4,8 M$ pour amé­lio­rer l’en­tre­po­sage et la conser­va­tion

La Terre de chez nous - - POMMES DE TERRE - GUILLAUME ROY Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Les pertes de pommes de terre liées à l’en­tre­po­sage coûtent de 50 à 100 M$ aux pro­duc­teurs ca­na­diens chaque an­née. Afin de ré­duire ces pertes, Agri­no­va a re­çu un fi­nan­ce­ment de 4,8 M$ pour amé­lio­rer l’en­tre­po­sage, la conser­va­tion et la qua­li­té des stocks de pommes de terre.

Bon an, mal an, les pommes de terre sont culti­vées sur une su­per­fi­cie de 140 000 hec­tares au Ca­na­da, gé­né­rant une va­leur à la ferme de 1,1 G$. Le pro­blème : près de 10 % des 4,25 mil­lions de tonnes de pommes de terre ré­col­tées sont per­dues lors de la phase d’en­tre­po­sage, qui peut du­rer jus­qu’à 10 mois. Le coût de ces pertes : près de 75 M$.

Com­ment ré­duire les pertes liées aux ma­la­dies, à la dé­té­rio­ra­tion de la qua­li­té, à la ger­mi­na­tion hâ­tive et à la déshy­dra­ta­tion? C’est la ques­tion à la­quelle le Centre de re­cherche et d’in­no­va­tion en agri­cul­ture Agri­no­va de­vra ré­pondre au cours des cinq pro­chaines an­nées grâce à un fi­nan­ce­ment de 4,8 M$.

Plus spé­ci­fi­que­ment, le pro­jet vise le dé­ve­lop­pe­ment de la ca­pa­ci­té de re­cherche pour amé­lio­rer l’en­tre­po­sage, la conser­va­tion et la qua­li­té des stocks de pommes de terre de table, de trans­for­ma­tion et de se­mence. Dans le cadre de ce pro­jet, le plus gros de l’his­toire d’Agri­no­va, 1,3 M$ per­met­tront de construire deux en­tre­pôts à Sain­teC­roix-de-Lot­bi­nière et à Qué­bec. Ces bâ­ti­ments ser­vi­ront de pla­te­forme ex­pé­ri­men­tale de re­cherche en en­tre­po­sage de pommes de terre unique au Ca­na­da où différents équi­pe­ments de con­trôle se­ront tes­tés. De plus, le pro­gramme de re­cherche fe­ra l’ex­pé­ri­men­ta­tion de dif- fé­rentes ré­gies d’en­tre­po­sage, de ré­gies de pro­duc­tion et de pro­tec­tion en champ ain­si que des tests sur les trai­te­ments avant et après l’en­tre­po­sage.

« Ce pro­jet nous per­met de ren­for­cer nos ca­pa­ci­tés de re­cherche ap­pli­quée sur un as­pect spé­ci­fique et non com­blé de la re­cherche dans la pomme de terre, men­tionne Richard Wie­land, directeur de la re­cherche pour Agri­no­va. On pour­ra main­te­nant faire des tests dans des en­vi­ron­ne­ments contrô­lés au lieu de les faire chez les pro­duc­teurs et ris­quer de leur faire perdre de l’ar­gent. »

En plus de faire l’em­bauche de deux ex­perts de la pomme de terre, son équipe col­la­bo­re­ra avec deux pro­fes­sion­nels de l’Ins­ti­tut de re­cherche et de dé­ve­lop­pe­ment en agroen­vi­ron­ne­ment (IRDA) ain­si que d’autres ex­perts du mi­lieu pri­vé, dont un pro­ve­nant de McCain Foods. Avec la par­ti­ci­pa­tion d’étu­diants qui pour­ront bé­né­fi­cier de bourses d’études, une di­zaine de res­sources tra­vaille­ront sur ce pro­jet au cours des cinq pro­chaines an­nées.

Gé­rald Rous­seau, le pré­sident du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’or­ga­nisme de re­cherche, se ré­jouit lui aus­si de cette an­nonce. Le fait de créer des liens avec différents or­ga­nismes de re­cherche, sou­ligne-t-il, per­met­tra à Agri­no­va de se po­si­tion­ner comme un im­por­tant pôle d’ex­per­tise de re­cherche sur la pomme de terre au Ca­na­da.

Sur la somme in­ves­tie, le Con­seil de re­cherche en sciences na­tu­relles et en gé­nie du Ca­na­da four­ni­ra 2,3 M$, la Fon­da­tion ca­na­dienne pour l’in­no­va­tion 900 000 $, les différents par­te­naires pri­vés (IRDA, McCain Foods, Qué­bec Par­men­tier, Em­bal­lage SaintAm­broise) 725 000 $ et le Collège Al­ma (Agri­no­va) 100 000 $.

Richard Wie­land, Gé­rald Rous­seau et Pa­trick Gi­rard, res­pec­ti­ve­ment directeur de la re­cherche, pré­sident et directeur gé­né­ral d’Agri­no­va, et Jo­sée Ouel­let, di­rec­trice gé­né­rale du Collège d’Al­ma.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.