Une an­ti­qui­té en­core ac­tive

La Terre de chez nous - - CONSULTATIONS -

Au beau mi­lieu des ma­chines mo­dernes trô­nait une an­ti­qui­té tou­jours bien ac­tive. Ber­nard St-De­nis, un Fran­co-On­ta­rien d’Alexan­dria, près de Haw­kes­bu­ry, est par­ti­cu­liè­re­ment fier de sa ca­mion­nette GMC 1952.

« On voit sou­vent des Che­vro­let et des Ford de cette gé­né­ra­tion-là. Mais des GMC, c’est rare », a fait re­mar­quer l’éle­veur de boeufs Black An­gus, tout fier de faire dé­mar­rer au pre­mier coup de pé­dale le mo­teur six cy­lindres d’ori­gine. Le dé­mar­reur au pied est si­tué à cô­té de l’ac­cé­lé­ra­teur. « Il faut en­fon­cer les deux en même temps pour le faire fonc­tion­ner. »

La res­tau­ra­tion de la ca­mion­nette, ache­tée à Kempt­ville il y a une quin- zaine d’an­nées, a de­man­dé un an et de­mi de tra­vail. « À temps par­tiel », a pré­ci­sé Ber­nard St-De­nis, un homme oc­cu­pé. En plus d’ex­ploi­ter sa ferme, il offre la lo­ca­tion d’at­te­lages de che­vaux pour les ma­riages, et pen­dant l’hi­ver, des tours de car­riole aux tou­ristes.

Ber­nard St-De­nis conduit sa ca­mion­nette tous les jours, du dé­but du prin­temps jus­qu’à la fin de l’au­tomne. « Elle roule entre 50 000 et 60 000 km par an­née. » Un mi­roir ar­ra­ché, un es­suie-glace bri­sé et une aile égra­ti­gnée peuvent en té­moi­gner. « J’en prends soin, mais ce n’est pas un tro­phée que je garde dans le ga­rage », at-il men­tion­né.

Ber­nard St-De­nis, d’Alexan­dria en On­ta­rio, uti­lise tou­jours sa ca­mion­nette GMC 1952 pour ef­fec­tuer son tra­vail quo­ti­dien de­puis une quin­zaine d’an­nées.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.