di­cat. « Le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral a bais­sé la garde de­puis la conta­mi­na­tion chez Maple Leaf Foods, qui a cau­sé la mort de 22 Ca­na­diens. J’es­père sin­cè­re­ment que le gou­ver­ne­ment n’at­ten­dra pas qu’une autre conta­mi­na­tion le force à pro­té­ger les consommateurs ca­na­diens », conclut Bob King­ston.

Le bud­get dé­voi­lé le mar­di 21 avril ne contient au­cune men­tion concer­nant les bud­gets de l’Agence ca­na­dienne d’inspection des ali­ments (ACIA). La prin­ci­pale in­té­res­sée ré­fute les ac­cu- sa­tions se­lon les­quelles les ac­ti­vi­tés en ma­tière de sa­lu­bri­té des ali­ments ont été ré­duites. « Bien que le nombre d’ins­pec­teurs à l’ACIA ait aug­men­té de 19 % de­puis 2007, le nombre d’ins­pec­teurs sur le ter­rain peut va­rier en rai­son des chan­ge­ments liés à la de­mande en ser­vices d’inspection, par exemple, l’ou­ver­ture et la fer­me­ture d’éta­blis­se­ments agréés par le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral. Par consé­quent, l’ef­fec­tif d’inspection de l’Agence sur le ter­rain peut va­rier du­rant l’an­née jus­qu’à 5 %, ou de 150 à 200 ins­pec­teurs », a ex­pli­qué le pré­sident de l’Agence, Bruce Ar­chi­bald, dans un cour­riel ache­mi­né à la Terre. Le di­ri­geant a rap­pe­lé que « l’ACIA pour­sui­vra son tra­vail pour faire en sorte que la nour­ri­ture qui se trouve sur les tables au Ca­na­da de­meure sa­lubre et pour amé­lio­rer conti­nuel­le­ment notre ro­buste sys­tème de sa­lu­bri­té des ali­ments ».

Le Syn­di­cat de l’Agri­cul­ture, qui re­pré­sente les ins­pec­teurs fé­dé­raux des viandes, dé­nonce le manque d’ef­fec­tifs dans les abat­toirs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.