Les Mail­hot re­troussent leurs manches

La Terre de chez nous - - FAITS DIVERS - MAR­TIN MÉNARD

L’in­cen­die qui a dé­truit, le 20 sep­tembre der­nier, les ins­tal­la­tions des Pro­duc­tions ma­raî­chères Mail­hot à SaintA­lexis-de-Mont­calm, dans La­nau­dière, est arrivé au bien mau­vais mo­ment, mais le condi­tion­neur de lé­gumes se re­trousse les manches.

« J’ai une cin­quan­taine d’acres de choux-fleurs bio qu’on ré­colte au­jourd’hui [le 23 sep­tembre] et qui est des­ti­née à l’usine de Bon­duelle. Le hic, c’est qu’il faut sé­pa­rer les fleu­rettes de la tige et les pré­pa­rer pour l’en­voi en vrac pré­vu lun­di [le 26], mais toutes nos ins­tal­la­tions ont brû­lé et nous sommes les seuls à faire ça », dit Mar­cel Mail­hot.

Le pro­prié­taire ne prend pas le temps de s’api­toyer sur son sort et met tout en oeuvre pour réus­sir à condi­tion­ner les mil­lions de lé­gumes qui s’en viennent. L’in­cen­die est sur­ve­nu la veille de la ré­colte d’un peu plus de 400 acres de choux-fleurs! « Il nous reste quelques tours de ma­gie à faire, mais on de­vrait être ca­pables de re­par­tir la roue dès lun­di », es­père ce­lui qui condi­tionne ha­bi­tuel­le­ment 4 mil­lions de livres de choux-fleurs par an­née.

L’en­jeu est consi­dé­rable, car se­lon M. Mail­hot, si les 1 800 tonnes de choux-fleurs pro­ve­nant de ses champs et de ceux des autres agri­cul­teurs ne sont pas condi­tion­nées, elles de­vront être écou­lées sur le mar­ché du frais. « Un pa­reil vo­lume qui ar­ri­ve­rait en sur­plus sur le mar­ché pour­rait faire s’écrou­ler les prix. Ça “ma­gan­ne­rait” toutes les fermes, même celles qui vendent dé­jà du frais. Sans ou­blier qu’on ne réus­si­rait peut-être pas à tout vendre; il y au­rait du gas­pillage », pré­cise M. Mail­hot.

Le plan B s’or­ga­nise

Il est im­pen­sable de re­tar­der les ré­coltes. Les lé­gumes sont mûrs et ne peuvent at­tendre au champ. Le plan B est dé­jà en place et consiste à en­voyer les pre­miers vo­lumes ré­col­tés chez d’autres pro­duc­teurs qui ont of­fert leur aide pour l’en­tre­po­sage. Mar­cel Mail­hot a fait ve­nir de l’équi­pe­ment spé­cia­li­sé pro­ve­nant du sud de l’On­ta­rio afin de construire une ligne de condi­tion­ne­ment tem­po­raire. Si tout se dé­roule bien, elle se­ra en fonc­tion le 26 sep­tembre.

Et pour ajou­ter à la com­plexi­té de l’opé­ra­tion, il fau­dra prendre soin de bien iso­ler les choux-fleurs bio­lo­giques, les­quels sont par ailleurs de plus en plus re­cher­chés chez Bon­duelle. M. Mail­hot en­tend ac­croître consi­dé­ra­ble­ment sa pro­duc­tion de bro­co­lis et de choux­fleurs bio dans les pro­chaines an­nées pour sai­sir cette oc­ca­sion.

L’in­cen­die a com­plè­te­ment ra­sé l’en­tre­pôt et l’usine de trans­for­ma­tion de bro­co­lis et de choux­fleurs des ins­tal­la­tions des Pro­duc­tions ma­raî­chères Mail­hot, de Saint-Alexis-de-Mont­calm.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.