L’ou­ver­ture de la voie ma­ri­time ne sti­mu­le­ra pas les prix des grains

La Terre de chez nous - - REVUE DES MARCHÉS - MAR­TIN MÉ­NARD

La Voie ma­ri­time du Saint-Laurent à par­tir de Mon­tréal vers les Grands Lacs a ou­vert le 23 mars, une oc­ca­sion de « dé­ge­ler » le com­merce des grains, pen­se­ront cer­tains. Pour­tant, rien n’est moins sûr. « L’ou­ver­ture de la Voie ma­ri­time per­met­tra aux pro­duc­teurs de l’Ouest d’ex­por­ter leur ca­no­la et leur blé, mais ne de­vrait pas avoir d’im­pact à court terme sur les prix of­ferts pour le maïs et le soya du Qué­bec », ana­lyse Dante Ma­noc­chio, di­rec­teur à la com­mer­cia­li­sa­tion chez Ri­chard­son In­ter­na­tio­nal.

En vé­ri­té, plu­sieurs s’en­tendent pour dire que les tran­sac­tions de maïs sont peu nom­breuses ces temps-ci au Qué­bec. De­vant la conjonc­ture bais­sière des prix, les ache­teurs lo­caux achètent le strict né­ces­saire pour com­bler les be­soins en ali­men­ta­tion ani­male, es­ti­mant qu’ils pour­ront bé­né­fi­cier de prix en­core plus bas dans les pro­chaines se­maines. Et à l’in­ter­na­tio­nal, le soya et le maïs en pro­ve­nance de l’Amé­rique du Sud et de la mer Noire sont of­ferts à des prix plus avan­ta­geux que ceux exi­gés par les pro­duc­teurs d’ici. Un ache­teur d’im­por­tance ex­pli­quait à la que les ven­deurs de grains n’ont pas l’avan­tage. « Des gens m’ap­pellent pour me vendre leurs cé­réales et le prix que je leur offre pré­sen­te­ment est pra­ti­que­ment gê­nant, mais c’est le mar­ché, sou­tient-il. Et dans le cas du maïs, le fait que les pro­duc­teurs aient re­te­nu leur ré­colte dans leurs si­los risque de leur cau­ser une mau­vaise sur­prise. »

À So­rel, Dante Ma­noc­chio, lui aus­si un ache­teur, tient les mêmes pro­pos. « C’est très tran­quille dans le maïs. Les at­tentes des pro­duc­teurs d’ici sont plus éle­vées que la réa­li­té du mar­ché. De plus, la lé­gère ap­pré­cia­tion du dol­lar ca­na­dien n’aide pas à rendre nos prix com­pé­ti­tifs sur les mar­chés in­ter­na­tio­naux, ex­plique-t-il. Je le dis aux pro­duc­teurs, il ne manque vrai­ment pas de grains dans le monde cette an­née et plus le temps avance, plus les fe­nêtres de tran­sac­tion di­mi­nuent pour leur ré­colte 2015. »

Se­lon les don­nées d’An­drew Bo­go­ra, porte-pa­role de la Voie ma­ri­time du Saint-Laurent, le tra­fic des grains est en hausse de­puis quelques an­nées. Par exemple, en 2008, près de 8 mil­lions de tonnes de grains ont cir­cu­lé sur la voie ma­ri­time, tan­dis qu’en 2015, ce vo­lume a aug­men­té à près de 11 mil­lions de tonnes. Le 20 mars cor­res­pond ha­bi­tuel­le­ment à la date d’ou­ver­ture de la Voie ma­ri­time; 2016 se­ra donc dans la moyenne des der­nières an­nées.

La Voie ma­ri­time du Saint-Laurent a ou­vert le 23 mars, mais ce­la ne de­vrait pas avoir d’im­pact sur les tran­sac­tions de maïs qué­bé­cois, qui sont au point mort ac­tuel­le­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.