Trou­ver la perle rare et la gar­der

La Terre de chez nous - - CONSOMMATION - An­nie Bourque

BAIE-DU-FEBVRE — En agriculture, l’ef­fi­ca­ci­té et la pro­duc­ti­vi­té vont de pair avec la ré­ten­tion de per­son­nel qua­li­fié. À la suite du dé­part d’un em­ployé, la Ferme Ger­ville a pris les moyens pour trou­ver la perle rare.

La ferme compte un trou­peau de 230 têtes, dont 120 vaches en lac­ta­tion pour un quo­ta de 160 kg. « La moyenne de pro­duc­tion par vache at­teint 10 000 kg », pré­cise Si­mon Le­febvre, qui a pris la re­lève en 2010.

En no­vembre 2015, Si­mon vou­lait re­cru­ter un ou­vrier en pro­duc­tion lai­tière. Il te­nait à of­frir un poste per­ma­nent com­por­tant un ho­raire flexible. Le centre d’em­ploi agri­cole de sa ré­gion l’a épau­lé dans ses dé­marches. « J’ai eu la chance de re­ce­voir le cur­ri­cu­lum vitæ d’Ani­ta Lai­ten­ber­ger, une pro­duc­trice lai­tière de Sainte-Mo­nique, qui ve­nait de vendre son trou­peau. »

La jeune femme de 36 ans, mère de deux en­fants de 10 et 12 ans, tra­vaille dé­sor­mais du lun­di au jeu­di, de 9 à 19 heures. Une fin de se­maine sur deux, elle vient ef­fec­tuer les traites du ma­tin et du soir. « Je me trouve chan­ceuse, car main­te­nant, j’ai du temps pour mes en­fants. J’ai une belle qua­li­té de vie », dit-elle.

Si­mon et Ani­ta par­tagent la même vi­sion. Il se fie à son ex­pé­rience et à ses connais­sances. « Elle est ca­pable de re­con­naître les be­soins du trou­peau et an­ti­cipe même les pro­blèmes. Si une vache est ma­lade, elle me té­lé­phone en di­sant quel mé­di­ca­ment elle lui don­ne­rait. »

Dès l’em­bauche d’Ani­ta, Si­mon a dé­ci­dé de lui confier da­van­tage de res­pon­sa­bi­li­tés : « Je veux qu’elle se sente mo­ti­vée et qu’elle s’ap­pro­prie l’en­tre­prise. » Par exemple, Ani­ta s’oc­cupe de la ges­ta­tion et de l’in­sé­mi­na­tion du trou­peau. Pour chaque ges­ta­tion réus­sie, elle re­çoit une prime. C’est une belle fa­çon de main­te­nir sa mo­ti­va­tion.

La ferme est en pleine ex­pan­sion, no­tam­ment avec la construc­tion d’un si­lo cou­loir. « Sans Ani­ta, on au­rait sans doute né­gli­gé notre trou­peau. On est contents de pou­voir comp­ter sur quel­qu’un de fiable », ajoute le co­pro­prié­taire Claude Le­febvre.

Si­mon, qui à 29 ans, adore le vé­lo, la pho­to et la lec­ture. « Je ne veux pas tra­vailler du ma­tin au soir. En conser­vant nos em­ployés, l’ob­jec­tif, c’est d’amé­lio­rer notre qua­li­té de vie. »

De son cô­té, Ani­ta est heu­reuse de s’oc­cu­per des vaches. « Je suis contente de faire ce que j’aime », conclut-elle. Le bon­heur au tra­vail, on le sait, ça n’a pas de prix!

Les co­pro­prié­taires de la Ferme Ger­ville, Claude et Si­mon Le­febvre, et leur em­ployée Ani­ta Lai­ten­ber­ger.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.