Le re­tour du boeuf « na­tu­rel » qué­bé­cois

La Terre de chez nous - - BOVINS - MARTIN MÉ­NARD

Le boeuf sans an­ti­bio­tique et sans hormone de crois­sance de marque VSC se­ra re­lan­cé. Viandes sé­lec­tion­nées des Can­tons, une en­tre­prise re­grou­pant une soixan­taine d’éle­veurs qué­bé­cois, a connu des mo­ments sombres l’an der­nier avec la faillite de Viandes La­roche, d’As­bes­tos. Voi­là main­te­nant qu’un nou­veau dis­tri­bu­teur se joint aux éle­veurs pour re­lan­cer les ventes de cette viande dite na­tu­relle. « Nous avons fait des tests de­puis no­vembre avec Vian­dex, un im­por­tant dis­tri­bu­teur de viandes et de fruits de mer. La ré­ponse est bonne, alors on passe de l’ex­pé­ri­men­ta­tion à l’ac­tion », confirme avec en­goue­ment à la Terre Réal Car­rier, agri­cul­teur et pré­sident des Pro­duc­teurs de viandes VSC.

De fait, les li­vrai­sons de viande VSC aug­mentent. Plus d’une qua­ran­taine de bou­villons sont abat­tus chaque mois pour sa­tis­faire la clien­tèle de Vian­dex. Si la pro­gres­sion des ventes se pour­suit comme pré­vu, Vian­dex de­vrait dis­tri­buer l’équi­valent de 400 bou­villons par mois à pa­reille date l’an pro­chain. À ce­la s’ajoute une tren­taine de car­casses ac­tuel­le­ment di­ri­gées chaque mois à l’usine de Saint-Hya­cinthe d’Ali­men­ta­tion Mai­son, une bou­che­rie en ligne spé­cia­li­sée dans les pro­duits ali­men­taires na­tu­rels sur­ge­lés. Les bêtes VSC de race An­gus en sur­plus (en­vi­ron 150 par mois) sont li­vrées en On­ta­rio pour Meyer Na­tu­ral An­gus, une com­pa­gnie amé­ri­caine éga­le­ment spé­cia­li­sée dans la viande sans an­ti­bio­tique et sans hormone de crois­sance.

En­fin du boeuf du Qué­bec!

Le vice-pré­sident de Vian­dex, Pier­reBe­noit Les­sard, af­firme que la viande VSC fait par­tie d’une stra­té­gie glo­bale vi­sant à faire grim­per la po­pu­la­ri­té du boeuf qué­bé­cois. « On veut dé­ve­lop­per le mar­ché du boeuf pro­duit ici en pro­po­sant deux types de viande qué­bé­coise : une viande ré­gu­lière et une autre plus haut de gamme et na­tu­relle, la VSC. » Vian­dex tra­vaille pré­sen­te­ment à créer un lo­go « viande 100 % Qué­bec » qui se­ra évo­ca­teur pour le consom­ma­teur. VSC conser­ve­ra évi­dem­ment son nom, mais quelques amé­lio­ra­tions se­ront ap­por­tées à l’image de marque du pro­duit. Il reste en­core quelques fi­celles à at­ta­cher, no­tam­ment avec des abat­toirs qué­bé­cois, mais M. Les­sard sou­tient que d’ici quelques se­maines, les pro­duits VSC se­ront of­ferts à grande échelle dans les res­tau­rants et les bou­che­ries in­dé­pen­dantes de la pro­vince.

Pour Réal Car­rier, il s’agit en­fin d’un pas dans la bonne di­rec­tion. « Il est grand temps de dé­ve­lop­per l’in­dus­trie agroalimentaire du boeuf na­tu­rel qué­bé­cois. Nous avons une viande de très haute qua­li­té, tendre et na­tu­relle. Nous avons un sys­tème unique de tra­ça­bi­li­té qui nous per­met de dire que telle pièce vient de telle bête et de telle ferme. C’est un pro­duit de proxi­mi­té et c’est ce que plu­sieurs consom­ma­teurs re­cherchent. Il y a de la place sur le mar­ché du Qué­bec, al­lons-y », ré­sume M. Car­rier.

Le pré­sident des Pro­duc­teurs de viandes VSC, Réal Car­rier, se ré­jouit de la re­lance du boeuf qué­bé­cois sans an­ti­bio­tique et sans hormone de crois­sance de marque VSC.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.