Peu d’im­pact sur les lé­gumes et les pommes

La Terre de chez nous - - BOVINS -

« Ça au­ra peu d’in­ci­dence sur les ma­raî­chers com­pa­ra­ti­ve­ment à la dé­va­lua­tion du dol­lar », es­time Jean-Ma­rie Rainville, de l’As­so­cia­tion des pro­duc­teurs ma­raî­chers du Qué­bec. Le mar­ché de l’ex­por­ta­tion des lé­gumes est en ef­fet dé­jà ou­vert avec les ÉtatsU­nis et le Mexique. « Il y au­ra peut-être des oc­ca­sions du cô­té des lé­gumes ra­cines en­tre­po­sés », éva­lue An­dré Plante, di­rec­teur gé­né­ral de l’As­so­cia­tion. Ce der­nier pense aus­si que des in­trants, no­tam­ment en ce qui concerne l’équi­pe­ment de pointe, pour­raient être of­ferts à meilleur prix. « Il risque d’y avoir un peu plus d’im­por­ta­tions d’Asie, comme l’ail ou les pois mange-tout », en­tre­voit Jean-Ma­rie Rainville.

In­quié­tude pour les exemp­tions mi­nis­té­rielles

Comme le texte fi­nal de l’ac­cord n’est pas connu, il n’est pas pos­sible de sa­voir si le sys­tème des exemp­tions mi­nis­té­rielles se­ra main­te­nu. Pour cer­taines pro­duc­tions, comme la pomme ou la pomme de terre, les im­por­ta­teurs doivent d’abord vé­ri­fier si le pro­duit qu’ils veulent im­por­ter est of­fert lo­ca­le­ment. Mal­gré ces im­per­fec­tions, ce sys­tème per­met un meilleur écou­le­ment des pro­duits lo­caux en temps de ré­colte et même après. « On ne sait pas en­core si les exemp­tions mi­nis­té­rielles se­ront af­fec­tées », es­time Da­niel Ruel, di­rec­teur gé­né­ral des Pro­duc­teurs de pommes du Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.