Pa­ra­dis pro­met d’étu­dier le fonds fi­du­ciaire

La Terre de chez nous - - PORCS - PIERRE-YVON BÉGIN

QUÉ­BEC — De pas­sage à l’as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle (AGA) des Éle­veurs de porcs à Qué­bec, Pierre Pa­ra­dis pro­met d’étu­dier « cor­rec­te­ment » la créa­tion d’un fonds fi­du­ciaire pour le par­tage des risques entre les ac­teurs de la pro­duc­tion por­cine.

« C’est ce qu’on va faire », a dé­cla­ré le mi­nistre de l’Agri­cul­ture du Qué­bec en point de presse, le 28 mai der­nier. Dans son dis­cours de cir­cons­tance, ce­lui-ci a re­con­nu que les pro­grammes de sé­cu­ri­té du re­ve­nu jouaient un rôle ma­jeur dans le sec­teur por­cin en four­nis­sant un en­vi­ron­ne­ment d’af­faires pré­vi­sible. À la suite du dé­pôt du rap­port du groupe de tra­vail sur la sé­cu­ri­té du re­ve­nu, a-t-il rap­pe­lé, il a de­man­dé à la Fi­nan­cière agri­cole du Qué­bec une ana­lyse plus dé­taillée des coûts et des dé­lais d’ap­pli­ca­tion.

« Votre pré­sident au­ra l’oc­ca­sion d’y par­ti­ci­per ac­ti­ve­ment puis­qu’il a été nom­mé hier (mer­cre­di 27 mai) par le conseil des mi­nistres au conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de la Fi­nan­cière », a ré­vé­lé M. Pa­ra­dis. Ce der­nier a d’ailleurs van­té les qua­li­tés de né­go­cia­teur de Da­vid Bois­son­neault, qui l’a « kid­nap­pé dans son pick-up », le temps d’abor­der tous les dos­siers agri­coles. Le mi­nistre s’est ren­du à la ferme du pré­sident des Éle­veurs, l’an pas­sé à Lys­ter, dans Lot­bi­nière, et a pris tout le temps de faire le tour de « la pa­roisse ».

Le nou­veau membre du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de la Fi­nan­cière a aus­si­tôt fait re­mar­quer que cette ins­ti­tu­tion doit re­trou­ver la la­ti­tude lui per­met­tant d’ap­pli­quer sa mis­sion pre­mière, soit de dé­ve­lop­per l’agri­cul­ture. À son avis, re­voir les coûts de pro­duc­tion éta­blis en 2012, no­tam­ment en ce qui concerne le prix du maïs, en­ver­rait « un bon si­gnal ».

In­ter­ro­gé par Cé­ci­lien Ber­thiaume, 1er vice-pré­sident des Éle­veurs de porcs, sur l’op­por­tu­ni­té d’in­tro­duire une forme de dé­duc­tible pour toutes les pro­duc­tions ani­males, le mi­nistre n’a pas re­fer­mé la porte. Il s’en­gage à pas­ser le mes­sage aux ad­mi­nis­tra­teurs de la Fi­nan­cière. « Ce sont de bonnes an­nées pour ra­jus­ter les pro­grammes, parce que le monde ne pa­nique pas », a-t-il af­fir­mé.

Fonds d’ur­gence de 300 M$

Pierre Pa­ra­dis a par ailleurs an­non­cé la créa­tion d’un fonds spé­cial de 300 M$ sur deux ans à la Caisse de dé­pôt et pla­ce­ment du Qué­bec afin de pa­rer aux crises. En si­tua­tion d’ur­gence, ex­plique le mi­nistre, ce fonds spé­cial en li­qui­di­tés lui per­met­tra de ga­gner un temps pré­cieux dans les dé­dales de l’ad­mi­nis­tra­tion gou­ver­ne­men­tale. Mar­cel Gro­leau, pré­sident de l’Union des pro­duc­teurs agri­coles, lui a de­man­dé d’où pro­vien­dra l’ar­gent pour créer ce fonds.

« Les fonds viennent de la Fi­nan­cière agri­cole », a ré­pon­du Pierre Pa­ra­dis, pré­ci­sant que le pré­sident du Conseil du tré­sor s’est en­ga­gé à res­pec­ter l’en­tente.

Le len­de­main (ven­dre­di), le pré­sident de l’UPA s’est mon­tré très cri­tique à l’en­droit de la créa­tion de ce fonds. Il juge que « ce n’est pas une bonne dé­ci­sion » et que les sur­plus de la Fi­nan­cière se­raient mieux in­ves­tis dans la bo­ni­fi­ca­tion des pro­grammes de développement de l’agri­cul­ture. Il s’est aus­si in­ter­ro­gé sur l’ave­nir des pro­grammes de sé­cu­ri­té du re­ve­nu.

« Je n’ai au­cun si­gnal du gou­ver­ne­ment du Qué­bec que l’As­su­rance sta­bi­li­sa­tion des re­ve­nus agri­coles (ASRA) est un pro­gramme es­sen­tiel », a-t-il confié, vi­si­ble­ment in­quiet.

En­fin, le mi­nistre a ten­té de ras­su­rer les pro­duc­teurs de porcs quant aux consé­quences de son pro­jet de loi concer­nant le bien-être ani­mal. De bien meuble se­lon le Code ci­vil ac­tuel, ex­plique-t-il, le pro­jet de loi pour­rait faire des ani­maux des êtres sen­sibles. « Là où il y a un guide des bonnes pra­tiques, c’est ce qui de­vrait s’ap­pli­quer », a-t-il in­di­qué.

Élu par ac­cla­ma­tion pour un 3e man­dat de deux ans à la pré­si­dence des Éle­veurs de porcs du Qué­bec, Da­vid Bois­son­neault a pour sa part confir­mé qu’il n’y au­ra pas d’aug­men­ta­tion de pré­le­vés en 2016, contrai­re­ment à ce qui avait été pré­vu l’an der­nier.

Le pré­sident des Éle­veurs de porcs du Qué­bec, Da­vid Bois­son­neault, a re­çu le mi­nistre de l’Agri­cul­ture, Pierre Pa­ra­dis, à l’AGA te­nue la se­maine der­nière à Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.